AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ferme pas la porte (velson)

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : spf. emeline
in town since : 04/05/2018
posts : 162
faceclaim, @ : liz gillies @ astra (av)
multiface : darrel junior
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: ferme pas la porte (velson)   Mer 5 Sep - 15:29

tu sais pas si tu t'évertues à entretenir ton corps pour toi, pour du travail que tu ne trouves plus ou tout simplement pour lui, Daniel. La dernière option est sans doute la bonne. Tu te fais transpirer pour un mec qui n'en a guère à faire de toi. Simplement une parmi d'autres comme il dit. Les rôles se sont bien inversés avec les années. toi qui refusait tout engagement dans tes précédentes relations, toi qui voulait rester libre et pouvoir t'envoler en un claquement de doigts, aujourd'hui tu te retrouves à la place du canard, à lui réclamer un peu plus d'attention. Comme s'il allait finir par t'aimer. Idiote. T'es prisonnière de tes sentiments à son égard, cette cage que tu t'es fabriquée seule, masochiste sur les bords. T'aurais pu mieux choisir d'ailleurs. Mais après tout, c'est surement cette distance qu'il impose entre vous que te rend encore plus accroc. Quand c'est trop facile il n'y a plus de plaisir à vrai dire. Tu le sais bien. Plus il te repousse, plus tu le veux. Jusqu'à quand ? Jusqu'au moment ou tu lui diras merde et ciao, surement pas sans te retourner et encore moins seule. Toi qui semble si forte et si indépendante alors que c'est tout le contraire. Tu as bien changée Venus ! Certains ne te reconnaîtraient pas. Tu rêves pourtant d'être libérée de tous ses sentiments qui te torturent, tu rêves d'avancer enfin dans ta vie. Tu ne sais pas où tu vas en ce moment, tu hésites même à rester en ville ou pas. Tu serais bien capable de partir sans prévenir personne, même pas Micah mais ta conscience te l'interdit encore. Pour le moment. Tu n'es pas bien, tu te sens pas à ta place et t'as l'impression de servir à rien. Toi qui a toujours eu des projets en perspective. Tu te dis que c'est qu'une passade, que tout va bien finir par s'arranger. Tu te dis ça pour ne pas finir folle, pour ne pas trop t'en faire, en vain. Les pensées perdues dans ce que tu pourrais faire pour arranger les choses, sans trouver de remède miracle alors que tu cours sur le tapis roulant de la salle de sport, en sueur, concentrée. Toute activité physique d'aide à calmer tes nerfs. Alors que tu meurs d'envie de le suivre durant ses journées de travail pour voir ce qu'il fait, qui il voit, s'il en baise d'autres ou pas comme il sait si bien faire. Salop de Daniel, qui occupe tes pensées nuit et jour. Faut qu'il sorte de là ou que tu obtiennes gain de cause. Balivernes. T’accélères la cadence alors que la musique tourne dans tes écouteurs, t'es pas là pour regarder ou parler avec ceux qui t'entourent. Il y a bien des hommes qui t'observent du coin de l’œil, qui en baveraient presque. T'as l'habitude et tu en joues même. T'es du genre à leur lancer un sourire ravageur quand tu quittes la salle habituellement, juste parce que t'aimes voir des hommes avoir envie de toi. C't'une question de fierté, tu sais très bien ce que tu vaux et l'effet que tu peux faire aux hommes mais aussi aux femmes.  Une longue queue de cheval qui ondule au rythme de tes foulées, un legging qui moule à la perfection tes jolies courbes et une simple brassière. Tenue de sport des plus standards, sublimée par ce corps parfait que tu entretiens avec ferveur. T'es persuadée que c'est la plus grande force de la femme, ce joli corps qui t'ouvre encore aujourd'hui des portes, tu ne paies même pas ton abonnement à la salle de sport. T'as fait de l'oeil au mec de l'accueil, ça durera un temps avant qu'il se rende compte que tu te fiches de lui. C'est pourtant à cet instant qu'un belle homme passe devant toi. T'as simplement remarqué ses jolies fesses en premier abord. Elles te disent bien quelque chose. C'est alors que tu reconnais ensuite cet homme qui partageait ta vie ou du moins tes soirées avant que tu as quitté Los Angeles précipitamment. NELSON ? que tu lâches, surement un peu trop fort, assourdie par la musique dans tes écouteurs. Tu arrêtes rapidement la machine de torture et ton ipod, parce que t'en reviens pas de le voir ici. C'est comme un cadeau tombé du ciel. T'es à la fois contente de le voir, mais tu as aussi peur de sa réaction. Toi qui t'es enfuis sans lui dire un mot il y à quatre ans, alors que vous couchiez ensemble depuis des mois. Ouais, juste coucher, c'est ce que tu te disais, c'était plus facile pour prendre la poudre d'escampette. Une habitude qui te colle encore aujourd'hui à la peau. Tu t'entraînes même à courir plus vite. Vilaine. qu'est-ce que tu fais là ? que tu lui lances de manière rapide. T'es réellement surprise de le voir, tu pensais surtout ne jamais le revoir. T'avais tiré un trait sur lui, tu n'y pensais même plus à vrai dire. Il n'a pas changé, toujours aussi beau et séduisant. Mince, tu sens tout de suite les complications arrivées, la chaleur aussi. Oui, celle qui envahissait déjà ton corps à l'époque, oui, La Belle Epoque.

_________________


kiss my lips and save me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : spf
in town since : 25/08/2018
posts : 10
faceclaim, @ : michael b. jordan, lannisters
multiface : non
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: ferme pas la porte (velson)   Jeu 6 Sep - 16:05


≈ ≈ ≈
{ Well you see her when you fall asleep
But never to touch and never to keep . }
crédit/ tumblrpassenger.

Nelson était de retour dans sa ville natale depuis plusieurs jours. Il n’avait pas encore réussi à choper sa petite sœur afin d’avoir plus d’informations sur ce qui se passait dans sa vie. Il en était frustré parce qu’elle était la seule raison de son retour ici. Il avait donc décidé de faire la seule chose qui le détendait : du sport. Nelson est un homme sportif qui a besoin d’une certaine dose de sport par semaine. Il entretien également son corps afin de se sentir bien dans sa peau et être capable de faire son métier correctement. En tant que pompier volontaire il se doit d’être au top et c’est ce qu’il fait. C’est donc avec ses écouteurs, son sac de sport et ses chaussures qu’il arriva dans la salle de sport qu’il fréquentait déjà à l’époque. Il connaissait le gérant et quelques personnes, qui semblaient heureux de le revoir en ville. Il trouvait cela sympathique et cela lui donnait une raison de rester dans le coin. Il savait qu’on ne lui en voulait pas pour avoir pris la poudre d’escampette il y a plusieurs années. Tout le monde avait compris qu’après une déception amoureuse, le mieux est de recommencer à zéro. Mais le revoilà aujourd’hui ici. Soudain, Nelson entendit son prénom et se retourna instinctivement. Il aperçut une silhouette familière, trop familière à son goût. En effet, la jeune femme qui venait de prononcer son prénom et qui venait à sa rencontre avec Venus, la femme qui s’était enfuit du jour au lendemain alors qu’ils couchaient ensemble depuis plusieurs mois. La jeune femme n’avait pas vraiment changé, elle semblait grandie à la fois de visage et de corps, elle avait visiblement continué les séances de sport ce qui lui allait fort bien, mais qui était également nécessaire lorsqu’on a un appétit comme le sien. Nelson ne savait absolument pas quoi ressentir à ce moment présent. Il était surpris, mais il ne savait pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Il n’oubliait pas qu’elle était partie sans un mot comme s’il n’était personne, mais cela faisait tellement longtemps qu’il ne savait pas si sa rancune était aussi tenace. Venus semblait heureuse de le voir ici, cela le surprenait également. Il pensait avoir peut-être fait quelque chose qui l’aurait incité à partir en courant. Il n’avait pas été assez stupide pour lui ouvrir son coeur et il ne regrettait rien parce qu’elle l’aurait sûrement mis en pièce. Venus n’est pas une femme à laquelle on s’attache, elle en aurait le potentiel, mais son auto-destruction compulsive l’empêchait d’être heureuse, du moins c’est ce dont il se souvenait. Elle était bien la dernière personne qu’il s’attendait à revoir et surtout pas ici. Il se demandait forcément si elle était ici depuis tout ce temps et ce qu’elle venait faire ici. Venus lui demanda en premier ce qu’il faisait là. « Je pourrais te poser la même question. » Lui rétorqua Nelson. Il se rendait compte que la jeune femme n’avait même pas écouté le peu de choses qu’il lui avait confié à l’époque. Elle ne savait pas que cette ville était celle dans laquelle il était né et dans laquelle il avait vécu presque toute sa vie. Il ne savait pas pourquoi il était étonné par cela, c’était typiquement le genre de Venus. « Tu es dans ma ville natale dont je t’ai parlé, mais tu n’écoutais pas. » Lui rappela le jeune homme. Il savait bien qui elle était à l’époque et il se doutait qu’elle n’avait pas changé. Cela ne le blessait pas outre mesure parce qu’ils n’avaient jamais été un couple, mais cela vexait son ego de mâle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ferme pas la porte (velson)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (n°13) Ça lui apprendra à ne pas fermer sa porte....[pv Ralph]
» Une porte s'ouvre alors qu'une autre se ferme [Sujet clos]
» "Lorsque Allah ferme une porte, il en ouvre toujours une autre" - ♠ [Fini]
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: east mill valley-
Sauter vers: