AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 white sheet – lennon.

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : paper gun // sam
in town since : 10/06/2018
posts : 77
faceclaim, @ : cole sprouse, @alittlebitofrain
multiface : l’renard et l’chiffre
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: white sheet – lennon.   Sam 1 Sep - 22:58

page blanche.
tête pleine.
inspiration volatilisé.
tu soupires en t’enfonçant davantage contre l’dossier d’ta chaise. cylindre de plomb qui quitte tes doigts pour percuter l’bureau, celui qu’tu songes flipper s’tu parviens pas à esquisser un putain d’trait dans les dix prochaines mintues.
tu dois avoir chopé c’fameux syndrôme là… la leucosélophobie.
t’arrives à rien.
ça fait des jours qu’tu mattes la même feuille vierge, incapable d’y effleurer la mine d’ton crayon. c’dernier qu’tu t’contentes d’mâchouiller, rebutant la moindre parcelle d’idée qui frôle ton esprit alors qu’tu tentes d’effacer tes pensées parasites qui t’empêchent de créer.
de t’évader.
toi, l’artiste incompris.
l’gosse de riche qui s’dit intouchable… tss !
t’peux bien t’moquer d’ton frangin qui refoule son homosexualité. toi, c’sont tes sentiments qu’t’étouffes entre deux baises effrénés.
tu fais pitié, bane.
et, maint’nant, ta propre passion parvient même plus à t’défouler. t’as rien qu’envie d’tout brûler, d’tout saccager.
ton matos.
tes carnets.
ton cœur.
énième soupir qui s’extirpe d’entre tes lippes lorsqu’on toque à la porte. une fois. puis une deuxième.
P’TAIN, NÉMO, QU’EST-CE TU BRANLES ?
tu gueules, l’menton tourné vers la porte d’ta chambre alors que t’attends une réponse. réponse qui, d’ailleurs, n’vient pas.
c’est l’calme plat.
l’silence total.
il s’est barré sans t’prévenir, c’con ? tu marmonnes un truc incompréhensible avant qu’ton cul quitte enfin la chaise sur laquelle t’es installé depuis des heures, déjà et tu déambules dans l’corridor d’l’appart. bref arrêt devant la piaule du benjamin qui, visiblement, a décidé d’te laisser moisir tout seul, c’soir.
c o n n a r d !
troisième cognement. tu roules des yeux, agacé.
putain ! C’EST BON, J’ARRIVE !
tu déboules jusqu’à l’entrée, la pulpe d’tes doigts qu’embrassent violemment la poignée métallique avant d’la tourner. porte que t’ouvres d’un geste brusque pour y exhiber ta silhouette éreintée.
lennon.
tu grimaces.
némo, il est pas là.
qu’tu craches aussitôt.
pas d’salut.
y a qu’tes bras qui s’croisent machinalement contre ton torse, bloquant l’accès à une possible discussion avec elle. elle t’saque pas, t’façon et t’as pas tellement envie d’jouer avec ses nerfs pour t’amuser, là, de suite. t’as d’autre chose d’plus urgent à t’occuper.
genre, ta panne d’inspiration.
genre, hope.
et j’lui dirais pas qu’t’es passé donc… mieux vaut lui envoyer un sms avant d’te pointer, à l’avenir.
sourire exagéré qu’étire tes lèvres avant d’s’effacer aussi rapidement qu’il s’est manifesté. s’tu pouvais être aussi doué pour faire taire tes pensées qu’de lancer des piques, ça t’serait putain d’pratique, tien !

@lennon jenkins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : maytherfucker
in town since : 17/08/2018
posts : 43
faceclaim, @ : bridget satterlee, sanae
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: white sheet – lennon.   Sam 1 Sep - 23:52

Un sms de Nemo. Ta bouée de sauvetage. Tu avais besoin d’une bonne raison de te tirer du bureau, et vite. Vous bossiez tous les trois sur un très gros dossier et il vous manquait l’élément clé pour détruire l’accusation. Sauf que vous aviez toutes les peines du monde à la trouver, cette clé. Qu’aucun de vous trois n’avait l’air d’avoir franchement la tête à bosser. Et ça créait pas mal de tension. Dieu sait que tu as horreur de ça.

Donc ouais, le sms tombait à point nommé. Nemo te demandait de le rejoindre à la maison alors tu avais planté les lumières tamisées du bureau pour te diriger vers le parking et ta petite voiture adorée. Tu te glisses derrière le volant et tu démarres, cabote baissée, cheveux au vent. Un petit goût de liberté dans la fraîcheur de la nuit. Des fois, tu t’imagines que tu quittes tout au volant de ta bagnole. Loin du boulot, des contraintes, des faux-semblants…
Tu te gares devant l’immeuble, y’a de la place heureusement. T’étais franchement d’humeur à devoir supporter une contrariété de plus. Tu te rends jusqu’à la porte de l’appartement. Tu toques. Une fois. Deux fois. Pas de réponses. Pas plus sur ton portable d’ailleurs. Bizarre. Tu toques une troisième fois.
Mauvaise idée. T’aurais dû faire demi-tour, mais non. Voilà que tu te retrouves face à face avec Nash Bane. Et merde.
Même pas le temps d’en placer une qu’il te dit que Nemo n’est pas là. Et qu’il te rembarre en plus. Non mais quel sale petit… Tu serres les dents pour ne pas lui laisser libre court au chapelet de jurons qui ne demandent à déferler de tes lèvres. Non, tu lui feras pas ce plaisir. Et t’as été mieux élevé que ça. Pas question de lui offrir plus que de l’indifférence.

« Loin de moi l’idée de ne pas t’accorder une confiance aveugle mais… »

Tu te glisses dans l’ouverture, frôlant le corps de Nash du tien pour continuer ta route vers la chambre de Nemo. Personne. Sérieusement ? Tu colles ton iphone à ton oreille mais ça sonne dans le vide. Mais c’est un sketch ou quoi ? Tu commences à être passablement agacé, et tu demandes si c’est parce que Nemo t’a planté ou parce que de ce fait, tu te retrouves coincé avec l’autre aigri. Mais pas question de lui donner ce qu’il veut, à ce rustre. Non, en fait t’es même tenté de t’éterniser dans les parages. Juste pour lui faire payer son attitude insupportable.

« Je boirai bien quelque chose. »

Tu te tournes vers lui, un sourire mauvais aux lèvres, appuyé contre le mur. Ce type avait le don de t’être tellement antipathique… Comme si ça le faisait triper, vous voyez ? D’être foncièrement odieux. Il avait le don de te faire câbler, de te faire perdre ton sang-froid alors que tu avais passé des années à aiguiser ce talent, à bosser sur ton self control. Et il suffisait que ce chevelu mal aimable ouvre la bouche pour que tu aies envie de le gifler sans cérémonie.

_________________

   
   
Vivre d’amour, d’Evian et de Marlboro light.
On cherche l’amour, on croit le trouver. Puis on retombe. De haut. Mieux vaut tomber que ne jamais s’élever ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
white sheet – lennon.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Young Haitian MD named White House fellow
» Can't Blame White People.
» The white countess.~
» Ryan White et Max Pacioretty
» Présentation Remy White [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: south mill valley-
Sauter vers: