AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — the one i've lost (w/allie)

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



♛ la pleurnicharde alcoolique

pseudo : perséides, mary.
in town since : 10/10/2017
posts : 2213
faceclaim, @ : natalia dyer, by morrigan.
multiface : nicki, rafael et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: — the one i've lost (w/allie)   Dim 17 Juin - 16:58

Ce grand vide qu’elle avait laissé dans ta vie. L’impression que rien n’était plus pareil sans elle. D’autant plus qu’on ne va pas se mentir, tu avais besoin d’elle à tes côtés. Besoin d’elle pour surmonter cette pente que tu avais glissé. Tu te disais que ça devait bien avoir un lien avec le fait que tu sois exposée. Tu te doutes que le fait que Chase ait aussi été ciblé n’a rien arrangé. Et pourtant, t’as besoin de la voir, t’as besoin qu’elle te rassure, t’as besoin qu’elle te dise que tout va bien se passer à partir de maintenant. Alors t’es là, devant chez elle, sûre de rien. La peur au ventre, même, qu’elle te dise qu’elle ne veut pas te voir. Parce que bon, elle met trois plombes à te répondre quand tu lui envois un message, et ça, c’est quand elle te répond. Réponse d’ailleurs, que tu perçois un peu vide de sens. L’impression qu’elle est toujours occupée, ou disons plutôt qu’elle t’évite oui. Deuxième option beaucoup plus crédible d’ailleurs. Alors oui, il y a toujours cette possibilité qu’elle écourte ton passage chez elle. C’est même ce à quoi tu t’attends toi. Mais t’es quand même là. Et tu t’avances d’un pas décidé vers la porte d’entrée. Ton poing qui se lève, courte hésitation qui ne dure pas plus d’un quart de seconde avant que ton poing ne s’échoue contre la porte. Un pas que tu fais derrière, puis l’impatience qui te prends à cet instant, jusqu’à ce que la porte ne s’ouvre. La mère d’Allie que tu vois apparaitre, cet éternel sourire aux lèvres. Et elle, elle semble contente de te voir. « Oh Lukas! Allie est dans sa chambre, si c’est elle que tu es venue voir. » Un pas vers l’avant que tu fais, alors que tu réponds à son sourire par un qui fend tes lèvres. Sourire forcé, malgré tout, mais auquel tu espères qu’elle va croire. « Merci Abigail. » Formule de politesse, avant que tu ne passes le cadre de porte et que tu te perdes dans la maison. Chemin que tu connais par cœur jusqu’à la chambre de ton amie, où on t’a dit qu’elle se trouvait. La porte de celle-ci entrouverte, la porte que tu repousses d’ailleurs, d’un simple geste de la main. Et pourtant, tu hésites à entrer, comme si tu n’étais pas tout à fait certaine que tu avais le droit. « Allie ? » Simple murmure, à peine audible. Parce que ta voix se casse. « Je… » En fait, tu ne sais même pas quoi dire. Parce que t’es pas certaine qu’elle est ravie de te voir débarquée chez elle, à l’improviste. Alors t’attends de voir ce qu’elle va dire, t’attends de voir sa réaction. Et tu redoutes un peu ce qui va suivre.

_________________

are you insane like me ? been in pain like me ? bought a hundred dollar bottle of champagne like me ? just to pour that motherfucker down the drain like me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : spf
in town since : 07/06/2018
posts : 77
faceclaim, @ : alisha boe © avatar : freesia - milkhoney (gifs) astra (signature)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   Mer 20 Juin - 21:36

Journée pourrie au taf. Journée pourrie tout court. Vidée de toute envie, tu gis sur ton plancher, les yeux fixés au plafond, ruminant tes pensées. Tu n’avais envie de voir personne. Alors quand tu entends des pas feutrés se rapprocher de la porte de chambre, tu te prépares à chasser le plus rapidement possible l’importun, probablement ta petite sœur, maudissant la sacro-sainte règle des Vaughn qui interdisait toute porte fermée complètement. « Allie ? » Ton cœur manque un battement. Peut être deux. Car ce n’était définitivement pas ta petite sœur.  Ton prénom avait à peine été murmuré mais cette voix… Tu la reconnaîtrais toujours. Tu te redresses brusquement, pressée de vérifier si ton esprit et le manque d’elle ne sont pas en train de te jouer un sale tour. Mais non, elle est bien là. Sur le seuil de ta chambre, derrière la porte entrouverte. « Lukas… Mais qu’est-ce tu… » Tu t’interromps toute seule, te rendant compte qu’il n’y avait aucune façon de poser la question que tu voulais poser sans avoir l’air impolie. Pourtant celle-ci te brûlait les lèvres. « Je… » Elle est aussi figée que toi, Lukas, ne sachant pas quoi dire non plus. Elle reste timidement sur le pas de la porte, symbolisant par sa retenue, la distance qui s’était immiscée entre vous ces derniers mois. Ou plutôt, la distance que tu avais instaurée entre vous. Normalement, elle aurait poussé la porte et serait venue s’asseoir près de toi ou sur ton lit, commençant la conversation comme si rien n’était… Normalement, elle était comme chez elle ici. Prise en flagrant délit de glandage, tu sens le rouge te monter aux joues. Surtout que tu prétendais être trop occupée pour avoir du temps à lui consacrer… « Je suis désolée de ne pas avoir trop donné de nouvelles, les choses sont un peu compliquées en ce moment… Mais entre. » Seuls les coupables et les menteurs se justifient comme tu es en train de le faire et aucune de vous deux ne s’y trompera. Ou peut être que si. Parce que tout à coup, maintenir les apparences te devient essentiel. Tu te lèves donc pour l’accueillir un peu plus correctement, posant tes lèvres sur sa joue avant de refermer la porte derrière vous et d’aller t’asseoir sur le bord d ton lit. « Comment tu vas ? » Demandes-soudainement, toujours aussi choquée par sa présence dans ta chambre. Toujours choquée de la voir tout court. Tu ne sais pas comment agir avec elle, rongée par la culpabilité et l’envie de lui révéler ta traîtrise. Bien qu’au fond, tu sais que tu n’en auras pas le courage. De la même façon que tu n’as pas celui pour la regarder en face. Car depuis qu’elle est arrivée, telle une apparition, tu n’as pas croisé son regard une seule fois. Pas une seule fois.

_________________


“They tell you you’ll forget how it used to be. You’ll get used to it, that it’s better to move on. They don’t realize you can’t. You’re not the same person anymore.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ la pleurnicharde alcoolique

pseudo : perséides, mary.
in town since : 10/10/2017
posts : 2213
faceclaim, @ : natalia dyer, by morrigan.
multiface : nicki, rafael et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   Lun 25 Juin - 21:01

T’hésites, tu n’es sûre de rien à cet instant. Parce qu’il y a bel et bien ses paroles qui résonnent dans le coin de ta tête. Lukas… Mais qu’est-ce tu… Fais là ? À vrai dire tu n’en as pas la moindre idée toi-même. Parce qu’elle t’a bel et bien fait comprendre qu’elle n’avait pas le temps. Et pour ça, tu ne pouvais absolument pas lui en vouloir. Enfin, elle ne te semblait pas occupée, présentement. Mais peut-être s’apprêtait-elle à partir. Tu n’en savais rien toi. Ça faisait simplement trop longtemps que tu ne l’avais pas vu. Et c’était peut-être exactement pour ça que tu étais là. Tu ne savais pas ce qui avait bien pu se passer, ce qui la tenait soudainement aussi occupée. Tu ne savais même pas si c’était la véritable raison, si ce n’est pas seulement toi, qu’elle cherchait à éviter. Et si tel était le cas, tu ne pourrais même pas lui en vouloir à vrai dire. Après tout, tout le monde parle, à Mill Valley. Et non, ce n’est pas passé inaperçu ce texto qui parlait bel et bien de toi. Celui qui a été envoyé à toute la population. Et tu ne pouvais lui en vouloir de ne pas vouloir être associée à toi, pendant les temps qui courent. Cette idée qui te traverse rapidement l’esprit, qui te fait regretter dès cet instant de t’être déplacée, de t’imposer. Ta voix qui s’élève dès à présent, mais qui se casse, l’instant d’après. Et tes yeux, où tu sens les larmes montées, ta voix qui est maintenant nouée. Si t’aurais qu’une seule envie à cet instant, c’est de repartir en courant. Mais tu n’en fais rien. Tu restes là, à la fixer, alors qu’elle, elle a le regard qui se perd ailleurs. Et ça non plus, tu ne sais pas trop comment l’interpréter. « Je suis désolée de ne pas avoir trop donné de nouvelles, les choses sont un peu compliquées en ce moment… Mais entre. » Pourtant, elle t’invite à entrer. Alors tu te dis qu’elle ne doit pas être trop déçue de te voir au final. Mais malgré tout, tu hésites. Quelques secondes, au pas de sa porte. Avant de faire quelques pas vers l’avant, alors qu’elle se lève. Rapide étreinte, qui te fait d’ailleurs fermer les yeux. Comme si tu avais arrêté d’espérer pouvoir la retrouver. Mais au final, t’es plutôt contente d’avoir pris ton courage à deux mains, d’avoir risquer de te faire claquer la porte au nez en débarquant sans t’être annoncée. Puis tu t’assois juste à côté d’elle, sur son lit. Et tu restes silencieuse. Ne sachant premièrement pas trop quoi dire. Enfin, rien qui ne te ferait probablement pas fondre en larmes. « Comment tu vas ? » Et là, tu prends une grande inspiration. Parce qu’à vrai dire, la réponse te semble assez évidente. Parce que toi, tu ne vas pas bien. Pas bien du tout. T’es sur le bord du précipice, et t’as l’impression qu’il ne reste plus personne pour t’empêcher de tomber. « Mieux, maintenant que j’suis ici. » Maintenant que t’es avec elle. Et ça, ce n’est pas un mensonge, loin de là même. Parce que clairement, sa simple présence te fait du bien. « Enfin, tu m’as dit que t’étais pas mal occupée, mais j’avais l’impression qu’il y avait peut-être autre chose aussi. » Que tu dis, sentant ta gorge se nouer au fil que tes paroles se déversent. Tes yeux rivés sur tes mains qui se nouent et dénouent. Signe de ton anxiété face à cette situation. « Mais j’avoue que… j’ai un peu de mal à gérer tout c’qui se passe, je… » Et là, y’a une larme qui coule le long de ta joue. Une que tu n’as pas pu retenir pour la simple et bonne raison que non ça ne va pas.

_________________

are you insane like me ? been in pain like me ? bought a hundred dollar bottle of champagne like me ? just to pour that motherfucker down the drain like me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : spf
in town since : 07/06/2018
posts : 77
faceclaim, @ : alisha boe © avatar : freesia - milkhoney (gifs) astra (signature)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   Mer 27 Juin - 21:41

Lukas n’est pas bien. Elle ne te le dit pas mais tu la connais suffisamment pour le deviner. Il y a ces fêlures dans sa voix, cette hésitation qu’elle marque avant de franchir le pas de ta porte, ces yeux qui brillent un peu trop… Et surtout, il y a ce silence. Ça, ça n’avait jamais existé entre vous en plus de dix ans d’amitié… « « Mieux, maintenant que j’suis ici. » Finit-elle toutefois par répondre quand tu lui demandes comment elle va. Tu aurais préféré qu’elle te hurle des reproches plutôt que de l’entendre faire se constat tout simple d’une voix douce. Le résultat est le même quoi qu’il en soit. Elle te fait comprendre que tu lui manques, qu’elle souffre de ton silence. Tu ne trouves rien à répliquer, baissant les yeux sur tes mains posées sur tes genoux. Nerveusement, tu commences à tirer sur les petites peaux que tu as autour des ongles. Ça te tuait de savoir que tu étais responsable de sa souffrance. « Enfin, tu m’as dit que t’étais pas mal occupée, mais j’avais l’impression qu’il y avait peut-être autre chose aussi. » Un peu trop direct pour que tu songes à une esquive. Tu envies son courage de dire les choses franchement. C’est plus fort que toi, tu tournes légèrement la tête vers elle, arrivant de moins en moins à être distante.  Tu vois qu’elle aussi, elle malmène ses mains et dans d’autres circonstances, ça t’aurais fait sourire mais là, tu as juste envie de disparaître sous terre... Et surtout maintenant qu’elle est là, en chair et en os, à quelques centimètres de toi, tu dois résoudre le dilemme qui te ronge depuis des semaines en très peu de temps. Avouer ou ne pas avouer ? « C’est vrai, il y a autre chose… » Le sang pulse jusqu’à tes tempes, faisant bourdonner tes oreilles. La simple idée de lui avouer ta traîtrise alors qu’elle semble si vulnérable te donnes envie de vomir. Non, vraiment, tu ne peux pas. Alors avec un dégoût de toi-même grandissant, tu t’arranges avec la vérité. « Ça ne va pas très bien avec Chase… Alors ce n’est pas contre toi mais je suppose que j’avais envie d’être seule…  Je ne suis pas de très bonne compagnie en ce moment. » Ce n’était en rien une excuse. Juste une manière de tenter de lui faire comprendre que ton amour pour elle est intact, que rien n’est de sa faute, même si c’est bancal. Ne plus la voir était une torture mais tu ne méritais pas son amitié. Elle ne méritait pas que sa meilleure amie lui mente aussi pitoyablement sur un sujet qui la touchait d’aussi près… Après ça, tu restes muette à ton tour de longues secondes, plus lâche que jamais, lui laissant encore la corvée de briser à nouveau le silence. j’avoue que… j’ai un peu de mal à gérer tout c’qui se passe, je… » Tu as beau ne voir que son profil, tu remarques bien la larme qui roule sur sa joue. Et là, quelque chose se rompt en toi. Pas seulement parce que sais exactement ce qu’elle traverse. Juste parce que c’est Lukas et que tu ne supportes pas de la voir pleurer. Il n’en faut donc pas plus pour que tu laisses tomber ton masque. « Oh ma Lu’… » Dis-tu en posant soudainement une de tes mains sur les siennes. Tu sens tes yeux qui s’humidifient à leur tour. « Je suis désolée… » Et pour la première fois depuis qu’elle est arrivée, tu la regardes pour de vrai, te mettant légèrement de profil pour lui faire face. Tu redoutais ce que tu allais lire dans son regard mais au moins tu pouvais désormais le soutenir. Car sur ce chapitre, tu pouvais être pleinement sincère. « Je suis désolée de ne pas avoir été là… »

_________________


“They tell you you’ll forget how it used to be. You’ll get used to it, that it’s better to move on. They don’t realize you can’t. You’re not the same person anymore.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ la pleurnicharde alcoolique

pseudo : perséides, mary.
in town since : 10/10/2017
posts : 2213
faceclaim, @ : natalia dyer, by morrigan.
multiface : nicki, rafael et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   Jeu 28 Juin - 23:10

L’idée que peut-être il y aurait une autre raison pour ce silence qui te tourne dans la tête pendant quelques instants. Après tout, c’était bel et bien une possibilité que tu ne pouvais pas écarter. Tu avais hésité d’ailleurs, à poser la question. Ou enfin, disons plutôt à le mentionner. Comme si à quelque part, tu avais peur de cette réponse qu’elle allait te fournir. Après tout, peut-être était-ce tout de même un peu justifier de ta part de croire que tu avais possiblement fait quelque chose qui l’ait brusquée. Ce ne serait pas la première fois d’ailleurs. Mais clairement à cet instant, rien ne te venait. Rien d’autre d’aussi évident que le fait que maintenant, tout le monde sait pour toi. Pour Darrel aussi. Et oui, tu ne pourrais lui en vouloir de désirer que cela reste ainsi. C’est même à quelque part un peu normal. Et toi aussi, d’ailleurs, tu ne veux pas que quiconque sache qu’elle y était, elle aussi, dans cette voiture. Comme tu ne veux pas ébruiter le fait qu’Aksel était au volant. Et qu’Avalon était sur la banquette arrière. Alors, peut-être aurais-tu dû t’y attendre, à ce silence. Mais clairement, il ne t’en faisait pas moins souffrir. « C’est vrai, il y a autre chose… » Tu avais donc vu juste pour le coup. Tes yeux rivés vers elle. Comme si tu attendais qu’elle poursuive sa pensée, qu’elle te dise ce qui s’était passé. Ton cœur qui s’accélère, clairement t’es terrifiée à l’idée de savoir ce qu’elle va te dire. Mais t’as besoin de savoir. « Ça ne va pas très bien avec Darrel… Alors ce n’est pas contre toi mais je suppose que j’avais envie d’être seule… Je ne suis pas de très bonne compagnie en ce moment. » Et là, t’aurais pu te mettre à rire à cet instant. Parce que oui, c’est exactement ce que lui, t’as dit pour t’expliquer son isolement. Qu’il n’était pas de très bonne compagnie. À croire qu’ils se sont consultés avant de te parler. Pourtant, ta gorge se noue plutôt. La conversation que tu ramènes vers toi, sans trop t’en rendre compte. D’ailleurs, ça ne te ressemble pas. Toi qui veut être forte, toi qui préfère être là pour les autres en temps normal. Mais y a-t-il même une once de normalité dans toute cette histoire ? Puis y’a cette larme, qui déferle le long de ta joue, alors que tu tentais de les retenir. Une seconde qui ne tarde d’ailleurs pas trop à rejoindre la première. Pourtant, tu ne veux pas pleurer toi. Alors pourquoi il t’est impossible d’arrêter ? « Oh ma Lu’… » Sa main qui se pose sur les tiennes, enlacées. Sa voix qui ne t’aide clairement pas à te ressaisir. Mais d’un autre côté, tu te retiens depuis tellement longtemps… Alors peut-être est-ce tout à fait normal que tu n’ais pas la force de lutter plus longtemps. Pourtant tu détestes de sentir comme ça, tu détestes avoir l’impression d’être faible. Mais clairement, c’est ce que tu es à l’instant présent, faible. « Je suis désolée… » Ton regard qui se redresse vers elle à cet instant, ton regard qui croise d’ailleurs le sien. Et tu remarques bien vite qu’elle aussi, ses yeux sont humides. Pourtant, tu te dis à cet instant que c’est toi qui devrait être désolée. Désolée de lui imposer ça. « Je suis désolée de ne pas avoir été là… » Tes bras qui entourent sa nuque à cet instant, ta tête qui se niche dans son cou. Et les larmes que tu peines de plus en plus à retenir. T’as clairement l’air pathétique à cet instant, et tu en as conscience d’ailleurs, mais tu n’as plus aucun contrôle sur tes émotions. Le temps qui passent, le besoin de te laisser aller pour une fois. Avant que tu finisses par te détacher lentement d’elle, après probablement un peu trop longtemps. Tes mains qui finissent par essuyer rapidement tes yeux rougis. Une grande inspiration que tu prends, qui est nécessaire d’ailleurs. Avant que tu ne te risques enfin à reprendre la parole. « Sois pas désolée Allie… Je comprends, je t’assure. » Ta voix qui tremble encore. Tes paroles qui sont dictés à voix basse. « C’est moi qui devrait être désolée, j’ai probablement l’air un peu débile. » Tentative d’humour de ta part. Petit rire qui s’en suit avant que tu ne prennes un mouchoir de la boite posée juste à côté de son lit. « J’imagine que c’est l’accumulation d’un peu trop de choses. » Oui, parce qu’elle te connait bien Allie. Elle sait que tu es plus du genre à garder tout en dedans. Seulement, on dirait bien que tu as saturé à l’instant. « Mais ça va aller, je t’assure. » Oui, maintenant que tu t’es ressaisie, tu ne comptes plus t’emporter ainsi de nouveau. Tes problèmes que tu ne lui as pas mentionné d’ailleurs. Mais de toute façon, elle doit bien se douter de toutes ces choses, qui te traversaient l’esprit. L’accident, la révélation, le fait que tu te sois retrouvée seule pendant un bon moment pour gérer tout ça. « Mais du coup, il se passe quoi avec Darrel ? Enfin… Disons que j’aurais cru que les choses se seraient arrangées… »

Spoiler:
 

_________________

are you insane like me ? been in pain like me ? bought a hundred dollar bottle of champagne like me ? just to pour that motherfucker down the drain like me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : spf
in town since : 07/06/2018
posts : 77
faceclaim, @ : alisha boe © avatar : freesia - milkhoney (gifs) astra (signature)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   Sam 30 Juin - 18:27

Les bras de Lukas viennent enserrer ton cou tandis qu’elle pose sa tête sur ton épaule, nichant son visage dans ton cou. Tu poses une main sur sa joue et l’autre dans son dos, l’attirant vers toi. La voir dans cet état de détresse te fait des trous dans le cœur. Tu ne te sens pas la légitimité pour la consoler et pourtant, tu la gardes serrée dans tes bras jusqu’à ce que ses larmes se tarissent. Vos souffles et vos peines se mêlent dans une catharsis des émotions aussi bouleversante que douloureuse. Voilà pourquoi tu l’avais évitée si longtemps. Elle était dans ta chambre depuis à peine dix minutes et toutes tes défenses s’abaissaient déjà, te laissant plus vulnérable que jamais. Tu fermes les yeux, t’abandonnant avec culpabilité au moment. Il vous faut en fait de longues secondes avant que vous ne vous sépariez et que le dialogue se rétablisse. « Sois pas désolée Allie… Je comprends, je t’assure. » Non ! Elle ne pouvait pas être compréhensive en plus. Ça rendait juste ta position envers elle encore plus compliquée. Ta culpabilité et tes mensonges à son égard encore plus écœurants. « Crois-moi… J’ai beaucoup de raisons d’être désolée… Tu as tous les droits de m’en vouloir. J’ai été une amie pitoyable… » Démens-tu piteusement en ne développant pas pour autant. Comme depuis des mois, les aveux ne franchissaient pas le cap de tes lèvres. Cependant Lukas semble prompte à se blâmer aussi. « C’est moi qui devrait être désolée, j’ai probablement l’air un peu débile. J’imagine que c’est l’accumulation d’un peu trop de choses. » Elle a un petit rire aussi brisé que le reste de son moral, te dérobant ensuite un kleenex pour se moucher. « Mais ça va aller, je t’assure. » Sa voix qui tremble et ses yeux rougis te disent pourtant le contraire. Tu ne comptes pas la laisser à s’en tirer à si bon compte. Tu la connaissais suffisamment pour savoir qu’elle s’en voulait d’avoir craqué devant toi et qu’elle essayait déjà de remettre sa carapace en place. Elle faisait toujours ça, Lukas. Elle prenait sur elle. Mais aujourd’hui, tu n’allais pas la laisser faire. « Ce qui serait débile, ça serait de ne pas craquer avec tout ce qui se passe… Tu sais que tu peux tout me dire, hein ? Je n’ai pas l’impression que les choses vont si bien que ça. Tu as le droit de te laisser aller, tu sais… » Non mais quelle hypocrite… Tu te collerais des baffes. « Tu sais que tu peux me dire. » A quel point cette phrase était désolante quand on savait que toi tu ne lui disais plus rien ? Et bien sûr que rien n’allait bien… Et rien n’allait s’arranger facilement. « Mais du coup, il se passe quoi avec Darrel ? Enfin… Disons que j’aurais cru que les choses se seraient arrangées… » Tu avais pensé qu’elle reprendrait la parole pour te dire ce qui la tourmentait, mais bien entendu, elle préfère s’inquiéter pour toi, rebondissant sur l’excuse que tu avais utilisée pour expliquer tes silences envers elle. Tu poses une main au dessus de son coude, cherchant son regard au lieu de le fuir. « Ne pense pas à Darrel et moi pour le moment. Dis-moi juste ce qui ne va pas pour toi. Parle-moi. Je suis là maintenant. » Laisse-moi pendant un instant redevenir l’amie que tu mérites…

_________________


“They tell you you’ll forget how it used to be. You’ll get used to it, that it’s better to move on. They don’t realize you can’t. You’re not the same person anymore.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ la pleurnicharde alcoolique

pseudo : perséides, mary.
in town since : 10/10/2017
posts : 2213
faceclaim, @ : natalia dyer, by morrigan.
multiface : nicki, rafael et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   Jeu 5 Juil - 2:28

Oui, tu cherches à rester forte. Tu cherches à faire taire cette vague d’émotions qui t’as pris d’un seul coup. Parce que clairement, toi, tu n’aimes pas qu’on te voit comme ça. L’impression que tu es mieux de garder ça profondément enfoui, de ne pas te livrer de la sorte. Pourtant, tu sais bien qu’avec Allie, c’est différent. Tu sais bien que la jeune femme, elle sera toujours là pour toi. Qu’elle n’est pas là pour te juger, c’est bien tout le contraire. D’ailleurs, ce ne serait pas la première fois que tu t’ouvrirais à elle. T’as du mal à le faire clairement, mais elle sait comment s’y prendre avec toi. Comment te faire réaliser que tu n’as pas besoin de te retenir, comme tu le faits depuis les six dernières années. Parce que oui, toi c’est ta manière de te protéger. Parce qu’encore aujourd’hui tu ressens ce besoin de le faire. Blessures du passé qui ne sont pas complètement oubliées, qui ne le seront probablement jamais. Pourtant, il a y eu du progrès et tu en es pleinement consciente. Autrement, tu ne serais pas là aujourd’hui, à t’imposer comme tu le fais. Parce que tu ne tiendrais pas à elle comme c’est actuellement le cas. « Ce qui serait débile, ça serait de ne pas craquer avec tout ce qui se passe… Tu sais que tu peux tout me dire, hein ? Je n’ai pas l’impression que les choses vont si bien que ça. Tu as le droit de te laisser aller, tu sais… » Oui, tu le sais, tu sais très bien que tu peux tout dire à ton amie. Tu es d’ailleurs aussi consciente que tu n’arrives pas à lui cacher quoi que ce soit. Parce qu’elle le sait très bien quand tu caches quelque chose. Toi, bonne menteuse, et pourtant, t’as l’impression qu’elle arrive à lire en toi comme un livre ouvert. Pourtant, tu cherches tout de même à reporter l’attention vers elle. Parce que clairement, tu as l’impression que t’as assez parlée de toi pour l’instant. Et oui, clairement tu te fais aussi du souci pour elle. Et t’as étrangement l’impression qu’elle ne te dit pas tout elle non plus. Mais clairement, tu es assez mal placée pour exiger qu’elle ne te fournisse une quelconque réponse à ce sujet. « Ne pense pas à Darrel et moi pour le moment. Dis-moi juste ce qui ne va pas pour toi. Parle-moi. Je suis là maintenant. » Évidemment, tu aurais dû t’en douter. D’autant plus vu ta précédente réaction. Et tu avais beau aborder ce mince sourire à l’heure actuelle, cela n’effaçait pas les nombreuses larmes qui s’étaient perdues le long de tes joues, à peine quelque instant plutôt. Mais d’un autre côté… Tu te disais que si tu avais fait tout ce chemin, sachant pertinemment qu’elle pourrait simplement te demander de repartir, ça devait bien être parce que t’avais besoin de parler de ce que tu ressentais, depuis quelques mois. Parler de cette période creuse que tu peinais à surmonter, seule. Quoi que… l’étais-tu toujours ? « Et bien… En fait je ne sais pas trop quoi dire… » Que tu commences. Ou disons plutôt que justement, tu ne savais pas trop par où commencer toi. Parce qu’il y en avait beaucoup, des choses à dire. Longtemps accumuler, les dernières semaines, comme elle ne te donnait pas vraiment de nouvelles. « Disons que j’suis tombée de haut en fait, parce que juste avant j’commençais vraiment à aller mieux… Et bien sûr y’a fallu qu’ils viennent tout gâcher… » Oui, poupée qui avait songer à reprendre ses études, à demander moins d’heure à son patron aussi. Comme si à cet instant, tu avais eu l’impression que toi aussi, tu méritais un peu de bonheur, que tu méritais de pouvoir passer à autre chose. Et pourtant… T’avais eu cette impression que ce n’était plus qu’une illusion après que ton secret ait été exposé aux yeux de tous. Comme si tu avais l’impression que tu n’arriverais jamais à être en paix avec toi-même maintenant que tout le monde est au courant. « J’essaie d’garder la tête haute, de pas m’en faire sur ce que les gens disent… mais c’pas facile tous les jours. » Oui, parce que tu as beau d’être forgé une carapace d’acier, il n’en reste pas moins que le regard des autres t’affectent toujours, que leurs paroles en font de même. Et tu essais de rester forte, de ne pas les laisser t’atteindre, mais c’est au-dessus de tes forces. « Surtout que disons… C’qu’ils m’ont d’mandé d’faire en échange de leur silence… c’était horrible. Sérieux, j’te souhaite pas que ça t’arrives. J’y r’pense encore, souvent même. » Non clairement, tu ne lui souhaitais pas ça, ni à elle, ni à quiconque d’ailleurs. Maintenant consciente qu’ils étaient vraiment prêts à tout pour que la vérité éclate au grand jour. Même de mettre la vie de certaines personnes en danger. Et de pousser les autres à commettre l’irréparable. « Mais… j’pense que c’est pas que pour ça que j’suis émotive, je… » Non, parce que clairement, il s’était passé pas mal plus de choses que cela au cours des dernières semaines. Et clairement, cela t’avait affecté aussi. Cette fois, un peu plus positivement que négativement. « J’ai vu Aksel l’autre jour. J’lui avais pas reparlé d’puis un moment aussi, ça m’a fait du bien. » Que tu avoues, détournant le regard au même moment, préférant ne pas croiser son regard alors que tu prononçais ces mots. Peut-être bien parce que tu étais en quelque sorte un peu gênée toi, que ça, ça te fasse du bien. Mais après, peut-être était-ce normal, non ? Il n’en restait pas moins ton meilleur ami après tout. Alors bien sûr qu’il t’avait manqué. « Et toi, maintenant… Tu m’avais manqué Allie. » Oui, clairement, elle y était elle aussi pour quelque chose dans cet élan émotif. Doux mélange d’un trop pleins de choses qui arrivent au même moment, si bien que t’as fini par ne plus être en mesure de ne rien gérer sur tes émotions. Mais là, tu te sens déjà un peu mieux. Et là, tu sais que tu ne fondras plus en larme ce soir.

_________________

are you insane like me ? been in pain like me ? bought a hundred dollar bottle of champagne like me ? just to pour that motherfucker down the drain like me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : spf
in town since : 07/06/2018
posts : 77
faceclaim, @ : alisha boe © avatar : freesia - milkhoney (gifs) astra (signature)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   Ven 13 Juil - 14:22

C’est difficile pour Lukas de se confier mais tu parviens à la convaincre. Vous finissiez toujours par tout vous dire. Les secrets, c’est ce qui avait fait le sel et le béton de votre relation. Alors elle finit par s’ouvrir à toi alors même que tu lui as avoué que tu étais une amie déplorable. « Disons que j’suis tombée de haut en fait, parce que juste avant j’commençais vraiment à aller mieux… Et bien sûr y’a fallu qu’ils viennent tout gâcher… » Un petit frisson descend le long de ton échine. Tu savais ce qui se cachait derrière ce « ils ». Et ça te terrifiait. Encore plus que les absurdes cauchemars que tu faisais la nuit car celui-ci était bel et bien réel. « J’essaie d’garder la tête haute, de pas m’en faire sur ce que les gens disent… mais c’pas facile tous les jours. » Ta compassion pour elle était éveillée depuis longtemps mais elle s’intensifie définitivement. Ce qu’avait vécu Lukas était terrible. D’abord la révélation de votre crime alors qu’elle avait repris espoir puis le regard des autres, les ragots, la calomnie… Il y avait de quoi perdre la raison. Autant pour elle que pour toi. Parce que toi, tu portais désormais ce poids supplémentaire : tu l’avais laissée ce débattre seule avec tout ça… Mais le mot seule ne sort pas de ta bouche, tu n’as pas envie de ramener les choses à toi alors qu’elle te confie son ressenti. « Je ne sais pas comment tu fais pour endurer tout ça… Tu es tellement forte… » Souffles-tu avec admiration. Ça lui fait une belle jambe, que tu la trouves forte, t’en doutes pas mais tu ne trouves rien de plus intelligent à dire. De toute façon, la boîte de Pandore est définitivement ouverte et elle revit sans pouvoir s’arrêter les horreurs des derniers mois, le regard hanté. « Surtout que disons… C’qu’ils m’ont d’mandé d’faire en échange de leur silence… c’était horrible. Sérieux, j’te souhaite pas que ça t’arrives. J’y r’pense encore, souvent même. » Cette nouvelle révélation te donne l’impression d’avoir reçu un coup à l’estomac et il te faut de longues secondes pour l’assimiler et avoir une réaction physique. « Mon dieu… ils t’ont fait du chantage ? » Tu repasses une main réconfortante dans son dos. « Qu’est-ce qu’ils t’ont demandé de faire ? » Demandes-tu après un nouveau long silence, osant à peine poser la question. Tu chuchotes presque, comme si la présence menaçante dont vous étiez en train de parler était juste derrière la porte. Tu es anéantie. La confession de Lukas te démontre que la situation était bien plus catastrophique pour vous, que ce que tu avais imaginé…

Et alors que tu penses ne pas pouvoir te sentir plus mal, la Wheeler prononce soudain le prénom d’Aksel. « J’ai vu Aksel l’autre jour. J’lui avais pas reparlé d’puis un moment aussi, ça m’a fait du bien. » Elle détourne le regard et cette fois-ci, tu fais de même. Tu ne pouvais pas la regarder dans les yeux alors que vous parliez d’Aksel. Elle te connaissait trop bien, elle verrait certainement que quelque chose clochait….Tu en es encore à chercher quoi dire sur le Fox lorsqu’elle reprend la parole. « Et toi, maintenant… Tu m’avais manqué Allie. » L’émotion palpable de la brunette ne fait que décupler la tienne. Exclure Lukas de ta vie avait été la pire des sanctions que tu t’étais infligée au nom de la culpabilité. Car le manque d’elle avait été violent chez toi aussi. Et par la même occasion, tu l’avais faite souffrir elle alors qu’elle était innocente dans cette histoire. Touchée, tu lui fais comprendre d’une voix éraillée. « Tu m’as manquée aussi Lu’… »  Tu ne vas pas jusqu’à lui dire que ça te faisait du bien de la voir aussi. Car ça serait un mensonge. C’était toujours aussi douloureux de lui mentir, de récolter ses marques d’affections que tu ne méritais pas. Mais tu n’en peux plus de la repousser, tu as juste envie de la retrouver. « J’aurai pas du m’isoler, te laisser… J’vais me rattraper… promis. On est cons… Aksel, Cami, moi, on essaye de dealer avec toute cette merde de nos côtés alors qu’on est pas mieux séparés… » Tu te redresses, prenant une décision soudaine. « Ça te dirait de rester ici ce soir ? »

_________________


“They tell you you’ll forget how it used to be. You’ll get used to it, that it’s better to move on. They don’t realize you can’t. You’re not the same person anymore.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — the one i've lost (w/allie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— the one i've lost (w/allie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Allie Léna Williams essaye d'être sociable.
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: north mill valley-
Sauter vers: