AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 not ready, eyes heavy now | ali

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jax Parrish

avatar

pseudo : spf.
in town since : 02/01/2018
posts : 16
purple candy : 36
faceclaim, @ : matthew bell (@dandelion) ; ©crack in time (signa)
multiface : none.

MessageSujet: not ready, eyes heavy now | ali   Mer 3 Jan - 21:39


(not ready, eyes heavy now)

Elle sait.
Il sait.

Qu'il a plus que sept minutes, quarante secondes, et trois dixièmes avant que tout ne parte en fumée. Trente-huit secondes, l'arrondi à l'absolu. Trente-cinq, si faut qu'on parle veut dire qu'ils doivent vraiment parler. Merde. Y a la bande de strap qui se colle au sac de frappe alors qu'il y flanque royalement son poing, parce que ce foutu sms est parti trop tôt, et qu'il a pas eu le temps, bordel, il a pas eu le temps. De finir de panser correctement les articulations, de finir de penser correctement ce qu'il allait lui balancer. Ouais, j't'ai regardé dormir à l'hôpital, plusieurs fois. C'est pas aussi flippant que ça a l'air, peut-être un peu, dit comme ça. J'te jure c'était innocent. Si tu savais, c'est pas la première fois que je t'ai en tête quand le soleil est plus là. Positif. Il est foutu. Jamais il trouvera comment raccrocher les wagons ; il s'est jeté tout seul sous les rails comme un con. Cinq minutes, vingt-sept secondes, et trente-et-une dixièmes. Trente-deux si elle fait un détour pour venir jusqu'à l'entrepôt parce que ça lui arrive, et que non, c'est toujours pas bizarre de savoir ça. Le deuxième poing vient se loger dans le ventre du sac, l'envoie se balancer comme une poupée hawaïenne sur la plage arrière d'une voiture qui roule sur la nationale les fenêtres ouvertes, juste de quoi promettre un bruit sourd pour le prochain coup. Et il imagine sa tête, en gros, imprimé d'une couture à l'autre. Pas celle d'Ali, c'est pas un psychopathe. La sienne, de tête. Les joues un peu creuses qui collent pas avec le reste de la morphologie parce que tu crèves la dalle une fois dans ta vie, et ça reste inscrit sur ta gueule, apparemment. Donc, sa tête. Il l'imagine dans les moindres détails, c'est pas si compliqué que ça, quand on se croise tous les jours dans le miroir. Pourtant il manque un truc, c'est flagrant. Quelque chose qui crie « punching ball humain », ou « portrait à refaire, pas cher ». Il essaie d'ajouter un soupçon d'air de chien battu ; pas le pedigree, le vrai bâtard qu'on oublie exprès sur le périph. . Ça part tout seul. C'est pour toutes les fois, toutes celles où il a répété le mot « sœur » dans sa tête en se disant que ça marcherait, alors qu'il aurait déjà du être jeté en prison pour pensées incestueuses répétitives. Très répétitives. Tellement répétitives, y a son nom en italique en référence sur la page wikipédia du mot. Il a pas eu le temps de penser qu'il y a aussi cet autre raccourci qu'elle aime bien prendre parfois, et que si on recalcule l'itinéraire on passe à trois, deux, un …

_________________
black parade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ali Saadi

avatar

pseudo : spf.
in town since : 11/11/2017
posts : 79
purple candy : 28
faceclaim, @ : mimi elashiry, av@neoncathedral gifprofil@ultraviolence sign@mine+ dark dreams, for now; pink (quote)
multiface : la trop douce (bb) andy, l'énergique faera.

❀ chained to the rhythm
on my mind: bullshit
never alone:
ready for it: (4/4) aziz, ruth, noah, jax

MessageSujet: Re: not ready, eyes heavy now | ali   Mer 3 Jan - 23:09

« on doit parler»

texto envoyé rapidement. pianoté sans trop regarder, la gamine qui dépose son portable sur sa table basse et qui fouille dans sa garde-robe pour revêtir ses vêtements d'entraînement. besoin urgent d'aller frapper dans le sac, besoin urgent de se défouler et de faire baisser la pression. L'envie de le voir aussi, parce qu'après tout c'est pour ça qu'elle lui a dit qu'ils devaient parler. dernier coup d'oeil dans le miroir plus par automatisme parce qu'elle sait, que lorsqu'elle franchit l'encadrement de l'entrepôt, elle n'est pas là pour venir faire un show de mode. la gamine, elle reprend son portable délaissé; il n'a pas répondu à son texto, mais bon tant pis elle espère qu'il soit d'ailleurs à l'entrepôt. elle en est presque persuadée, parce que lorsqu'il ne se trouve pas sous le ventre d'une voiture à réparée, il est là-bas à frapper dans les sacs. Ali, elle sort de chez elle armée de son sac de sport et se met en route. L'air est froide, elle donne presque l'impression qu'elle pourrait couper la peau, doucement la gamine; elle remonte le collet de son manteau accélérant un peu la cadence. Elle tente d'emprunter le chemin le plus rapide, elle ne veut pas se geler trop longtemps; puis, elle a hâte d'arriver aussi. Trois, deux, un... Elle fait en sorte de soulever la porte de garage faisant office de porte principale; son entré se fait remarquer et le froid vient englober la pièce, c'est pourquoi; ali elle s'empresse d'entrer et de faire redescendre la porte. Elle s'avance dans l'entrepôt, dans sa seconde maison; elle pourrait y entrer les yeux fermés, tellement elle connait chaque coin par coeur. Puis, elle sourit discrètement en l'apercevant frapper dans le sac. Silencieuse, elle retire son foulard autour de son cou. Puis elle vient mettre son attirail d'hiver sur la pat erre près de l'entrée, comme si elle arrivait à la maison; c'est la même sensation. Elle fouille un instant dans son sac pour y sortir la roulette pour se faire ses bandages et s'empare de sa bouteille d'eau au passage sachant qu'elle risque d'en avoir besoin. Jax, est là. Afféré à frapper dans le sac; heureusement que c'est pas un individu devant lui, parce qu'il risquerait de ne pas s'en sortir vivant. La gamine, elle l'examine et constate qu'il n'a pas fait ses bandages correctement. Elle continue de s'avancer pour finalement briser le silence; « Eh doucement rocky, tu vas te faire mal si tu continues.» Sourire en coin, petit air malicieux pour le taquiner un peu. Elle vient à croiser ces prunelles sombres, puis elle voit bien qu'il a l'air étrange, mais elle essaie de mettre cette drôle d'impression de côté; d'oublier son deuxième sens qui peut parfois lui jouer des tours. Jax et Ali se connaissent depuis un an, c'est grâce à l'oncle de ce dernier qu'ils ont cette planque à eux; un cadeau du ciel selon Ali. La brunette qui lève un sourcil laissant flotter un sourire discret alors qu'elle rajoute; « T'as bouffé du chien enragé, ou alors Vinnie t'as encore fait chier?» Malgré elle, Ali joue les investigatrices parce qu'elle adore Jax; mais, elle sait que Jax n'est pas un très grand orateur, il parle peu, plutôt discret et mystérieux. M'enfin, elle ne peut pas lui en vouloir, elle est un peu comme ça aussi parfois.

_________________

☾ Now it's like I lied
When I said I didn't
need you. Alright if
you'd left I'd never
be tonight can we
just get it right
somehow, for now.
for now; pink.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jax Parrish

avatar

pseudo : spf.
in town since : 02/01/2018
posts : 16
purple candy : 36
faceclaim, @ : matthew bell (@dandelion) ; ©crack in time (signa)
multiface : none.

MessageSujet: Re: not ready, eyes heavy now | ali   Jeu 4 Jan - 13:43

Comment ignorer une personne qui se tient dans la même pièce que vous. Leçon une, tournez lui le dos, et si ça a l'air simple sur le papier, en réalité, c'est une toute autre histoire. Derrière lui, il entend la porte se dérouler, et le cliquetis familier de la chaîne métallique qui sert à bloquer l'ouverture quand vient l'été, et qu'il fait plus lourd dans l'entrepôt que dans un sauna. La chaleur humaine, et celle de l'effort. Y a pas de basse ou de haute saison pour leur bande. Face au sac, il tient bon ; c'est sans compter le réflexe inné de se retourner vers le bruit qui lui tiraille les tripes dès qu'il sent le courant d'air froid lui effleurer l'échine. Leçon deux, quand l'envie vous prend de sérieusement faire foirer la première leçon, concentrez-vous sur autre chose. La couleur de la peinture qui s'effrite et mériterait bien une deuxième couche, la gomme des semelles qui accroche le sol à chaque nouvelle frappe, le plafonnier qui se tape une crise d'épilepsie depuis deux semaines parce que personne ne trouve le temps de changer l'ampoule, l'eau qui goutte dans le radiateur, la sensation de l'impact sur ses phalanges, les coquelicots qui sont en train de fleurir sur les dites phalanges, juste pour s'étaler en violettes demain, et finir écrasées en charbon le jour d'après. « Eh doucement rocky, tu vas te faire mal si tu continues. » Leçon trois, fermez-la. Y a un semblant de rictus qui vient se planter comme un hameçon aux commissures de ses lèvres et tire sur la ligne pour remonter un vrai sourire qui meurt dans la seconde qui suit. Le silence, c'est son domaine de prédilection. Il a jamais su bien parler, Jax. Peut-être si on avait pas soupiré à chaque fois qu'il voulait l'ouvrir. Peut-être si on l'avait forcé à articuler au lieu de marmonner dans son coin. Peut-être un tas de choses qu'il pourra malheureusement plus corriger à son âge. Alors il se la ferme, et il continue de frapper. Le pire, c'est qu'elle a raison, Ali. Ça lui lance déjà dans le poignet. Mais il préfère crever plutôt que de lui dire ; on a déjà établi que dire les choses n'est pas Jax Parrish. C'est plus Mae, s'il faut vraiment donner un nom. Mae cale les sourires et les paroles comme Mozart calait les notes sur les partitions – avec une précision tant hallucinante qu'on ne pas jalouser, juste s'enfoncer dans son siège et se dire putain, moi, j'aurais jamais trouvé. « T'as bouffé du chien enragé, ou alors Vinnie t'as encore fait chier ? » Le coup part de travers, le pouce reste dans le poing. Il grimace. « Quand est-ce que Vinnie me fait pas chier … » qu'il marmonne en secouant sa main dans le vide. Comment ne pas ignorer une personne qui se tient dans la même pièce que vous. Leçon une, faites face à la gamine et à son foutu sourcil toujours légèrement levé quand elle vous parle. Leçon deux, trouvez cette expression assez attachante, et tout le reste de la brune qui va avec. Forcément. Leçon trois, balbutiez une suite de syllabes qui ne veut rien dire parce que vous repensez à la leçon deux et à la leçon une et que votre main vous lance et qu'elle sait et que vous aimeriez bien que la leçon quatre consiste à partir en courant mais la porte est fermée donc vous auriez l'air idiot à essayer de la soulever parce cette main, et Ali, et la porte et … « T'avais un truc à me dire ? » Question qui sort à peine compréhensible.

_________________
black parade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ali Saadi

avatar

pseudo : spf.
in town since : 11/11/2017
posts : 79
purple candy : 28
faceclaim, @ : mimi elashiry, av@neoncathedral gifprofil@ultraviolence sign@mine+ dark dreams, for now; pink (quote)
multiface : la trop douce (bb) andy, l'énergique faera.

❀ chained to the rhythm
on my mind: bullshit
never alone:
ready for it: (4/4) aziz, ruth, noah, jax

MessageSujet: Re: not ready, eyes heavy now | ali   Ven 5 Jan - 3:43

Ali, elle débarque à l'entrepôt emmitouflée dans son épais manteau amenant avec elle, le froid de l'hiver qui continue de perdurer. Pourtant, Ali elle apporte un peu de soleil lorsqu'elle débarque, un peu de chaleur dans ce lieu désuet. Ce lieu qui donne l'impression de tomber en ruine et qui pourtant tient le cap; comme un château indestructible avec sa barricade. vous êtes les rois et reine des lieux. Ali, elle prend finalement parole voyant que Jax ne semble pas au meilleur de sa forme; comme s'il avait une pression à dissiper, elle le sent dans les coups qu'il envoie dans le sac, elle le perçoit dans la façon, dont il a de l'ignorer. Ça lui fait une drôle de sensation dans sa cage thoracique, elle sait qu'il est un gamin de mots, elle a appris à l'accepter et elle avoue qu'elle apprécie ça; besoin de peu de mots pour se comprendre, liées par quelque chose de plus fort que de simples phrases correctement formulées. Ali, elle tente de le faire parler malgré tout; elle tente surtout de capter son attention, attention fuyant beaucoup trop à son goût. « Quand est-ce que Vinnie me fait pas chier … » Paroles marmonnées, mais qu'elle a compris; touché! La gamine qui se pince les lèvres cette fois-ci, redescend un peu et arrête de jouer la maligne. Grimace qui s'installe sur son visage quand elle le voit se prendre la main de travers dans le sac, la gamine qui est amenée à se diriger vers lui, de manière instinctive pour s'assurer que ça va. Ali l'enfant, Ali la maman aussi; ça semble être dans son ADN, malgré son caractère de tigresse parfois fort, cette manière glaciale qu'elle a de rembarrer pour se protéger, y'a aussi cette douceur en elle. « T'avais un truc à me dire ? » La brunette qui s'arrête dans son élan d'héroïne sur le coup, elle ne capte pas. Puis, elle se souvient du texto envoyé plus tôt et elle acquiesce d'un mouvement de tête léger. Elle ne prend pas la parole tout de suite continuant son chemin vers lui. « Montre-moi ta main.» Presque un ordre, même si c'est soufflé d'un souffle bienveillant. Ses doigts qui agrippent délicatement sa main, et à nouveau une grimace qui se dessine devant les couleurs qui marquent sa peau. « J'ai amené un rouleau neuf...» Qu'elle reprend, toujours les yeux rivés sur sa main meurtrie. Elle vient à lâcher sa main, fait quelques pas vers l'arrière et se dirige dans son sac pour trouver le fameux rouleau, puis elle reprend parole; « Ouais, je voulais te demander un truc...» Les secondes qui s'écoulent alors qu'elle continue de farfouiller dans son sac de sport. La gamine dos à lui, qui ne remarque pas que ces traits sont tendus et qu'il a dû mal à déglutir. « C'est bientôt l'anniversaire de ton oncle non?» Toujours penchée, les sourcils qui se froncent alors qu'elle le cherche toujours et finalement elle le récupère et se redresse venant à lui jeter un regard. « Du coup, je me disais qu'on aurait pu lui organiser quelque chose.» Haussement d'épaules, la tigresse Ali qui essaie de ne pas démontrer qu'elle a un palpitant bienveillant et tout moue au fond. « M'enfin, j'pense que ça pourrait être cool.» Qu'elle spécifie, moyen de le remercier et par la même occasion de se trouver le squad réuni. Elle revient vers lui, prête à jouer l'infirmière le temps de lui faire les bandages, pour qu'il puisse lui faire en retour; parce qu'aujourd'hui, Ali elle a besoin de frapper fort; de laisser sortir le méchant. Y'a un tas de trucs qui se passent dans sa vie actuellement et la gamine, elle a pas nécessairement envie de s'ouvrir; elle préfère l'évacuer à travers le sac ou sur le ring.

_________________

☾ Now it's like I lied
When I said I didn't
need you. Alright if
you'd left I'd never
be tonight can we
just get it right
somehow, for now.
for now; pink.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: not ready, eyes heavy now | ali   

Revenir en haut Aller en bas
 
not ready, eyes heavy now | ali
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CHERCHE CHANTEUR CHANTEUSE pour heavy près de lorient
» 08.02.10 - Avant première du clip Ready Or Not (I'm Coming)
» Frank Sinatra : heavy metal tribute
» Ready to ride (cover)
» HEAVY METAL IN BAGDAD (Avoir 20 ans à Bagdad… et jouer du heavy metal)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: south mill valley-
Sauter vers: