AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (aksel) and you see your spirit fading in the dark.

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



♛ l'rêve de médailles

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 28/06/2018
posts : 71
faceclaim, @ : holt. @(av.) wild heart (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: (aksel) and you see your spirit fading in the dark.   Mar 3 Juil - 19:36


and you see your spirit fading in the dark.




jour un. retour au bercail. ouais, c'pas vraiment une partie d'plaisir. s'tu l'pouvais, tu serais bien restée à los angeles. et plus l'temps passe et plus tu songes à t'y installer. genre, définitivement. c'con qu't'es pas l'courage de l'faire, d'envoyer tout valser et d'te tirer une bonne fois pour toute, d'abandonner l'passé qui t'ronge un peu plus jour après jour. l'accident, l'omniprésence d'tes parents. poupée oppressée qui, pourtant retourne dans son bled parce qu'y a quand même un manque qui s'fait ressentir. c'est p'tre le bordel mais, en attendant, y a toujours des gens à qui tu tiens. un peu trop p'tre pour t'pousser à tout laisser sur l'bas côté. alors t'es rentrée chez toi. les cours sont terminés, vacances d'été. t'en prends pour deux mois, va falloir qu'tu sois forte. p'tre plus que les autres, égoïstement. t'as beaucoup trop à perdre, tellement d'choses construites. un coup d'vent et tout pourrait s'casser la gueule. en toute discrétion, tu t'es garée d'vant la villa d'tes vieux et t'as défait des valises. ils étaient pas là, t'veux pas savoir c'qui s'trame. ton père dans ses bureaux à san francisco ou en déplacement t'sais pas où et tu t'en fous, ta mère surement dans les draps d'un type quelconque ou alors avec ton père juste histoire de. t'y penses pas, t'veux, ça t'filerait la gerbe. quoi qu'il en soit, t'as passé la journée livrée à toi-même et c'pas plus mal comme ça. déjà qu'le trajet depuis los angeles t'as rendue maussade, t'aurais p'tre pas supporté l'exubérance d'ces gens qui s'disent être tes géniteurs. qu'des conneries ouais. ils n'sont qu'un putain d'porte-monnaie bien rempli. leurs motivations sont plus qu'discutables et t'aimerais n'rien avoir affaire avec eux. mais t'peux pas. parce que t'es qu'une p'tite chose toute fragile et qu'ils ont beaux être hors d'contrôle, ils restent tes parents. et c'dingue comme ça fait mal d'être aussi attachée et d'vouloir rendre fier de tels êtres. à peine rentrée qu'déjà t'as la caboche qui bouillonne. vivement la rentrée, clairement, qu'tu retournes dans ta piaule d'étudiante et qu'tu puisses faire l'vide proprement. ou du moins garder l'illusion d'faire ça bien. bref. pas envie d'rester chez toi, t'as besoin d'bouger, d'prendre l'air. début d'soirée et toujours autant d'solitude. c'pas pour toi l'silence, t'as jamais aimé ça. princesse pleine d'vie, t'as besoin d'monde, d'penser à autre chose. t'aurais bien appelé tes potes mais t'penses que c'est trop tôt. pour toi plus qu'pour les autres. t'finiras par céder mais pas tout d'suite, pas l'premier jour, pas après l'trajet. demain p'tre, quand t'auras dormi. ouais, on verra. l'seul truc qu'tu trouves à faire, c'est d'te rendre dans un bar. poupée observatrice, barrières mises en place, pas moyen d't'atteindre. t'façon, t'as l'barman dans la poche d'puis longtemps. t'es bien naïve d'penser qu'il t'protège juste parce qu'il a envie. s'tu savais qu'il rêve seulement d'te mettre dans son pieu, tu verrais p'tre les choses différemment. ou pas. ton regard qui s'perd dans la foule et finalement qui s'retrouve accroché par une silhouette qu'tu connais trop bien. t'hésites sans pour autant trop attendre. parce que c'est p'tre bien avec lui qu'c'est plus facile. bière en main, t'fais un signe au barman et tu commandes un truc pour l'type qu'tu vas rejoindre. et puis tu fais l'tour jusqu'à l'atteindre. t'poses ta bière sur l'comptoir et l'barman dépose l'verre devant sa gueule avant d'retourner à ses clients. il est pour moi c'lui-là. l'sourire qui illumine ton visage. quoi qu'j'pense que j'devrais l'boire vu ta gueule. c'pas méchant, c'la pique qui fait du bien. l'retour aux sources qu't'aurais pu avoir avec personne d'autre qu'lui. tu m'as manqué ... qu'tu commences en l'prenant dans tes bras. tu lui laisses pas l'choix, jamais. la princesse câline et tactile, la grande enfant qu'à b'soin qu'on la couve bien qu'elle clame l'contraire. ... juste un peu hein. qu'tu termines en t'détachant. faux. c'comme ça, l'manque d'la famille qu'on s'construit. lui plus proche qu'les autres, ou presque. l'grand-frère qu't'as jamais eu et qu'tu t'es choisi. ouais, l'manque évident, y a pas à dire.

@aksel fox

_________________
† it's like rain on your wedding day, it's a free ride when you've already paid. it's the good advice that you just didn't take, who would've thought, it figures. well, life has a funny way of sneaking up on you and life has a funny way of helping you out. helping you out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



celui qui cherche la castagne

pseudo : paper gun, sam
in town since : 16/05/2018
posts : 103
faceclaim, @ : pleskun, @vocivus
multiface : mini bane, seven
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (aksel) and you see your spirit fading in the dark.   Ven 6 Juil - 4:34

—— and you see your spirit fading in the dark ——
la dernière conversation avec allie t’a un peu perturbé. du coup, c’soir, t’as décidé d’changer d’bar, espérant qu’personne vienne t’casser les couilles pendant qu’tu picoles, c’te fois-ci. c’pas qu’t’apprécies pas la compagnie d’la brune, c’juste que, voilà, quoi. c’tait pas rien qu’pour papoter qu’elle t’a cherché dans toute la ville et c’est p’t’être ça qui t’fait chier, aussi. comme si on cherchait l’fox rien qu’pour l’voir, comme ça, par envie… non mais. t’devrais t’en douter, surtout d’puis qu’t’ingurgites plus d’éthanol en une soirée qu’une personne normale dans toute sa vie. surtout d’puis c’fameux soir… ouais, c’plutôt ça l’problème, en fait. et c’pas tant qu’on veule pas tellement t’voir qui t’affecte, c’plutôt qu’on s’sente obligé d’le faire. un peu comme quand t’es dans l’bus et qu’tu croises le r’gard d’une personne âgée, t’as pas envie d’te l’ver pour lui céder ton siège, mais tu l’fais quand même, pour bien paraître, tout ça. et ba c’est exactement comme ça qu’tu t’sens en c’moment, comme un vieux qu’attire les yeux l’vé vers l’ciel et la pitié. putain, tu t’fais grave chier. y a même c’connard d’barman qu’a oublié qu’t’existes, trop préoccupé à servir la blondasse qu’a enfilé sa plus belle t’nue. entre ça et être à poil, t’vois pas la différence. et, après, c’sont les mecs qui passent pour d’vrais pervers. t’as la rage au ventre, t’as envie d’gueuler. qu’on t’serve à boire, nom d’un chien! pourtant, t’bouges pas d’un millimètre, t’restes sagement là, à observer l’verre vide d’vant toi, c’lui qu’tu t’amuses à faire tournoyer sur lui-même. mauvaise habitude qui t’lâche pas. ça t’calme, t’sais pas trop pourquoi. c’mieux ça d’casser des mâchoires, t’images. et y a c’soupire qui s’échappe d’tes lèvres, qui t’fait t’redresser contre l’tabouret, l’menton qu’tu lèves enfin pour chercher l’barman qu’a disparu. bière qui s’pose à côté d’toi, barman qui réapparaît soudain’ment pour déposer un verre sous tes yeux. y a lu dans tes pensées. ou pas. iris qu’tu plantes sur la d’moiselle qui s’poste à tes côtés et tu t’figes, quelques s’condes. rien qu’assez pour avoir l’air con.
il est pour moi c'lui-là.
elle sourit, pas toi. p’t’être trop surpris d’la r’voir. y a qu’tes lippes qui s’détachent lent’ment, qui s’repoussent comme des aimants. t’es content, pourtant. elle t’a manqué. p’t’être trop pour qu’tu t’rendes enfin compte qu’elle est bel et bien là, d’vant toi. poupée qu’a pas tellement changé, si c’tait pas d’sa sale gueule.
quoi qu'j'pense que j'devrais l'boire vu ta gueule.
croisé. excepté que, toi, t’lui pass’ras pas la r’marque. tu tiens à tes couilles et, surtout, à pas gâcher vos retrouvailles.
t’as bonne mine aussi, west!
tu t’contentes d’souffler, l’sourire qui naît douc’ment sur ton visage. y était pas trop tôt.
tu m'as manqué ...
ouais, elle t’a manqué aussi. mais t’as pas l’temps d’lui dire qu’elle est d’jà dans tes bras alors qu’tu la serres davantage contre toi. tu l’avou’ras p’t’être jamais, mais t’avais b’soin d’elle, là, tout d’suite. ça t’évite d’trop penser. à c’t’histoire avec allie… à lukas, surtout. à toutes ces merdes qu’tu traînes d’puis trop longtemps maint’nant. ouais, ça t’fait du bien qu’elle soit là, ta princesse écorchée.
... juste un peu hein.
j’m’en doute.
tu rétorques, t’pinçant les lèvres pour réprimer un sourire alors qu’elle s’détache. visage qu’tu contemples quelques s’condes avant d’t’emparer du verre qu’elle t’a gentiment offert.
t’inquiètes, j’dirais à personne qu’je t’ai manqué.
c’bien la seule qui l’pense, t’façon. et c’pas comme si t’avais grand monde à qui l’dire. à part mémé, y a personne qu’tu côtoies sur l’régulier. y a bien lukas qu’t’as l’intention de r’voir parce que… ba, y a pas d’raison. t’en as pas b’soin. c’lukas, c’tout. mais, voilà, quoi. tes relations sont plus qu’tendues avec allie et jay. tant qu’à darrel, t’oses même pas y penser quand il s’ra au courant d’toi et d’sa p’tite amie. et y a ton r’gard qui s’arrête sur l’alcool qu’tu t’apprêtes à ingurgiter et qu’t’abandonnes ensuite pour l’poser sur la blonde. tu tentes d’ravaler les larmes qui t’brûlent les yeux, pour rester fort. pour cami. parce que c’toi qu’est censé la protéger, mais t’as c’t’envie d’te mettre à chialer. parce que, putain, t’as mal et t’as plus personne à qui t’peux t’confier. t’prends une gorgée du verre qu’t’as dans la main, œsophage qui s’enflamme, langue qui pique. et tu t’calmes. enfin.
ba, vas-y, restes pas planter là, assieds-toi. raconte-moi tout, les études, tout ça… t’es là d’puis quand?
faire diversion, ouais. t’es doué là d’dans, fox. mais t’veux pas qu’elle parte, pas de suite alors aussi bien éviter les sujets trop délicats et opter pour un truc plus léger. tu t’es d’jà fait suffisamment chier comme ça avec allie, un peu d’normalité, ça t’fera pas d’tort.

_________________
lonely


tim at the beach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ l'rêve de médailles

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 28/06/2018
posts : 71
faceclaim, @ : holt. @(av.) wild heart (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (aksel) and you see your spirit fading in the dark.   Dim 8 Juil - 23:50


and you see your spirit fading in the dark.




pour l'coup, tu serais prête à dire qu'ton retour te fait du bien. prunelles accrochées à sa silhouette. c'type qu'tu considères comme ton frangin. c'manque de sa présence que tu ressens d'façon permanente depuis qu'tu t'es volontairement éloignée d'mill valley. t'avais pas l'choix que d'le mettre de côté, lui aussi. si t'avais du favoritisme, t'en aurais pris plein la gueule, à coup sûr. déjà qu't'es persuadée qu'darrel t'en veux d'pas l'appeler aussi souvent qu'avant. bref. t'as pas mis longtemps avant d'te décider à venir le rejoindre. bière posée sur l'comptoir, l'barman qui ramène ce que tu lui avais demandé pour lui. entrée en matière loin d'être fine, t'aurais clairement pu faire mieux. à croire qu't'es rouillée. p'tre que l'air d'los angeles t'a cramé les neurones ou un truc dans l'genre. tu t'gênes même pas pour lui dire qu'il a une sale gueule, si c'pas beau ça. tu remarques pourtant sa surprise, son absence de réaction spontanée. ouais, t'avais pas prévenu d'ton retour aussi. alors, forcément, y a moyen qu'il bloque. ce s'rait même plus qu'logique. t’as bonne mine aussi, west ! c'qu'un façade mais tant pis, t'accompagnes son sourire du tien et puis tu t'blotties dans ses bras. sans lui d'mander la permission d'ailleurs. et toc. ce sera pour l'attente de réaction tiens. petite vengeance, quoi qu'ce soit pas bien méchant. poupée pas rancunière pour deux sous, cette étreinte, c'est surtout pour toi, pour sentir qu'tes de nouveau à la maison et puis p'tre te rassurer un peu d'savoir qu'il est toujours là. l'manque que tu ne cherches même pas à cacher, tes paupières qui s'ferment quand t'sens ses bras s'refermer autour d'toi. putain qu'ça fait du bien. il n'te faut pas grand chose pour chasser les nuages un peu trop gris finalement. tu minimises c'sentiment qui t'tiraille d'une réflexion à la con. ton sourire et l'ton d'ta voix qui trahi ton mensonge, à n'en pas douter. et puis, tu t'hisses sur l'tabouret à côté d'lui. j’m’en doute. l'verre dont il s'saisit pendant qu'tu portes la bière à tes lèvres. t’inquiètes, j’dirais à personne qu’je t’ai manqué. p'tite tête de souris pleine d'malice. vaudrait mieux fox. c't'un secret alors t'as intérêt à l'garder précieus'ment. sinon ma colère sera terrible. ouais bon, pour l'coup, t'es vraiment pas crédible. toi qui n't'énerve jamais, du genre à tout intérioriser, à n'jamais hausser l'ton. t'évites le conflit, en permanence. alors parler d'colère ou pire, d'vengeance, ça n'colle tellement pas avec l'personnage. c'pour ça qu't'as aksel. nécessité qu'tu persistes à repousser quand il veut jouer les protecteurs et pourtant, tu n'dis pas qu'ça t'fait du bien, qu'ça t'touche. t'entames l'analyse minutieux d'son visage et d'ses gestes. y a comme une truc qui cloche. ça t'plait pas des masses d'ailleurs. l'impression qu'il est éteint. qu'il n'est pas vraiment là. p'tite ride qui s'creuse entre tes sourcils froncés. bah, vas-y, restes pas plantée là, assieds-toi. raconte-moi tout, les études, tout ça … t’es là d’puis quand ? tu t'racles la gorge, un brin amusée. j'suis déjà assise ... ok, t'pas grande m'enfin y a des limites quand même. t'as l'air à côté d'tes pompes toi quand même. simple observation, il en fera c'qu'il voudra, pas obligé d'te répondre. tu n'lui en feras pas tout un plat t'façon. tu balances des infos, des p'tites perches comme ça, l'air de rien. si c'pas pris en compte, tant pis, t'y reviendras p'tre plus tard. si t'oublies pas entre temps. oh t'sais moi, y a pas grand chose à dire. ça avance ... pour l'instant ... ouais, pour l'instant. parce que, clairement, t'es pas sereine. demain, l'monde pourrait arrêter d'tourner pour toi. boule au ventre depuis qu'lukas a été mise en avant. et puis, y a darrel qu'a été balancé. et toi, princesse, t'regardes toujours par-dessus ton épaule, poursuivie par les fantômes du passé. j'viens juste d'rentrer. qu'tu poursuis, l'regard qui vient percuter ta bouteille d'alcool. j'voulais voir personne avant d'y être obligée. qu'tu lâches. bombe en plein milieu du bar. j'suis contente qu'ce soit toi l'premier. parce que t'l'aurais p'tre mal vécu si ça n'avait pas été lui. tes prunelles qu'accrochent les siennes. l'faible sourire qu'étirent tes lippes. c'la meilleure des obligations qu'j'ai eu d'puis un moment. poupée trop guimauve, trop fleur bleue. ouais, tout dans la douceur, toujours. p'tre bien pour ça qu'tu t'fais berner trop vite, trop facilement. parce que t'es p'tre mielleuse mais, en attendant, t'es sincère.

_________________
† it's like rain on your wedding day, it's a free ride when you've already paid. it's the good advice that you just didn't take, who would've thought, it figures. well, life has a funny way of sneaking up on you and life has a funny way of helping you out. helping you out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



celui qui cherche la castagne

pseudo : paper gun, sam
in town since : 16/05/2018
posts : 103
faceclaim, @ : pleskun, @vocivus
multiface : mini bane, seven
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (aksel) and you see your spirit fading in the dark.   Dim 15 Juil - 1:13

—— and you see your spirit fading in the dark ——
t’peux pas cacher ton étonn’ment lorsqu’t’aperçois la silhouette d’cami s’dessiner sous tes rétines. tu t’attendais pas à la voir aujourd’hui et surtout pas ici. c’t’à croire qu’tout l’monde arrive à t’trouver dans un bar… faudrait p’t’être qu’tu t’calmes un brin sur la bouteille, fox – ou qu’tu changes d’lieu d’prédilection. malgré tout, t’es heureux qu’elle soit là, avec toi, de r’trouver ton amie sur qui, y a pas si longtemps, t’pouvais encore t’confier, avant qu’tout parte en couille. la bande, la confiance… vos vies. t’aurais pu éterniser c’t’étreinte, celle qui t’fait un bien fou, mais t’as jamais été très tactile, toi et ça f’rait rien qu’bizarre qu’tu l’deviennes, d’jour au lend’main. lorsqu’vos carcasses se r’poussent, t’viens saisir l’verre qu’elle t’a gentiment offert après lui mentionner qu’son secret s’ra bien gardé, c’lui où elle t’avoue lui avoir manqué.
vaudrait mieux fox. c't'un secret alors t'as intérêt à l'garder précieus'ment. sinon ma colère sera terrible.
verre qu’tu portes à tes lèvres pour réprimer un rire. d’puis l’temps qu’tu la connais, t’l’as jamais vu fâché, c’te gonzesse. alcool qui t’brûle la gorge alors qu’tes iris suit l’mouv’ment du verre qu’tu déposes sur l’comptoir. t’l’invites à s’asseoir, à t’raconter c’qu’a d’nouveau dans sa vie, rien qu’pour éviter d’ressasser l’passé et de r’penser à c’te fameuse soirée... celle qu’est en train d’vous détruire un peu plus chaque s’conde.
j'suis déjà assise ...
ouais. t’as pas fait gaffe, un brin submergé par tes pensées. t’as b’soin d’concentration, fox et qu’t’arrêtes d’te torturer l’esprit avec c’putain d’histoire entre allie et toi.
t'as l'air à côté d'tes pompes toi quand même.
fine observatrice. après, faut pas non plus un doctorat en psychologie pour voir qu’t’es pas dans ton assiette. t’trop transparent, aksel, un jour, ça t’perdra. tu r’lèves pas son commentaire, t’contentant d’lui offrir un d’mi sourire pour l’insister à poursuivre.
oh t'sais moi, y a pas grand chose à dire. ça avance ... pour l'instant ...
c’vague. trop vague. y a même un léger silence qui s’installe, comme si elle réfléchissait à un truc. un truc qui, clairement, l’enchante pas, vu comment elle mate sa bouteille après avoir ouvert une nouvelle fois la bouche.
j'viens juste d'rentrer. j'voulais voir personne avant d'y être obligée.
ok. well. t’imagines qu’t’es un peu c’t’obligation dont elle fait allusion et, pourtant, sa réflexion t’choque pas plus qu’ça, même qu’tu comprends qu’elle ait eu c’raisonn’ment. t’avais un peu l’même avant d’débarquer chez lukas, au beau milieu d’la nuit… avant d’tenter un raproch’ment qu’a lamentablement échoué et avant d’merder en beauté, encore une fois. t’soupires, portant l’verre à tes lèvres une s’conde fois, liquide qui s’évapore un peu trop rapid’ment à ton goût. c’dommage, ça t’fait du bien.
j'suis contente qu'ce soit toi l'premier. c'la meilleure des obligations qu'j'ai eu d'puis un moment.
y a ton r’gard qui s’pose sur elle alors qu’elle t’décroche un maigre sourire. tu l’imites, pas vraiment pour être poli, juste qu’ça t’touche presque comme aveu même si ça t’surprends pas des masses v’nant d'cami… p'tite douceur incarnée, bien content qu’elle soit pas d’venu une d’ces bitch qu’t’encadrent pas.
ça non plus, j’le dirais pas, promis.
clin d’œil qu’accompagne ta p’tite boutade alors qu’a ton bassin qui pivote entièrement vers la blonde. main qu’tu poses sur la sienne que’que s’conde, nouveau sourire – davantage sincère qu’les précédents – qui s’tape l’incruste sur ton visage.
ça fait du bien qu'tu sois rentré, west.
surtout là, en c’moment. elle arrive pile quand y faut… ou, enfin, c’est c’que t’tentes d’te faire croire. t’sais pas… t’sais pas encore si c’t’une bonne chose ou pas qu’elle débarque lorsqu’tout autour d’toi semble s’écrouler à nouveau, comme si y avait pas d’jà suffisamment d’décombres qu’t’évites à chaque putain d’jour. r’gard qui s’accroche à ton verre, dans l’quel t’aurais envie d’te noyer, là, de suite.
et, quand t’sentiras prête… j’crois qu’toute la bande s’ra vraiment contente d’te r’voir…
ça, c’certain. qui s’rait pas content d’revoir cami, t’façon? elle qu’a toujours été gentille avec tout l’monde, même l’pire des imbéciles. un peu naïve, la gosse, par contre et ça t’a toujours mis les nerfs à vif, toujours peur qu’quelqu’un – ou qu’un connard, surtout – s’amuse à s’jouer d’elle, à lui briser l’cœur. parlant d’cœur…
j’ai r’vu allie et jay dernièrement… et lukas…
lukas. lukas qu’t’arrives pas à t’sortir du crâne… qu’t’es jamais arrivé à oublier une seule putain de s’conde d’puis qu’t’as, toi-même, coupé les ponts après l’incident. c’te même lukas qu’t’as baisé une d’ses amies la plus proche. ouais. comme ça. parce que t’avais bu. c’ça ton excuse, y en a pas d’autre. même s’tu creuses, qu’tu cherches pendant des heures… y a rien qui peut justifier c’que t’as fait. verre qu’tu croises du r’gard et qu’tu cales d’une traite avant d’le fracasser sur l’comptoir. ça va… ça va.
et y a mémé qui s’rait toute joie s’tu passes à la maison pendant les vacs.
t’changes d’sujet pour immiscer la vieille dans la conversation, mémé qu’aime tout l’monde et qu’tout l’monde aime. impossible d’pas sourire en pensant à elle. discussion plus légère, du coup… même si t’es parvenu à t’énerver toi-même, comme un grand, rien qu’avec ces pensées qu’t’arrivent pas à apaiser. au final, qu’cami soit là ou non, ç’change pas. qu’lukas soit rev’nu dans ta vie non plus, ça aide pas. y a rien qu’aide… même si la bande s’réunie à nouveau, comme avant, y aura rien qu’y f’ra en sorte qu’c’te soirée s’efface d’votre mémoire.

_________________
lonely


tim at the beach:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ l'rêve de médailles

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 28/06/2018
posts : 71
faceclaim, @ : holt. @(av.) wild heart (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (aksel) and you see your spirit fading in the dark.   Hier à 16:14


and you see your spirit fading in the dark.




si t'avais voulu l'faire, t'aurais probablement pas réussi. toi qui voulait juste aller boire un verre, à l'abri des regards. t'voulais croiser personne, t'voulais pas t'encombrer l'esprit de retrouvailles gênées et gênantes. t'voulais pas avoir à faire semblant qu'tu rayonnes alors qu'ta lumière s'est éteinte depuis c'fameux soir. c'est rien d'plus qu'un faisceau lumineux factice, plus rien d'vrai, d'naturel, d'sincère. et pourtant, y a c'sourire qui s'fige sur tes lippes quand ton r'gard s'pose sur sa silhouette. parce que dans cet océan d'solitude que tu cherches à trouver désespérément, y a lui. c'lui dont t'as bien du mal à te défaire. celui qu'tu refuses d'mettre de côté. pour rien au monde. p'tre bien qu'c'est parce que c'ton point d'ancrage, nécessité dévorante, qu'tu l'as rejoint, d'mandant au serveur d'poser un verre d'vant sa carcasse en attente d'liquide à ingurgiter. retour fracassant, presque illusoire. tas l'impression qu'il t'regarde comme si t'étais pas vraiment là. poupée mirage. p'tre pour ça qu'tu t'faufiles dans ses bras, ou alors c'juste parce que toi, t'as besoin d'cette étreinte pour t'faire prendre conscience qu't'es bel et bien d'retour à la maison. secret qu'tu partages avec lui quant au fait qu'il t'ait manqué. ouaip, bien plus qu't'aurais pu l'croire au départ. pilier indispensable à ton bon fonctionnement. il te d'mande comment ça s'passe pour toi, d'puis combien d'temps t'es rentrée. t'cherches pas des masses à mentir alors t'restes évasive. c'plus simple que d'admettre qu't'es clairement plus à l'aise dans ta peau d'gamine à qui la vie semble sourire. parce que c'tout l'contraire, parce que tu joues la comédie et qu'ça commence à peser lourd sur tes épaules d'athlète. t'es maladroite dans tes paroles quand tu dis qu'tu voulais croiser personne avant qu'ça n'soit une obligation. t'as pas pensé qu'il pourrait mal l'prendre. t'as juste voulu partager un bout d'ressenti pour une fois. toi qu'a pourtant l'habitude d'tout garder à l'intérieur de n'te montrer qu'son ton meilleur jour. t'rattrapes bien l'coup pourtant parce qu'ça t'fait du bien qu'ce soit lui la première personne qu'tu croises. l'faible sourire qu'étire tes lèvres à l'arrache. aveu qu'tu fais volontiers parce qu'putain qu'cette noirceur t'ronge le cerveau et qu't'aimerais pouvoir retrouver les beaux jours. ça non plus, j’le dirais pas, promis. ouais, non, vaudrait mieux pas leur dire. t'sais qu'darrel l'prendrait mal. bien plus qu'les autres finalement. lui qui t'traîne dans ses valises depuis qu'vous êtes gamins, ce serait pas malin d'afficher ton affection p'tre plus prononcée pour l'gamin qu'tu prends pour un frangin. et pourtant, darrel, t'aurais dû l'voir en premier, lui qu'a été balancé par ces inconnus qui s'amusent à foutre vos vies en l'air. tu devrais l'sout'nir plutôt que d'te murer dans l'silence.  pensées qui t'entraînent avec elles et la main d'aksel qui s'pose sur la tienne pour t'ramener sur terre. ça fait du bien qu'tu sois rentrée, west. ton pousse qu'enlace l'sien, l'pincement d'tes lippes. ouais ... qu'tu soupires, pas vraiment convaincue ni même convaincante. quoi qu'au moins, t'es sûre qu'ça lui fait plaisir, à lui. c'est p'tre plus à toi qu'ça fait pas du bien d'être rentrée. enfin, c'est p'tre juste qu'une excuse d'plus pour avoir déjà envie d'repartir. et, quand t’sentiras prête … j’crois qu’toute la bande s’ra vraiment contente d’te r’voir … ouais, là, t'es beaucoup moins sûre d'un coup. parce qu'y a déjà lukas et darrel qu'ont été exposé et qu'allie a toujours voulu parler aux flics de c'qui s'était passé. jayden, tu l'vois souvent, c'pas d'lui qu'tu doutes le plus, quoi qu'vous parlez pas de c'qui s'est passé. il était pas là lui, la meilleure décision qu'il ait jamais prise, c'était d'pas rentrer avec vous. y reste plus qu'aksel et toi. et d'tous les autres, t'es probablement celle qu'a l'plus à perdre si jamais ton nom v'nait à sortir. raison d'plus pour t'prendre la tête avec allie à la seconde où vos regards vont s'croiser. et d'ça, t'es pas vraiment pressée. c'gentil fox, mais pour une fois, laisse moi être la pessimiste d'nous deux s'te plaît. tu grimaces un peu, ta main qui s'dégage de la sienne pour récupérer ta bière. nouvelle lampée qu'tu laisses glisser l'long d'ta gorge. et putain elle est déjà presque vide. p'tre que tu devrais t'mettre une mine. ou p'tre pas. t'sais même pas c'que tu veux, ça d'vient grave. j’ai r’vu allie et jay dernièrement … et lukas … cette dernière, probablement la seule personne avec qui t'pourrais parler librement d'comment tu t'sens. et pourtant, y a quelque chose qui t'souffles qu'ce sera probablement la dernière qu'tu retrouveras. et ça t'fait chier en fait. tu devrais p'tre prendre les devants. ou p'tre que tu devrais laisser les choses s'faire. putain t'en sais rien. faudrait déjà qu't'arrives à passer cette soirée, l'reste, ça devrait aller. pas vrai ? et y a mémé qui s’rait toute joie s’tu passes à la maison pendant les vacs. t'étouffes un rire. balancer mémé sur l'tapis, fallait l'faire. comme si ça dev'nait urgent. tu m'étonnes que j'passerai ouais. un brin d'enthousiasme qui s'cale dans l'ton d'ta voix. enfin. rien qu'pour un thé et des p'tits gâteaux qu'elle sait très bien que j'mangerai pas mais qu'elle continue quand même à m'proposer. ouais, voilà, c'est ça qui t'faut. tu t'retiens toujours d'rire. parce qu'mémé, c'est celle d'aksel mais c'un peu celle d'tout l'monde finalement. j'sais pas si c'pas elle qui m'a l'plus manqué au bout du compte. qu'tu souffles. menteuse. coup d'oeil à son verre vide et à ta bouteille qui s'lamente d'n'avoir plus qu'un misérable fond. t'siffles le serveur et lui d'mande de remettre la même chose. léger mouv'ment d'tête entendu. princesse qui sait aussi s'comporter en bonhomme. c'pourtant rare c'genre de prouesses. à peine rentrée qu'j'ai déjà envie d'repartir ... l'aveu qui t'dépasse, prunelle fixée sur l'zinc. l'jour où j'mets les voiles, j'veux qu'tu viennes avec moi. utopie d'un monde où t'aurais l'culot d'rembarrer tes géniteurs, où t'aurais l'audace d'tout foutre en l'air, bien plus qu'ça ne l'est déjà. ouais, rêve bien trop lointain, plan sur la comète. sérieux, t'as une sale gueule, p'tre qu'tu devrais changer d'air toi aussi. t'hausses les épaules en terminant ta bière, aussitôt remplacée par une autre, ainsi qu'son verre qu'était vide est aussitôt rempli. p'tre qu'il faut s'barrer avant qu'ça d'vienne trop la merde ... entre lukas et darrel qu'ont été balancé ... allie qu'veut s'dénoncer ... putain pourquoi j'suis rentrée ? parce que t'avais pas l'choix. parce que malgré toute cette frustration et cette colère qu'tu caches, y a c'putain d'manque qui t'fait revenir à chaque fois. fait chier.

_________________
† it's like rain on your wedding day, it's a free ride when you've already paid. it's the good advice that you just didn't take, who would've thought, it figures. well, life has a funny way of sneaking up on you and life has a funny way of helping you out. helping you out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (aksel) and you see your spirit fading in the dark.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(aksel) and you see your spirit fading in the dark.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zelda Spirit Tracks
» The legend of Zelda : Spirit tracks
» D.Gray-man spirit
» Partenariat avec SPIRIT RPG
» lion king spirit of war

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: east mill valley-
Sauter vers: