AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — my lucky star (w/andy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicki Grayson

avatar

pseudo : perséides, mary.
in town since : 24/10/2017
posts : 441
purple candy : 618
faceclaim, @ : jack o'connell, @morrigan.
multiface : lukas and charlie.

❀ chained to the rhythm
on my mind: engine and wheels.
never alone:
ready for it: free (plùm, astoria, andy, z)

MessageSujet: — my lucky star (w/andy)   Dim 26 Nov - 19:10

t’as un peu la tête ailleurs. t’avais d’ailleurs pas beaucoup dormi cette nuit-là. parce que tu te repassais les derniers jours encore et encore, sans pourtant parvenir à y trouver le moindre sens. peut-être était-ce parce que tu cherchais trop loin. parce qu’après tout, la réponse se trouvait juste devant tes yeux. mais tu ne la voyais pas. parce que tes yeux étaient clos. alors, t’étais sorti. t’avais décidé d’aller prendre un peu d’air. que ça te changerait sûrement les idées. que t’arriverais peut-être à oublier. mais c’était pas aussi simple que ça. sinon, tu serais déjà parvenu à te la sortir de la tête. clés en main, tu t’étais glissé dans ta voiture. et t’avais roulé. sans destination bien précise. pourtant, t’avais bien fini par atterrir à quelque part. ou plutôt chez quelqu’un. mais t’étais resté pendant quelques secondes dans ta voiture. le temps de trouver le courage qu’il te manquait pour sortir. puis, arriver à la porte de son appartement, t’hésites encore un peu. avant de cogner. parce qu’il y a bien aucune raison valable pour ne pas cogner. puis tu vois finalement andy dans l’embrasure de la porte. y’a ce petit sourire qui se glisse sur tes lèvres. parce que t’es content de la voir toi. « salut. » que tu lui lances. juste avant de te faufiler dans son appartement. faut dire que ça te faisait un peu étrange de la voir dans cet appartement, seule. peut-être que c’était simplement que t’étais pas encore habitué. tu regardes un peu autour de toi, même si c’est pas la première fois que tu viens ici. mais bien vite, ton attention se repose sur elle. « tom est là ? » enfin. tu voyais bien que non. de toute façon, tu étais pas même certain que c’était vraiment lui que tu venais voir. c’était peut-être plus elle. mais en fait, faut dire que c’est surtout toi que tu cherchais dans toute cette histoire. « ça va toi ? » que tu lui demandes. parce que bon, tu sais très bien qu’elle ne l’a pas eu facile durant ces derniers mois. tu sais bien que l’accident de tom est venu bouleversé sa vie. certainement bien plus que la tienne. « allez prends tes affaires, je t’emmène manger. » tu ne lui laissais même pas le choix à vrai dire. parce que tu savais qu’autrement, elle se trouverait certainement une raison pour décliner ton offre. puis tu te disais que ça lui ferait sûrement du bien. mais certainement pas autant qu’à toi.

_________________

HURRICANEi'm a wanderer, i'm a one night stand. don't belong to no city, don't belong to no man. i'm the violence in the pouring rain, i'm a hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Goldstein

avatar

pseudo : spf.
in town since : 23/11/2017
posts : 40
purple candy : 36
faceclaim, @ : haley lu richardson, (av.) rivendell.
multiface : l'ouragan (bb) ali saadi.

❀ chained to the rhythm
on my mind:
never alone:
ready for it:

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Lun 27 Nov - 0:05

T'as fait le grand saut andy, t'as pris la décision de quitter la demeure familiale pour avoir ton propre nid. une décision que tu as prise avec une boule dans la gorge et les larmes au bord des yeux, mais quand même. tranquillement, tu tentes de t'installer de mettre un peu de vie entre ces murs qui sont les tiens maintenant. pourtant, tu ne déballes pas l'entièreté de tes boîtes; certaines boîtes encore dans un coin du salon même pas touchées; comme si tu donnais l'impression que t'allais finir par repartir ailleurs. Heureusement, ton frère passe parfois pour te filer un coup de mains et par la même occasion te rappeler que tu as prise une décision censée, une bonne décision. Pourtant, certain soir, tu aurais envie d'appeler ta mère en pleurant pour la supplier de te ramener à la maison. Pourtant, tu t'abstiens et tu te dis que ça finira par se placer avec le temps. C'est vrai que les derniers mois n'ont pas été faciles pour toi, l'accident de ton frère t'avais affectée et même si tu tentes de te montrer forte ça continue de t'ébranler. Par contre, tu dois te concentrer sur tes études; parce que la terre n'a pas arrêtée de tourner pour autant et t'as pris du retard en essayant de jongler entre les cours et les séances de rééducation du frangin auxquelles tu souhaites être présente le plus possible. Assise à la table de cuisine, tes doigts s'agitent sur ton clavier d'ordinateur alors que tu essaies d'avancer ton essaie. Soudainement, on vient à frapper à la porte et tu dois dire que sur le coup; tu cherches qui peut venir te voir. Tu doutes que ce soit Thomas, habituellement il entre chez toi sans s'annoncer prenant ses aises. Du coup, tu te lèves et te rends à la porte; t'ouvres un peu ne sachant pas à qui tu peux avoir à faire, puis tu l'aperçois là devant toi. Nicki, un bon copain de ton frère, qui t'adresses un sourire venant à te saluer. « salut. » T'ouvres un peu plus et il se faufile dans l'appartement. « salut.» que tu souffles en refermant derrière lui; tu avoues être un peu surprise de le voir là, mais tu es ravie en même temps de voir cette tête familière. Il s'avance dans l'appartement alors que tu le suis un peu derrière. « tom est là ? » Évidemment, il se rend rapidement compte qu'il n'y a aucune trace de l'aîné Goldstein dans l'appartement, ses iris sombres qui retrouvent les tiennes alors qu'il reprend la parole; « ça va toi ? » tu sens dans le fond de son regard la bonne intention; dans le timbre de sa voix aussi et ça te gonfle le coeur un peu, de voir qu'une autre personne que ton frère ou tes parents se soucient de toi. « hum.. oui oui, ça va et toi?» que tu réussies à prononcer un peu maladroitement, sourire qui tente de s'installer à la commissure de tes lèvres rosées. tu as encore un peu de mal d’interagir avec lui; sans avoir l'air d'une débile, comme s'il te gênait un peu; puis bon, tu le connais pas tant que ça. avant l'accident, tu le croisais quelque fois; mais toujours en compagnie de thomas et aujourd'hui, voilà qu'il est dans ton appartement à prendre de tes nouvelles. « allez prends tes affaires, je t’emmène manger. » t'ouvres la bouche, tu la refermes, comme si t'étais un peu perdue; le truc c'est qu'il ne semble pas te laisser le choix. tes yeux se glissent un moment sur ton portable ouvert et tu t'humectes rapidement les lèvres venant à capter son regard, avec un sourire timide au visage. « j'ai pas trop l'choix, on dirait.» tu te diriges vers la table de cuisine et tu prends soin de sauvegarder rapidement ton travail avant de refermer ton portable. « tu veux aller manger où?» tu le questionnes en revenant vers lui pour récupérer tes chaussures près de la porte; chaussures que tu enfiles, maladroitement lui jetant un regard par la même occasion. il semble avoir planifier pour vous deux; il semble vouloir te sortir un peu de ces murs et tu avoues que ça te fait du bien cette alternative; prendre une pause et souffler un peu. puis tu te souviens que ton frigo est plein, du coup tu suggères; « j'peux toujours nous préparer un truc ici, si tu veux.» tu lances ça dans les airs, t'es pas la meilleure des cuisinières, mais tu te débrouilles quand même pas trop mal quand tu suis une recette; ouais, toi et l'improvisation culinaire c'est pas ton fort, du moins pas encore.  Peut-être que dans quelques années, tu auras autant de talents que ta mère, mais pour le moment tu restes dans la simplicité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicki Grayson

avatar

pseudo : perséides, mary.
in town since : 24/10/2017
posts : 441
purple candy : 618
faceclaim, @ : jack o'connell, @morrigan.
multiface : lukas and charlie.

❀ chained to the rhythm
on my mind: engine and wheels.
never alone:
ready for it: free (plùm, astoria, andy, z)

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Mer 29 Nov - 13:31

t’as beau être perdu dans tes pensées, qui se bousculent sans cesse, t’essais pourtant de te concentrer sur autre chose. quelque chose qui te permettrait d’oublier, ne serait-ce quelques instants ta réalité. alors, c’était sur elle que tu avais décidé de te concentrer. parce que t’avais toujours cette promesse que t’avais fait à son frère qui venait s’ajouter à tout ce qui pouvait bien se trouver déjà encré. y’a plusieurs choses que t’as l’impression de lire sur son visage. l’impression, car faut dire que cette gamine, d’autant que t’as l’impression de la connaitre depuis toujours, tu ne la connais pas comme tu connais son frère. seulement une ombre, durant toutes ces années. quelques petits sourires, timides de sa part, des banalités, qui ont été échangé. un peu comme à cet instant précis. où tu n’avais fait que lui demander si elle allait bien. alors que clairement, tu savais bien que non. « hum.. oui oui, ça va et toi? » t’as pas l’impression qu’elle te dit la vérité. non, en fait, tu sais très bien qu’elle ne va pas si bien qu’elle le laisse paraitre. trop facile, tu te dis. trop facile, cette réponse qu’elle t’offre. pourtant, tu ne lui en veux pas. parce que toi aussi, t’aimes pas dire ce que t’as sur le cœur. toi aussi, tu préfères tout garder pour toi. et surtout, toi, ça t’énerve un peu quand on te pousse a dire ce que tu ressens. parce que dans ce cas, tu te sens piégé. et la raison en est toute simple. c’est avant tout, parce que tu sais pas vraiment. t’as toujours eu du mal à mettre des mots sur des émotions. surprenant, sachant que clairement, t’as du mal à te taire. moins surprenant, quand on se rend compte que ce que tu racontes, c’est souvent des conneries. pourtant, tu pars sur un tout autre sujet. t’évites de répondre à sa question. ou plutôt tu décides de l’ignorer. parce qu’au fond, tu sais bien que ça va pas très bien. que c’est plus la merde qu’autre chose dans ta vie. alors, que clairement, ça devrait pas. mais c’est comme ça que tu le perçois. alors, tu pars sur un tout autre sujet. tu décides de lui dire de prendre ses affaires, que tu l’emmènes manger. « j'ai pas trop l'choix, on dirait.» non, en effet, tu ne lui laissais pas vraiment le choix. tu tentais de te convaincre que c’était pour lui changer les idées. qu’au fond, ça lui ferait pas de mal de sortir un peu. parce que tu savais très bien que la jeune femme passait pas mal de temps entre ces quatre murs. et ça ne lui ferait certainement pas de mal de sortir un peu. de changer d’air. et faut dire que ça te permettait toi aussi, de te changer les idées. parce qu’au fond, il y avait beaucoup de ça quand tu lui avais demander de prendre ses affaires. pourtant, tu vois la jeune femme qui ferme son ordinateur avant de revenir vers la sortie. « tu veux aller manger où? » faut dire que t’avais pas du tout penser à cette partie de la proposition. enfin, tu l’emmènerais dans un endroit pas trop cher. et d’ailleurs, c’est peut-être pour ça que t’hésitais à lui dire. parce que bon, faut dire que toi, t’étais cassé. et tout l’argent que tu faisais semblait se consumer en bière ou en bouffe pour tes frères et sœurs. donc, un peu honteux, t’avais baissé la tête pour regarder tes pieds. pourtant, elle ne tarda pas à se relever alors que la jeune femme te proposait totalement autre chose. « j'peux toujours nous préparer un truc ici, si tu veux. » et y’avait ce petit sourire qui s’était glissé sur tes lèvres. parce que ça te soulageait un peu de la voir s’affirmer un peu plus. de la voir prendre des initiatives. pourtant, ta tête fit quelques signes de négations avant que tu décides finalement de reprendre la parole. « non, non. j’sais pas encore où je t’emmène, mais on verrait un chemin. » y’a ta main qui vient saisir la porte d’entrée pour l’ouvrir. puis tu la laisses passer l’embrasure de la porte, avant de la suivre, prenant soin de fermer derrière toi. pourtant tu te mets un peu à l’écart. pour la laisser fermer à clé. parce que disons que t’as bien conscience qu’elle a bien plus d’objets de valeurs dans son appartement qu’il y en a dans le tien. puis, pendant qu’elle s’affère à barrer, tu lances : « n’empêche, j’doute pas de tes compétences en cuisine. mais j’pense que ça te ferait du bien de sortir un peu, tu ne crois pas ? » tu lui souriais. malgré ce petit mensonge que tu lui offrais. parce qu’encore une fois, t’avais beau essayé de te convaincre, si tu faisais ça, c’était certainement plus pour toi que pour elle.

_________________

HURRICANEi'm a wanderer, i'm a one night stand. don't belong to no city, don't belong to no man. i'm the violence in the pouring rain, i'm a hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Goldstein

avatar

pseudo : spf.
in town since : 23/11/2017
posts : 40
purple candy : 36
faceclaim, @ : haley lu richardson, (av.) rivendell.
multiface : l'ouragan (bb) ali saadi.

❀ chained to the rhythm
on my mind:
never alone:
ready for it:

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Jeu 30 Nov - 3:01

visite à l'improviste et voilà que nicki débarque à ton appartement armé d'un sourire bienveillant et le désir de te faire sortir un peu pour aller manger une bouchée. évidemment surprise par sa venue, mais pas moins ravie de cette initiative qu'il a gentiment initié. prise un peu au dépourvu, tu viens à fermer ton ordinateur sur lequel tu bosses depuis des heures déjà et évidemment tu ne manques pas de le questionner un peu. mais, tu avais détectée quelque chose dans son non verbal et étant une personne à l'écoute du besoin des autres; tu t'étais empressée de suggérer de vous préparez un truc ici-même à l'appartement. en même temps, le frigo était rempli de petits plats soigneusement préparés par ta mère et de produits frais aussi, du coup étant seule dans cet appartement tu avais un peu de mal à voir le bout malgré le fait que tu manges constamment tout au long de la journée. signes de négation de sa part alors que tu l'observes terminant d'attacher ton manteau et qu'il reprend la parole; « non, non. j’sais pas encore où je t’emmène, mais on verrait un chemin. » déjà une main sur la poignée, tu lui souris à nouveau alors qu'il sort à l'extérieur de l'appartement refermant derrière toi, mais te laissant évidemment le loisir de verrouiller. c'est vrai que tu n'as pas énormément d'objets de valeurs entre ces murs, mais tu viens tout de même d'arriver dans cet appartement et se serait fâcheux qu'on te vandalise des choses. tu prends donc tes clés et tu verrouilles la porte alors qu'il reprend la parole de nouveau; « n’empêche, j’doute pas de tes compétences en cuisine. mais j’pense que ça te ferait du bien de sortir un peu, tu ne crois pas ? » tu acquiesces doucement à ces dires gardant ce visage bienveillant qu'on te connait bien; puis tu viens à ranger tes clés dans ton sac à mains. « tu as entièrement raison, l'air frais me fera le plus grand bien.» timbre de voix un peu théâtrale; tu t'engages doucement vers la sortie avec nicki à tes côtés. vous marchez dans ce long corridor menant à la sortie tout ça dans un silence; inconsciemment ton cerveau se met en marche et tu te dis que tu devrais peut-être engagée la conversation, mais tu as toujours cette sensation d'être un peu gauche avec les gens. pourtant, tu es une personne intéressante et articulée; probablement juste un gros manque de confiance de ta part. il vient à passer devant pour pousser la porte de l'immeuble et tu lui jettes un bref regard avec ce sourire discret aux lèvres en soufflant; « merci..» ton regard se plisse sous l'effet du soleil; tu donnes l'impression d'être une hermite et de ne pas avoir de contact avec l'extérieur, mais bon tu essaies tellement de rattraper tes retards accumulés à la fac que tu manques parfois de t'arrêter pour souffler un peu. c'est pourquoi, la présence de nicki ne pouvait pas mieux tomber. d'ailleurs, tu soupçonnais ton grand frère d'être l'auteur de cette rencontre hasardeuse. marchant sur le trottoir après avoir choisi la direction que vous alliez prendre, tu brises le silence; « c'est tom qui t'as demandé de passer me voir?» ton regard se glisse vers lui, alors qu'il te surplombe un peu te donnant l'impression d'être petite à ces côtés. bien sûr, ça ne te fâche pas du tout si cela est une idée de ton frère, tu trouves même cela sympathique. finalement, tu souhaites juste savoir et ainsi faire un peu la discussion par la même occasion. tes iris chocolats viennent à se reposer vers l'avant alors que tu continues d'avancer. tu souris doucement prenant soin de dire; « si c'est le cas, je vais pas t'en vouloir; c'est sympa de prendre le temps de passer me voir, tu dois avoir des tas de choses à faire avec le garage et tout.» ouais, tu sais qu'il bosse dans la mécanique; d'ailleurs ton frère s'y rendait régulièrement pour sa voiture et il t'arrivais de l'accompagner sans nécessairement sortir de la voiture.

_________________

☾ u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicki Grayson

avatar

pseudo : perséides, mary.
in town since : 24/10/2017
posts : 441
purple candy : 618
faceclaim, @ : jack o'connell, @morrigan.
multiface : lukas and charlie.

❀ chained to the rhythm
on my mind: engine and wheels.
never alone:
ready for it: free (plùm, astoria, andy, z)

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Mer 6 Déc - 4:20

petit sourire au coin de tes lèvres, tu te contentes de la regarder s’afférer à verrouiller à double tour. t’as cet éternel sourire, parce que t’as l’impression qu’il n’y a que derrière lui que tu parviens à cacher tes doutes. à cacher ce malaise qui pourtant semble grandir en toi. fausse confiance. d’ailleurs, t’as l’impression qu’il y a que ça depuis quelque jour. alors qu’habituellement, tu as véritablement confiance. pourtant, tu tentes de ne plus y penser. tu tentes de te changer les idées. du moins, autant que tu peux. mais ce n’est pas aussi facile que ça n’y parait. parce qu’il y a toujours ces choses qui te tournent dans la tête. « tu as entièrement raison, l'air frais me fera le plus grand bien. » y’a ton regard qui se pose sur elle. qui s’accroche à son sourire. faut dire qu’elle te fait du bien, cette petite. tu savais pas vraiment pourquoi d’ailleurs. peut-être que c’était sa légèreté. parce que clairement, t’avais cette impression que les choses étaient simples avec elle. alors qu’évidemment, il t’aurait fallu être débile pour réellement le croire. parce qu’elle aussi, elle avait des problèmes. et elle aussi, elle gardait le sourire. comme quoi, c’était peut-être simplement le mécanisme de protection des gens malheureux. pourtant, tu la suis. ou plutôt tu viens te mettre à côté d’elle, puis tu avances. très rapidement, vous arrivez à la sortie. t’hésite pas toi. tu lui ouvres la porte et tu la laisses passer. faut dire que tu le fais pas toujours pour les bonnes raisons. mais cette fois, tu le fais par courtoisie. putain d’respect que tu dirais. c’était surement ça oui. puis à nouveau, y’a le soleil qui te tape sur la tête. pourtant, l’air est un peu plus frais. donc tu prends une grande inspiration, avec d’expirer. t’aérer les poumons, t’aérer l’esprit. puis, tu vois ta voiture. t’y penses deux secondes. puis tu te dis que non. que ce n’est pas une bonne idée. alors tu continues ton chemin. À ses côtés. « c'est tom qui t'as demandé de passer me voir? » tu arques un sourcil. parce qu’à vrai dire, tu ne t’attendais pas du tout à ce que la jeune femme te pose cette question. pourtant, tu décides de ne pas lui parler de cette promesse de garder un œil sur elle que tu as faite à son frère. tu préfères garder cela pour toi. et faut dire que t’as un peu peur que la jeune femme le prenne mal. qu’elle n’aime pas savoir qu’on t’as demandé de garder un œil sur elle. parce qu’il faut bien le dire, toi tu n’aurais pas vraiment apprécié. « si c'est le cas, je vais pas t'en vouloir; c'est sympa de prendre le temps de passer me voir, tu dois avoir des tas de choses à faire avec le garage et tout. » ça te passe au travers de la gorge qu’elle te parle du garage. parce qu’en fait, c’est exactement ce à quoi tu essais de ne pas penser. enfin pas tout à fait. parce que c’est à elle que tu veux pas penser. pourtant, immanquablement y’a tout qui se ramène vers elle. et tu comprends pas. non, parce que tu te fermes encore les yeux. alors tu prends à nouveau un grand inspiration. avant de te lancer. « non, il m’a pas demandé de venir te voir. » que tu commences. petit mensonge. enfin, à moitié. car après tout, il ne te l’avait pas demandé cette fois. mais il t’avait tout de même demander de garder un œil sur elle. sourire aux coins de tes lèvres, tu ajoutes finalement, après une courte pause : « en fait, justement, avec mon boulot, j’ai besoin de décroché. » tu omets beaucoup. beaucoup plus que ce que tu devrais omettre. pourtant, tu sais pas trop en fait. t’as l’impression que dire tout haut ce qui t’embête c’est d’avouer que t’as un problème. peut-être bien que t’en as un d’ailleurs. puis tu t’arrêtes. assez brusquement. parce qu’en fait, ça te fait étrange de rien dire. ça te fait étrange de tout garder pour toi. parce que t’es pas comme ça toi. du moins, pas à l’habitude. tu soupires. « dit… ça te dérange si on y va en voiture ? j’dois t’avouer que j’le sens pas de marcher. » certes, quelques secondes plutôt, tu t’étais dit que c’était peut-être mieux comme ça. que c’était mieux de marcher. d’autant plus avec l’accident de voiture de son frère. mais en fait, t’avais cet impression que ça allait être trop long. t’avais l’impression que si tu continuais comme ça, tu finirais par lui dire ce que t’avais vraiment sur le cœur. ce qui t’avait vraiment amené jusqu’à chez elle. « t’as le droit de me dire non, hein. mais bon, comme j’suis venu en voiture, autant en profiter ? » t’en rajoute, alors que c’est pas nécessaire. tu sais même pas d’ailleurs pourquoi tu ne te tais juste pas. non en fait tu le sais très bien. parce que quand tu dis des conneries, tu te concentres sur tes conneries. puis ça te permet d’oublier. temporairement. du moins, dans un sens.

_________________

HURRICANEi'm a wanderer, i'm a one night stand. don't belong to no city, don't belong to no man. i'm the violence in the pouring rain, i'm a hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Goldstein

avatar

pseudo : spf.
in town since : 23/11/2017
posts : 40
purple candy : 36
faceclaim, @ : haley lu richardson, (av.) rivendell.
multiface : l'ouragan (bb) ali saadi.

❀ chained to the rhythm
on my mind:
never alone:
ready for it:

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Jeu 7 Déc - 4:47

vous marchez côte à côte, tu ne sais pas trop où vous allez principalement; mais finalement ça te dérange pas plus qu'il faut, ça vous permet de discuter un peu chose qui se fait assez rare. une nouveauté qui n'est pas désagréable cependant et tranquillement tu prends tes marques et tu es un peu plus à l'aise qu'au début. évidemment, tu te doutes que ton frère soit l'auteur de sa visite et c'est pourquoi tu le questionnes à ce sujet précisant que si c'était le cas, ce n'est pas quelque chose qui te dérange. « non, il m’a pas demandé de venir te voir. » ton regard qui se glisse sur son visage et tu acquiesces finalement venant à rentrer tes mains dans les poches de ton manteau, malgré le soleil présent; un réflexe que tu utilises fréquemment pour qu'on ne remarque pas tes mains qui tremblent. pourtant, tu n'es pas malade, juste ton corps qui possède ce petit défaut de fabrication on dirait. défaut de fabrication que tu as depuis toujours d'ailleurs. « en fait, justement, avec mon boulot, j’ai besoin de décroché. » à nouveau, tu acquiesces doucement lui rendant le même type de sourire et voilà qu'il s'immobilise et qu'un soupir franchit ses lèvres. bien sûr, tu cesses de marcher te demandant ce qui se passe et voilà qu'il s'exprime enfin; « dit… ça te dérange si on y va en voiture ? j’dois t’avouer que j’le sens pas de marcher. » tu te pinces les lèvres et soudainement tu ressens comme ce rire qui veut se loger dans ta gorge et en sortir, mais tu le ravales te contentant de répondre à sa question; « hum.. non, non y'a pas de soucis.» sincèrement ça ne te dérange pas plus qu'il faut; malgré l'accident de ton frère tu ne demeures pas traumatisé par les voitures et on t'as d'ailleurs fortement suggérer de remonter dans une voiture peu de temps après l'accident pour t'empêcher d'avoir un blocage. « t’as le droit de me dire non, hein. mais bon, comme j’suis venu en voiture, autant en profiter ? » cette fois, tu souris et tu laisses échapper un léger rire; tu ne comprendras donc jamais la relation des hommes avec leurs voitures. ton frère était pareil avant son accident, sa voiture c'était son bébé. « allons-y!» voilà que vous tourner les talons pour vous rendre à sa voiture surement garée devant son immeuble d'appartement. « tu peux m'expliquer, qu'est-ce que vous avez; les garçons à adorer vos voitures comme si c'était la septième merveille du monde, parce que sérieusement j'ai jamais compris.» alors que tu dis ces mots, tu fronces un peu les sourcils; un truc que tu fais lorsque t'essaies de réfléchir et trouver un truc logique dans une situation. il faut dire que là, tu n'as jamais réussie à répondre adéquatement à la question fort probablement parce que tu n'as pas un sexe masculin entre les deux jambes. vous arrivez donc devant sa fameuse voiture et tu l'observes un instant venant à commenter ce que tu as sous les yeux. « jolie voiture.» tu connais zéro en mécanique de voitures, mais bien sûr tu te veux sympathique. d'ailleurs, ta bondé finira par avoir raison de toi un jour. cependant, pour l'instant tu t'en sors plutôt bien. tu t'humectes les lèvres et tu dis avec le plus grand des sérieux; « par contre, il m'en faut plus pour être impressionnée.» tu viens à croiser ses prunelles et y'a ce petit sourire malicieux qui flotte aux coins de tes lèvres créant ce petit creux, cette petite fossette. évidemment, tu plaisantes; du moins tu essaies sans que cela sonne comme de la maladresse. tu n'as jamais été très douée pour interagir avec la gente masculine. en vrai, tu n'as jamais été douée pour interagir tout cours avec n'importe lequel humain; mais les garçons c'est cent fois pires, une vraie plaisanterie. tu viens à entrer dans sa voiture et tu prends soin de boucler ta ceinture de sécurité alors qu'il vient prendre place derrière le volant. tu ressens cette sensation que tu as à chaque fois que tu entres dans une voiture; heureusement ça se replace presque aussitôt quand tu respires normalement. soudainement, tu viens à avoir une idée et tu lances à l'intention de nicki; « tu me fais confiance? je sais où on pourrait aller manger.» tu prends soin de lui filer l'adresse en espérant qu'il n'y soit jamais aller. un endroit que tu as découvert totalement par hasard et que tu affectionnes particulièrement; un endroit sympathique et chaleureux avec peu de places assises ce qui permet de ne pas être trop nombreux; donc de s'entendre discuter et pas avoir la sensation d'être dans une marrée de gens constamment quand on relève les yeux de son assiette.

_________________

☾ u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicki Grayson

avatar

pseudo : perséides, mary.
in town since : 24/10/2017
posts : 441
purple candy : 618
faceclaim, @ : jack o'connell, @morrigan.
multiface : lukas and charlie.

❀ chained to the rhythm
on my mind: engine and wheels.
never alone:
ready for it: free (plùm, astoria, andy, z)

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Mer 13 Déc - 4:54

soulagement qui se fait sentir alors qu’elle t’annonce que ça ne la dérange pas d’aller en voiture. parce qu’à vrai dire, tu ne te sentais pas du tout à l’aise de continuer plus longtemps cette marche. pas alors que des pensées faisaient tempête dans ta tête et que tu ne trouvais aucun moyen de les calmées. petit sourire qui vient se joindre à tes lèvres en guise de remerciement fait silencieusement à la jeune femme pour avoir accepter ta demande. pourtant, y’a une petite partie de toi qui n’arrive pas à chasser l’idée que peut-être qu’elle n’est pas à l’aise avec les voitures depuis l’accident de son frère. d’ailleurs, tu comprendrais très bien si c’était le cas. pourtant, tu n’avais perçu aucune once de doute dans son regard. ce qui était parvenu à alléger légèrement ta conscience. chemin contraire repris, en direction cette fois de ta voiture plutôt que de son appartement, la jeune femme vient pourtant te poser une question à laquelle tu ne t’attendais absolument pas. « tu peux m'expliquer, qu'est-ce que vous avez; les garçons à adorer vos voitures comme si c'était la septième merveille du monde, parce que sérieusement j'ai jamais compris. » petit rire qui s’échappe de tes lèvres à cette réflexion. parce que tu voyais très bien où la jeune femme voulait en venir avec sa question. elle cherchait simplement à comprendre, mais il faut dire que toi, tu ne savais pas trop quoi lui répondre. t’avais l’impression d’ailleurs, qu’il n’y avait certainement rien à expliquer. « franchement y’a pas grand-chose à expliquer. » c’est donc ce que tu avais commencé à lui dire. pourtant, très rapidement, tu avais cru bon d’ajouter : « surtout que j’considère pas ma voiture comme la septième merveille du monde. sauf que, c’est bien plus pratique pour se déplacer. » peut-être pas la septième merveille du monde, certes, mais malgré tout, elle avait tout de même une certaine valeur sentimentale à tes yeux. parce que bon, c’était cette même voiture que du conduisais depuis déjà plusieurs années. faut donc dire qu’à force, tu t’y étais un peu attaché. et c’était certainement le seul bien que tu possédais réellement. du moins, le seul qui ait un tant soit peu de valeur à tes yeux. puis, ta voiture qui se dessine sous tes yeux. petit sourire qui vient encore une fois s’élargir. « jolie voiture. » petit rictus que tu ne cherches même pas à retenir face à sa remarque. tu n’y vois simplement pas l’intérêt. surtout que tu ne cherches pas à lui cacher le fait que ça t’amuse. « ça se voit que tu t’y connais pas trop toi. » que tu lui lances, pour la taquiner un peu. par contre, faut dire que tu comprends que de là, la jeune femme tentait seulement d’être poli. surtout vu l’état de ta voiture. « ma bagnole, elle roule, mais c’est bien la seule qualité qu’elle a. » que tu lances avant d’hausser légèrement les épaules. parce qu’au final, c’était bien ça l’essentiel. qu’elle puisse rouler. c’était même un minimum. puis toi, ça te convenait. de toute façon, tu n’avais pas les moyens d’obtenir mieux. « par contre, il m'en faut plus pour être impressionnée. » sourire qui vient s’agrandir un peu plus sur ton visage, avant que tu ne te laisses glisser dans ta voiture. ton regard qui se pose quelques instants sur elle. puis tu remarques que la jeune femme vient boucler sa ceinture de sécurité. t’hésites pas longtemps toi. à en faire de même. même si d’habitude, tu ne prends pas la peine de le faire. jamais. sauf que tu ne souhaites en aucun cas que la jeune femme le perçoive mal. alors, tu fais un effort. et clairement, c’est bien la moindre des choses que tu peux faire. puis tu laisses glisser la clé dans le contact. t’es prêt à partir toi. te manque plus qu’une destination. « tu me fais confiance? je sais où on pourrait aller manger. » sourire qui s’étire un peu plus sur tes lèvres. puis tu mémorises cette adresse qu’elle te donne. le nom te dit vaguement quelque chose. car après tout, mill valley est une petit ville, pourtant tu n’as pas l’impression de t’y être déjà arrêté. « bien sûr que je te fais confiance. » petit rire qui s’échappe de tes lèvres, alors que tu fais partir le moteur. puis tu rajoutes, juste avant d’appuyer sur l’accélérateur : « on est parti. » yeux qui se rivent alors sur la route. concentration que tu cherches à focaliser sur cette simple tâche que tu as de conduire ce véhicule. tâche beaucoup trop simple à tout goût d’ailleurs, pour qu’elle n’occupe pleinement tes pensées. alors, tu lâches à son intention : « sinon, ça va tes études ? » la conversation que tu tentes de retourner vers elle. parce qu’au final, c’est ce qui te permet d’alléger un peu tes propres pensées desquelles tu cherches impérativement un échappatoire. besoin de t’occuper, pour ne pas encore et encore rediriger tes pensées vers celle qui les occupe. tâche pourtant plus ardue qu’elle n’y parrait. « j’dois dire que ça m’impressionne. non, tu m’impressionnes. j’aurais jamais réussi à tenir aussi longtemps. »

_________________

HURRICANEi'm a wanderer, i'm a one night stand. don't belong to no city, don't belong to no man. i'm the violence in the pouring rain, i'm a hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Goldstein

avatar

pseudo : spf.
in town since : 23/11/2017
posts : 40
purple candy : 36
faceclaim, @ : haley lu richardson, (av.) rivendell.
multiface : l'ouragan (bb) ali saadi.

❀ chained to the rhythm
on my mind:
never alone:
ready for it:

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Sam 16 Déc - 4:50

le regard rivé vers l'avant, tu es prête à sillonner les rues de la ville pour vous rendre dans ce fameux restaurant sympa que tu as découvert il y a de cela quelques semaines. t'entends le moteur de sa voiture et voilà qu'il porte son regard vers l'avant se concentrant sur la route après avoir accepter ta proposition en te faisant entièrement confiance. étrangement, les distances en voiture peuvent amener à des discussions parfois banales, mais également profondes tout dépendant. toi, t'es plutôt du genre silencieuse en voiture normalement; souvent tu te laisses bercer par la musique qui passe à la radio. cependant, nicki semble vouloir taper la discussion et c'est pas une mauvaise chose au contraire. d'ailleurs sa question te fait légèrement sourire; tu as l'impression d'entendre un peu ton grand frère. « sinon, ça va tes études ? » tu acquiesces doucement d'un signe de tête en glissant ton regard sur son visage; visage concentré toujours sur la route. « ouais ça va, j'ai hâte aux vacances des fêtes par contre.» que tu avoues en toute franchise, hâte de pouvoir prendre du temps pour toi; de passer du temps avec ta famille aussi et te ramener à l'essentiel sans être sous la pression du quotidien, de cette routine suceuse d'énergie. « j’dois dire que ça m’impressionne. non, tu m’impressionnes. j’aurais jamais réussi à tenir aussi longtemps. » t'hausses les épaules, tu trouves ça toujours gênant qu'on te lance des fleurs comme ça, tu ne sais jamais quoi dire en réponse à cela. « Merci...» Que tu te contentes de dire maladroitement alors que tu as l'impression que tes pommettes rougissent un peu. Tu ramènes ton attention sur la route un instant. « Tu sais, ça veut pas dire que je fais des études que je suis plus intelligente; d'ailleurs, je sais toujours pas changer un pneu.» Tu laisses apparaître un sourire amusé au coin de tes lèvres tout en reprenant la parole; « On a chacun nos forces et nos faiblesses.» Paroles sages, mais totalement vraies. S'humectant les lèvres tu hésites à lui demander comment il va; ayant la sensation qu'il a peut-être pas envie de nécessairement parler de lui. Du coup, tu te contentes de ne pas lui retourner la question, mais tu l'interroges sur autre chose; « Sinon, t'as fait tes emplettes pour Noël?» Question un peu banale, voir même un peu idiote mais en même temps tu t'y intéressais, adorant Noël et cette période de festivités tu ne pouvais pas faire autrement.

_________________

☾ u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicki Grayson

avatar

pseudo : perséides, mary.
in town since : 24/10/2017
posts : 441
purple candy : 618
faceclaim, @ : jack o'connell, @morrigan.
multiface : lukas and charlie.

❀ chained to the rhythm
on my mind: engine and wheels.
never alone:
ready for it: free (plùm, astoria, andy, z)

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Dim 17 Déc - 18:32

tu laisses tomber cette phrase avec un naturel qui t’es propre. parce que tu le penses vraiment. t’as d’ailleurs aucunement honte de le dire. parce que t’es comme ça toi. t’as presque aucun filtre. et c’est sûrement pas demain que ça changera. non en fait, tu n’es pas près de changer du tout. tes yeux posés sur la route, y portant d’ailleurs tout ton attention, tu tournes pourtant légèrement la tête vers la jeune femme pour épier sa réaction. petit rictus qui sort de tes lèvres quand tu vois le léger teint pourpre qui semble s’être emparé de son visage. pourtant ce n’est pas vraiment ton intention. mais faut dire que oui, ça t’amuse. « merci... » vos regards qui se croisent un bref instant avant que vous ne reportiez tous les deux votre regard sur la route. route que tu sembles très bien connaitre d’ailleurs, depuis le temps que tu la sillonnes. pourtant, toi tu restes prudent. pas toujours, mais cette fois, ça semble important à tes yeux. parce qu’il faut bien le dire, y’a des choses qui remettent en perspective. et l’accident de ton ami est l’une de ces choses. « tu sais, ça veut pas dire que je fais des études que je suis plus intelligente; d'ailleurs, je sais toujours pas changer un pneu. » silence qui s’était installé, qui commençait d’ailleurs à devenir un peu lourd. sourire qui rattrape tes lèvres alors que sa voix s’élève. pourtant, toi, c’est pas vraiment ce que t’avais voulu dire en prenant la parole un peu plus tôt. non, tu n’avais pas voulu te rabaisser en lui disant cela. tu avais simplement voulu marqué le fait que la jeune femme t’impressionnait par sa patience. parce que ça, faut dire que tu n’en avais pas vraiment. « on a chacun nos forces et nos faiblesses. » sourire qui s’agrandit sur ton visage sous le poids de ces sages paroles. pourtant, elle n’avait pas besoin de te convaincre. tu l’étais déjà. convaincu. t’allais d’ailleurs ajouter quelque chose, pourtant elle capta ton attention de sa question qui te laissa assez surpris, à vrai dire. « sinon, t'as fait tes emplettes pour noël? » faut dire que toi, noël c’est un moment de l’année comme les autres. du moins, ce l’est depuis quelques années. perte d’un être cher qui est d’autant plus marqué lorsque celle-ci manque un jour où cela semble important. souvenirs qui refont d’un seul coup surface, ta gorge qui se noue, tes mains qui se resserrent sur le volant. parce que t’essais de la contenir. cette émotion qui est pourtant bien réelle. ce vide que tu caches depuis de nombreuses années. par fierté. par soucis des autres. mais oui, au fond, c’était toujours difficile. « oh, tu sais j’crois pas vraiment en ces conneries du temps des fêtes. » du moins, tu n’y croyais plus. pourtant, tu faisais des efforts. pour les autres. tes frères et sœurs. mais au fond, tu ne savais même pas si eux, ils avaient la tête à fêter. pourtant, tu finis par lancer : « mais oui, j’ai acheté quelques petits trucs déjà. » mince sourire qui s’était glissé sur tes lèvres. toujours ton regard sur la route. qui dévie, de temps en temps vers elle. le chemin qui ne devrait plus être très long, car ce n’était pas bien loin de chez la jeune femme. « en tout cas, j’te montrerai un jour à changer un pneu. » que tu lances à son intention. parce que tu te dis que c’est quelque chose que tout le monde devrait être en mesure de faire. après tout, on est jamais à l’abris d’une crevaison. puis tu sors rapidement de ta poche ce paquet de clopes à moitié vide. t’en sors une. pourtant tu t’arrêtes dans ton élan. « ça te dérange si… ? »

_________________

HURRICANEi'm a wanderer, i'm a one night stand. don't belong to no city, don't belong to no man. i'm the violence in the pouring rain, i'm a hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Goldstein

avatar

pseudo : spf.
in town since : 23/11/2017
posts : 40
purple candy : 36
faceclaim, @ : haley lu richardson, (av.) rivendell.
multiface : l'ouragan (bb) ali saadi.

❀ chained to the rhythm
on my mind:
never alone:
ready for it:

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Mar 26 Déc - 17:05

la ballade se passe toujours bien, la discussion coule malgré les temps mort de silence qui règne par ici par là, mais ça ne te dérange pas. quand cela se produit, tu te contentes de garder les yeux rivés sur la route. tu le questionnes, t'essaies d'engager la conversation comme tu le peux; ça peut sembler maladroit, mais quand tu le vois te sourire discrètement ça te soulage un peu. tu lui rends le même sourire de manière discrète « en tout cas, j’te montrerai un jour à changer un pneu. » ton sourire s'agrandit un peu plus et tu te dis que ça ne pourrait pas être une mauvaise chose qu'il t'apprenne à changer un pneu, d'ailleurs c'est une exécution de base que chaque automobiliste devrait connaître. « je suis d'accord.» un rire s'échappe d'entre tes lèvres et tu glisses tes doigts dans ta tignasse; vieux tic que tu possèdes depuis toujours, puis tu le vois du coin de l'oeil qui fouille dans sa poche et sort son paquet de clopes pour en prendre une, mais tu constates aussi qu'il s'arrête dans son élan se rendant compte qu'il n'est pas seul, malgré le fait que ce soit sa voiture, il prend soin de te demander l'autorisation. « ça te dérange si… ? » tu secoues doucement de gauche à droite la tête tout en répondant; « non, non, y'a aucun souci..» c'est vrai que tu n'as jamais aimée l'odeur de la cigarette, tu n'as d'ailleurs jamais été tenter à fumer non plus, mais tu respectes le choix de ceux qui décident de fumer; tu n'es pas du style moralisatrice même si souvent ça te brûle la langue et t'aimerais faire ton petit sermon, tu te retiens. « pas à celle-ci, mais à la prochaine tu tourneras à gauche, on arrive bientôt.» que tu lui signales, t'imagines déjà les odeurs de ce petit café sympathique et t'as l'impression que ton ventre pourrait se mettre à gargouiller en faisant des siennes. puis finalement, vous finissez par arriver et il se gare dans l'une des places de stationnement et tu viens à sortir de la voiture. « alors t'es déjà venu?» que tu lui lances en refermant la portière derrière toi, tu espères que non. m'enfin, tu remontes un peu le collet de ton manteau pour te couvrir parce que malgré le soleil, le vent a décidé de se lever un peu. évidemment, tu vas l'accompagner un peu le temps qu'il termine sa clope s'il le désire, tu n'es pas pressée; tu as tout ton temps et tu réalises que c'est agréable de sortir de ton appartement et t'éloigner de ta charge de travail pour quelques heures. vous finissez par entrer dans ce petit café et tu souris lorsque tu croises le propriétaire qui te salut. « je viens souvent ici, pour étudier tout en passant à me nourrir.» tu souris en coin et tu lui fais un signe de tête l'invitant à te suivre alors que tu te diriges vers ta table habituelle, celle un peu plus au fond près de la fenêtre. tu retires ton manteau que tu poses sur le dossier de la chaise et tu prends place. puis, il faut peu de temps pour que l'une des serveuses viennent pour vous saluez. évidemment, elle affiche ce drôle d'air, parce que l'une des premières fois t'es accompagné et d'un garçon en plus. « salut sophie.» que tu dis simplement essayant de cacher ta gêne devant son regard qui en dit long, heureusement tes joues ne sont pas encore en feu; tu arrives à te contrôler un peu. « je t'amène comme d'habitude?» qu'elle te demande et tu glisses un instant ton regard sur nicki, tu réalises que tu es ancrée dans une routine incroyable et que ça peut sonner comme la fille plate qui ne se laisse pas surprendre. « on va regarder le menu.» que tu dis simplement dans un sourire, puis finalement elle s'éloigne vous laissant seuls.

_________________

☾ u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicki Grayson

avatar

pseudo : perséides, mary.
in town since : 24/10/2017
posts : 441
purple candy : 618
faceclaim, @ : jack o'connell, @morrigan.
multiface : lukas and charlie.

❀ chained to the rhythm
on my mind: engine and wheels.
never alone:
ready for it: free (plùm, astoria, andy, z)

MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   Ven 29 Déc - 2:31

tu glisses une clope dans ta bouche, avant d’ouvrir légèrement les fenêtres de ta voiture. puis, tu ne perds pas trop de temps, tu sors rapidement le briquet de ta poche arrière avant d’allumer cette cigarette coincée entre tes lippes. tu aspires quelque bouffés de cette fumée cancérigène, qui vient emplir ta bouche. si tes yeux ne devaient pas rester fixés sur la route, tu les aurais sûrement fermés. pourtant, tu te contentes de cette fume qui vient légèrement atténuer le rythme effréné de ton palpitant au creux de ta poitrine. parce que toi, tu te perds, entre tes pensées, tes sentiments, tu ne sais plus où tu en es. puis ce n’est pas comme si tu étais en mesure de les contrôler. non, tu n’as absolument aucun contrôle et c’est bien ce qui te terrifie à vrai dire. puis, tu recommences à trop penser. c’est bien le bordel pour une raison après tout. Et toi, tu ne fais qu’alimenter tout cela. alors, tu expires finalement la fumée de ta bouche et lâche un soupir. Sans vraiment savoir pourquoi. Sûrement parce que tu t’exaspères toi-même. tu recommences ce petite manège quelque fois, en faisant danser la fumée dans ta bouche, en la recrachant ensuite. Jusqu’à ce qu’il ne reste presque plus rien de ta clope. alors, tu finis par la jeter par la fenêtre. tu ne devrais pas. pourtant, tu le fais tout le temps. puis, une grande inspiration, avant que tu ne te tournes vers elle au soin de sa voix. « pas celle-ci, mais à la prochaine tu tourneras à gauche, on arrive bientôt. » tu ne trouves rien à ajouter. tu te contentes seulement de suivre ses instructions, à la lettre. tu mets ton clignotant à la prochaine rue que tu croises, puis tu tournes à gauche. ce n’est pas très long que tu vois l’édifice se dresser sous tes yeux. puis, y’a un petit sourire qui se glisse presque automatiquement sur tes lèvres. tu ne connais pas la place. pourtant, ça te semble accueillant. pas trop mal. et bien que tu le savais déjà, tu ne regrettes aucunement d’avoir fait confiance à la jeune femme. Tu te gares rapidement dans l’un des nombreuses places libres, puis tu arrêtes le moteur du véhicule. avant de te glisser hors de la voiture et d’enfouir tes mains dans tes poches après avoir refermé la portière. « alors, t’es déjà venu ? » tu réponds d’un simple signe de négation de la tête. faut dire aussi que tu ne vas pas très souvent au restaurent en général. parce que toi, t’aimes mieux flamber ton argent en boisson qu’en bouffe généralement. oui, toi, c’est les bars, c’est les boîtes de nuit que tu fréquentes habituellement. pas ces petites restaurants en bord de route. pourtant, cette fois, cela ne semble pas te dérange plus que ça. faut dire aussi que t’apprécie plus la compagnie de la jeune femme que ce que tu l’aurais cru. « je viens souvent ici, pour étudier tout en pensant à me nourrir. » tu ne cherches pas à le retenir, ce petit rire qui se glisse hors de tes lippes après cette phrase. puis, y’a quelques mots qui se glissent rapidement dans la conversation : « ouais, n’oublie pas de te nourrir surtout. » tu la taquines, parce que tu sais bien que c’est une adulte maintenant. tu sais aussi qu’elle saurait très bien prendre soin d’elle-même sans que son frère, ou même toi n’intervienne. pourtant, faut dire que t’es comme ça toi. peut-être que c’est ce que ça fait d’être l’ainé. on se sent responsable de ceux qui nous sont chers. puis, tu la suis jusqu’à l’intérieur du restaurent. avant qu’elle ne s’installe à une petite table que tu rejoins à ton tour. rapidement, une jeune serveuse se présente à la table. « salut sophie. » la première pensée qui te vient à l’esprit, c’est qu’elle doit venir assez souvent pour connaitre la serveuse. plus que ce que tu n’avais imaginé. pourtant, voilà que la serveuse vient confirmer les dires de la jeune femme. « on va regarder le menu. » elle disparait, et toi, tu ne cherches même pas à retenir ce soupir qui se glisse de tes lèvres. « quand tu m’as dit que tu venais, je m’attendais tout de même pas à ce que la serveuse sache ce que tu prends. » non, tu ne t’attendais pas du tout à ça à vrai dire. ça te surprenait énormément. mais peut-être que tu aurais dû t’en douter. peut-être même que tu aurais dû intervenir bien plus tôt. « tu la connais la serveuse ? parce qu’elle est mignonne… » oui, tu la trouves mignonne dans son genre. pourtant, tu sais pas, t’as l’impression qu’il y a quelque chose qui cloche. tu sais pas vraiment quoi. après tout, c’est bien ton genre d’habitude. mais cette fois, t’es pas convaincu. si seulement tu savais que le problème ne vient pas d’elle, mais plutôt de toi. alors, tu hausses légèrement les épaules. avant d’ajouter, sur ta lancée de total con : « donc si t’as son numéro, je dis pas non. » évidemment, tu n’es en aucun cas sérieux. mais ça t’amuse toi, parce que tu vois bien qu’andy n’est pas tout à fait à l’aise. et d’un autre côté, tu n’en es même pas coupable. parce que tu penses qu’elle devrait se lâcher un peu cette gamine. profiter de la vie. parce que t’as cette impression qu’elle ne fait pas grand-chose de ses journées, et ça t’attriste un peu. « sinon, tu prends quoi d’habitude ? » que tu lui demandes en riant. parce qu’il faut bien dire que tu commences à te perdre un peu dans ce menu. « parce que c’est ce que je prendrai. mais toi, tu prendras ce que je te commanderai. » quoi ? tu ne sais pas encore. mais tu finiras par choisir.

_________________

HURRICANEi'm a wanderer, i'm a one night stand. don't belong to no city, don't belong to no man. i'm the violence in the pouring rain, i'm a hurricane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: — my lucky star (w/andy)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— my lucky star (w/andy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lucky Star (avec de la guitare de la slide et de la mando)
» Lucky Peterson & Andy Aledort : Tête à Tête (2007)
» La Belle Étoile (The Lucky Star) 1980
» Chou, Andy ! (croce prem's)
» Questions sur le Silver Star

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: north mill valley-
Sauter vers: