AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

VOTRE AVIS NOUS INTÉRESSE, DONC RENDEZ-VOUS ICI
ON A BESOIN DE VOUS



Partagez | 
 

 painful past (rafael)

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



le cœur d’artichaut

pseudo : alecs.
in town since : 06/03/2018
posts : 39
faceclaim, @ : cameron dallas. (av.) amor fati.
multiface : none.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: painful past (rafael)   Mer 7 Mar - 17:58


painful past

Petit louis, ça fait bien longtemps que tu n'as pas pris le temps de faire ceci. Tu te balades, dans mill valley la belle, à la lueur chaleureuse des premiers rayons du soleil. En temps normal, la solitude t'angoisse. Tu n'es jamais seul, les autres sont le carburant de ton sourire qui semble si permanent. Mais ce qu'ils ignorent, c'est qu'une fois la nuit tombée. Lorsque tu te retrouve seul chez toi, avec ton reflet. Louis, il t'arrive encore de pleurer.

Mais pas aujourd'hui, louis. Aujourd'hui tu déambules dans les rues, tu flânes l'air rêveur d'une boutique à l'autre, petites échoppes aussi diverses que variées qui emplissent les rues de mill valley. Tu ne recherches rien en particulier, tu t'arrêtes là où ton regard veut bien se poser. D'ailleurs t'aperçois, juste là pendu sur un présentoir : un lot de bracelets. Ils ne sont pas très cher, et ce n'est certainement pas la matière dont ils sont faits, qui pourrait leur donner de la valeur. Mais toi, ils t'attirent. Immédiatement, tu penses au squad, c'est évident. Loulou l'enfant, qui s'attache à tout, et s'émerveille de rien. Des bracelets tout simple, intercalant des séries de perles noires et argentées. Avec une seule pierre de couleur, soit disant semi-précieuse et différente sur chaque bracelet. Jolies perles alignées, soudées, comme votre amitié. T'es de ceux-là toi, louis. De ces enfants qui donnent de l'importance aux petits riens, a de ridicules petits objets du quotidien qui prennent la valeur sentimentale qu'on veut bien leur donner. La Calcédoine pour plùm, elle permet dit-on d'atténuer l'hostilité et l'irritabilité pour trouver une paix intérieure, un équilibre. Tu souris. Une Agathe , qui offre la protection et insuffle du courage. Pour Gabe, évidemment. Et petit tu espères secrètement que ce ridicule cailloux le protégera chaque fois qu'il risquera sa vie pour sauver celle des autres. Une Apatite pour la timide Casey. Et une Fluorite pour le virulent Adam. Et pour toi, loulou, un Œil du tigre.

Louis la tête baissée sur tes bracelets, tu te diriges vers la caisse quand ton stupide état euphorique te fait heurter une masse bien plus imposante que ta frêle petite carrure. Au son de sa voix, tes muscles se raidissent tandis que tes petits cadeaux s'éparpillent sur le sol. Tes yeux s'écarquillent et tu te retrouve incapable de lever la tête sur l'homme devant toi. Tu balbuties à peine ces quelques mots là : " excuses-moi.. " tu n'y crois pas, tu veux pas le croire. Il est là devant toi, l'un d'eux. Tu le reconnais, son nom, tu n'en es plus très sûr, mais sa voix et son visage n'ont pas changés tant que ça. Tu entends encore ces insultes dans sa bouche, et son visage souriant au-dessus de toi. Petit louis, va-t-en de là, fuis. Ne t'inflige pas ça.. Tu lèves la tête vers lui avant de la baisser aussitôt pour ramasser tes bracelets, à peine tremblant que tu es.. en répétant doucement " pardon.. j'étais distrait.. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 387
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   Dim 11 Mar - 13:00

Elle t’en veut encore. Et tu ne peux d’ailleurs pas lui en vouloir. Parce que toi, tu sais bien que tu l’as blessé. Bien plus qu’elle ne veut bien le montrer. Dents serrées, dès qu’elle croise son regard. Avant de le fuir, et de s’éloigner. Et toi aussi, ça te fait du mal. Tu comprends oui, mais ce n’est pas pour autant que tu le vis bien. Parce qu’il s’agit de ta sœur, non, de ta jumelle Ta moitié, ton autre. Et cette situation, entre vous, elle ne te plait pas. C’est tout le contraire. Mais tu sais bien que tu l’as cherché, et donc mérité. Et pourtant, ce jour-là, t’as décidé que tu voulais arranger les choses, que ça pouvait commencer par un présent, une pensée à son intention. Une certainement manière de dire que tu étais désolé. Que tu souhaitais que les choses s’arrangent. Un pas, dans la bonne direction. Tu n’avais pourtant aucune idée si ça allait fonctionner, ou si plutôt, tu fonçais droit dans un mur avec cette idée. Parce qu’après tout, c’est de parler dont vous aviez besoin. Et toi, tu devais t’excuser. Simple prétexte pour l’approcher, pour ne pas que tout soit gâché. Parce que tu n’as jamais été très doué pour parler, pour t’exprimer, du moins, ce que tu ressens vraiment. Mais cette fois, tu n’as pas le choix. Tu n’as pas le choix que de faire l’effort pour. Et d’ailleurs, t’es prêt à le faire. Pour elle, pour ta sœur. Alors voilà comment tu t’es retrouvé dans cette boutique. Voilà pourquoi tu t’es mis à regarder ces babioles sans grand intérêt. Et immanquablement, t’en es venu à te demander ce que tu faisais là. Presque à le regretter même. Parce que tu n’étais pas à l’aise. Que tu ne sortais plus des masses d’ailleurs, depuis déjà quelques mois. Pas pour autre chose que tes rendez-vous, ou pour prendre des photos. Parce que le regard des gens te dérange. Parce que tu sais bien que tu as l’air malade. Et tu l’es aussi. Pas le plus mal en point que tu as pu l’être, mais tout de même mal en point. Puis tu soupires. Tu vas pour quitter l’endroit, tout simplement. Parce que toute cette idée de cadeau n’était finalement pas une bonne idée. Tu aurais simplement dû aller lui parler. À cœur ouvert d’ailleurs. Et pourtant, quand tu te retournes, tu fonces dans quelqu’un. Et automatiquement t’en vient à t’excuser, convaincu que tu es responsable de cet accrochage. « Je suis vraiment désolé… Ça va ? » Puis tu le vois. Afin, plutôt tu le reconnais. Et sans même que tu puisses le retenir, ça te fait un léger pincement au cœur. Parce que tu sais bien que t’as agi en connard avec lui. Et bon sang que tu regrettes à l’heure actuel ce monstre que t’as pu être. Ce monstre que t’es peut-être d’ailleurs toujours, malgré toi, malgré tout. Et il s’excuse à son tour. Deux fois. Et tu te doutes qu’il t’a reconnu. Parce qu’il fuit ton regard, parce qu’il n’a pas l’air bien. « T’inquiètes pas. Mais ça va ? T’as l’air pâle… » Bien sûr que non ça va pas. Et d’ailleurs tu sais très bien pourquoi, tu sais très bien que t’es certainement le responsable de tout ça. « Écoutes, je suis désolé. Vraiment. » Pas pour cette collision, enfin si, mais pas seulement. Surtout pour le reste. Tout le reste.

_________________


you are everything i have ever wanted and more. imagine how much my heart beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



le cœur d’artichaut

pseudo : alecs.
in town since : 06/03/2018
posts : 39
faceclaim, @ : cameron dallas. (av.) amor fati.
multiface : none.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   Mar 20 Mar - 20:00


painful past



tes bracelets entre tes doigts, tu joues nerveusement avec les perles qui les composent. louis, ton cœur s'emballe. tu sens ton sang froid qui détalle, et tu voudrais presque en faire autant. mais c'est à peine si tes jambes sont encore capable de te porter, tandis que devant toi tu affrontes la dure représentation de ton passé. tu te souviens de lui, charlie. les insultes et les coups, tandis que celui que t'aimais s'était enfuis. La peur, la douleur qui précèdent la solitude et la froideur du sol sur lequel tu étais étalé de tout ton long, ensanglanté. louis mon petit, depuis ce jour tu survis.

et cet énergumène qui par deux fois te demande comment tu vas, s'en est-il inquiété au moins une fois, depuis ce jour où il t'a brisé ? y a t'il seulement déjà pensé une seule fois, durant ces dernières années ? " je vais bien. " que tu articules difficilement avec le peu d'aplomb qu'il te reste. et si tu es si pâle, c'est que la totalité de ton sang s'est accumulé dans tes jambes, instinct de survit oblige, à chaque instant tu t'apprêtes à fuir. oubliant presque que ce lâche n'oserait pas te battre à mort, cette fois-ci, dans un lieu publique. puis la mâchoire serrée, tu parviens à soutenir son regard, juste assez longtemps pour t'apercevoir d'un changement bien étrange. t'ignore s'il se trouve dans les yeux ou dans le timbre de la voix, mais cette absence de cruauté te surprends. louis tu profites, t’enchaînes, tu ne te laisse pas amadouer par cette fausse politesse. loulou aussi fébrile sois-tu, t'as des comptes à régler, et tu comptes bien lui montrer que tu n'es pas du genre à passer l'éponge sur les erreurs du passé. " si tu t'excuses pour la collision c'est pas la peine, pour le reste : t'as dix ans de retard. " tes paroles pouvaient sembler tranchantes, cinglantes, et pourtant il n'en était rien. Ta voix tremblait, et tu semblait retenir ta respiration depuis votre collision. respires louis, tu vas finir tout bleu si tu continues ainsi. " laisses tomber, tu dois sûrement même pas t'en rappeler. " que tu lui lances finalement en baissant la tête tout en essayant de le contourner pour aller payer. tu t'attends à quoi, petit louis. il fait peut-être partis de ceux qui ont brisé ta vie, de ces visages qui t'hantent encore la nuit. mais pour lui tu n'as jamais rien représenté, tel un pauvre animal insignifiant que des gamins auraient torturé comme simple passe-temps.

_________________
mais surtout il avait l'air doux, bienveillant et serein comme si il avait pas renoncé à rien, comme si il avait jamais douté de la beauté du monde ni de celles des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 387
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   Mer 21 Mar - 17:20

Sa réaction ne te surprend pas le moins du monde. C’est plutôt l’inverse qui t’aurais surpris. Après tout, tu es parfaitement conscience de ce que tu as pu lui faire vivre. Et si pendant un temps, c’est vrai, tu n’y avais pas porter la moindre attention, tu n’avais pas eu le moindre remord, c’est seulement que pendant ce temps, tu étais un connard, pur et dure. Et il n’y avait pas d’autres explications que celle-ci. Mais il n’en restait pas moins qu’à l’heure actuellement, tu regrettais amèrement. Parce qu’en peu de temps, tu avais décidé de changer radicalement. Tu avais décidé de reprendre ta vie en main, de tenter de réparer les nombreuses erreurs que tu avais bien pu commettre. Évidemment, tu savais pertinemment que ça n’effaçait pas le passé. Que ça ne faisait pas de toi quelqu’un de moins mauvais. Parce que tout ce que tu avais pu faire subir aux autres, ça resterait toujours en toi, une partie de toi. Mais tu avais l’espoir qu’à l’avenir, tu ne referais plus ces mêmes erreurs. Qu’au contraire, tu pourrais réparer ce que tu peu réparer. Mais évidemment, tu savais très bien que ce n’était pas possible pour tout. Et peut-être, même sûrement, il ne te pardonnerait jamais. Et c’est certainement ce que tu méritais. Puis, il tente de te contourner. En te disant que de toute manière, tu ne dois même pas t’en rappeler. Mais ce n’est pas vrai. Alors, tu te tournes à ton tour, tu lui emboites le pas. Et si en général, tu aurais certainement posé une main sur son épaule pour qu’il cesse de te faire dos, cette fois, tu n’osais pas. « Détrompe-toi. » Que tu commences. Tu y vas assez fort, tu en as pleinement conscience. Mais maintenant, tu assumes pleinement tes erreurs, et tu as décidé de ne plus t’en cacher. D’y faire face, d’assumer. Aussi difficile que ça puisse être de le faire. « Je me souviens très bien. » Soupire qui franchit la barrière de tes lèvres. Et le pire, c’est que tu te souviens certainement trop bien. Et oui, au final, ça te ronge un peu de l’intérieur tout ça. « De toi, et de ce qu’on a bien pu te faire subir. » Et depuis quelques mois, il n’était pas passé un jour sans que tu n’y penses. Sans que tu ne laisses ces souvenirs t’atteindre. « Et t’as raison, j’ai dix ans de retard. Et j’crois qu’à la base, ça n’aurait jamais dû se produire. » T’hausses les épaules, parce qu’il n’y a certainement rien d’autres à rajouter. Mais à cette époque, tu étais con, tu te croyais mieux que les autres, tu te croyais tout permis. Et malheureusement, y’avait personne pour te remettre à ta place. Alors t’avais simplement continué à être un connard. « Mais je suis quand même désolé. » Oui, tu l’étais, vraiment. Comme tu étais parfaitement conscience que ces excuses n’effaçaient en rien les atrocités du passé, les marques que ça avait bien pu laisser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



le cœur d’artichaut

pseudo : alecs.
in town since : 06/03/2018
posts : 39
faceclaim, @ : cameron dallas. (av.) amor fati.
multiface : none.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   Mar 10 Avr - 21:47


painful past



Et le son de sa voix qui résonne dans ta tête, et ses mots qu'il prononce d'un ton sec tel un geste qui t'arrête net dans ta lancée. Tu lui tournes toujours le dos, mais tu t'es arrêté, tu n'arrives même plus à avancer tandis que tu t'apprêtais pourtant à aller payer. Vous êtes seuls dans la jolie petite boutique, le vendeur semble bien trop occupé à pianoter sur le clavier de son téléphone, et ne semble porter aucune sorte d'attention à cette situation. L'espace d'un enfant, t'es redevenu louis, cet enfant apeuré, effrayé. Et ce frisson qui parcours ta peau quand il prétends s'en souvenir, l'air de rien. Toi, tu ne peux pas parler d'un souvenir. On parle d'un souvenir, lorsqu'on évoque une semaine de vacances à la mer, lorsqu'on se remémore un anniversaire, ou bien encore le fait d'avoir assisté à un match de foot légendaire. Tout ça, ce sont des souvenirs. Mais ce que tu as vécus louis, cet instant du passé que tu as partagé avec cet homme qui se tient si droit, derrière toi. Ce n'est pas un souvenir, c'est un cauchemar. Une obsession, une torture physique dont tu subis encore aujourd'hui par dix fois les conséquences psychologiques.

Tu sens, dû moins tu penses ressentir une once de regret, de culpabilité peut-être, dans sa voix. T'aurais dû te contenter de ça, de sourire en levant les épaules l'air las. En articulant un simple : oh tu sais, il y a pas de mal, maintenant c'est du passé. mais non, tu peux tout simplement pas t'y résigner. Et ce simple verbe, qu'il a probablement juste mal employé, résonne à tes oreilles comme l'insulte de trop, celle que tu ne peux pas accepter.

" tu te moques de moi.. " que tu articules doucement, tout en serrant les dents avant de te retourner pour lui faire face. " tu crois que ça n'aurait jamais dû se produire ? Il t'a fallu dix ans pour te dire que vous avez peut-être eu tord de me faire ce que vous m'avez fait ? " les larmes montent louis, tu trembles toujours, de peur et de colère. Un joli mélange des deux que tu ne saurais lequel prend le dessus sur l'autre. " Tu n'as aucune idée de ce que j'ai ressentis, et ce que je ressens encore depuis. " Attention petit, une larme dévale ta joue, d'un revers tu l'efface proprement, tentant d'effacer toute trace de cette vulnérabilité. Ses pseudos excuses n'ont aucune valeur à tes yeux, tu ne les entends même pas. désolé. c'est ce qu'on dit lorsqu'on heurte quelqu'un accidentellement, lorsqu'on a cinq minutes de retard à un rendez-vous, ou bien encore lorsqu'on tend au boulanger un gros billet sous prétexte de ne pas avoir de monnaie. désolé, ce n'est pas ce que l'on dit lorsque par notre faute une si belle âme que la tienne louis, se retrouve brisée pour des dizaines d'années. " J'espère au moins que cette grande fierté que toi et tes potes avez ressentis, n'a pas été éphémère. Parce que je l'ai payé suffisamment cher. " un sanglot dans ta voix, t'empêche de continuer. Tu te racles la gorge, t'essaies de ne rien laisser fuiter de ta fragilité pourtant si évidente.

_________________
mais surtout il avait l'air doux, bienveillant et serein comme si il avait pas renoncé à rien, comme si il avait jamais douté de la beauté du monde ni de celles des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 387
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   Dim 15 Avr - 17:31

y’a toute ces émotions qui te percutent. celles dont tu n’es même pas certain de comprendre toute la profondeur même. parce qu’il est vrai que cette rencontre avec le jeune homme, ça te fait replonger dans tous tes mauvais souvenirs. ceux que tu aurais bien préféré qu’ils restent terré. mais à quelque part oui, tu te doutais très bien que ça finirait par arriver. et c’est pour ça que tu avais voulu repartir à l’instant où tu étais revenu. mais tu n’étais pas seul à prendre cette décision, et tu ne pouvais pas lui imposer une seconde fois de te suivre. cette fois, c’était à toi de faire ce compromis. quitte à affronter ce genre de situation plus d’une fois.
et t’y a cru. au fait qu’il ne se retournerait probablement pas. au fait qu’il reprendrait sa route. après tout, pourquoi continuerait-il à se torturer de la sorte, hein ? parce que tu avais bien compris, par ses réactions, par sa manière d’agir qu’il n’était pas complètement indifférent à ta présence. que lui aussi se souvenait, que pour lui aussi c’est difficile. pourtant, voilà qui se retourne vers toi. voilà qu’il ose enfin te répondre. te remettre à ta place. tu ne sais pas vraiment si ça lui fait du bien de le faire, du bien de te répondre de la sorte. tu l’espère à quelque part, parce que peut-être que ça te permettrait de t’alléger la conscience. « j’ai été con. » tu le savais que trop bien aujourd’hui. tu savais pertinemment que tu avais commis de nombreuses erreurs et ce que tu lui avais fait subir était l’une d’elle. « t’en as bavé, par ma faute. » tu prends une grande inspiration. parce que t’essaie de te convaincre que tu n’es plus ce mec. que maintenant, jamais tu ne ferais une telle chose. « et je sais bien que ce que j’ai fait, c’est impardonnable. » parce que d’un autre côté, toi tu ne penses pas pouvoir un jour te le pardonner. te pardonner d’avoir été ce montre, te pardonner de lui avoir fait du mal alors que c’était toi qui était blessé. parce que tu réalises que tu es devenu comme cet homme qui t’a toujours terrifié. t’es devenu une ordure comme ton père, alors que tu t’étais juré de ne jamais lui ressembler. seulement, il était trop tard maintenant. c’était fait. « mais ça change rien au fait que oui je regrette. » t’as pas les excuses facile, c’est bien vrai. mais dans ce cas bien précis, tu serais probablement prêt à lui dire cent fois que tu es désolé. et ce ne serait probablement même pas encore assez. « que oui, je sais que ça n’aurait jamais dû arriver. » tu reviens sur ce qui as été dit plutôt. parce que tu veux bien lui donner raison, tu t’es assez mal exprimé. et c’est pas ce que t’avais voulu dire. que c’était pas seulement peut-être que ça n’aurait pas dû arriver. que c’était une affirmation. « et que clairement, si c’était à refaire, je ferais tout différemment. » impossible pourtant de revenir dans le passé. tu n’avais donc pas d’autre chose que d’assumer les erreurs que tu avais commises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



le cœur d’artichaut

pseudo : alecs.
in town since : 06/03/2018
posts : 39
faceclaim, @ : cameron dallas. (av.) amor fati.
multiface : none.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   Mer 9 Mai - 7:36


painful past



Tu sais pas trop ce que tu es entrain de faire loulou, ni où cette retrouvaille va te mener. T'es planté là, face à cet ancien bourreau et tu te surprends à presque avoir espéré qu'il te tienne tête, qu'il se comporte comme le connard qu'il a été autrefois. Pourtant rien, rien d'autres que des excuses ne peuvent sortir de sa bouche. J'ai été con ? Ce sont ses mots. Des mots auxquels tu ne sais quoi répondre. Tu t'aperçois rapidement qu'il s'agissait à ses yeux d'une erreur de jeunesse, d'une connerie comme on en fait tant lorsque l'on est adolescent. Alors tu culpabilises presque, tu te dis que tu ne dois vraiment pas être très net pour en être sorti avec tant de séquelles toujours bien présents dans ta vie d'aujourd'hui, et ce depuis dix ans maintenant. Pauvre louis, t'es ridicule. Tu ferais bien de commencer par te soigner avant d'espérer réussir dans tes études en psychologie. " tant mieux, car je serai incapable de te le pardonner.. " que tu réponds simplement, sans aucune provocation, ni aucune envie de l'enfoncer d'avantage dans sa culpabilité. Non, tu le préviens simplement d'une voix fatiguée, presque résigné. Comme si t'aurais bien aimé lui pardonner, comme si tu ne demandais que ça, de passer au-dessus de ce moment de ton passé pour avancer enfin dans ta vie, pour toi ; mais que tu n'y parvenais tout simplement pas. Et lorsqu'il se corrige, qu'il t'affirme regretter cette erreur passée. Tu ne sais quoi répondre, un simple " .. Merci. " franchit alors tes lèvres moins tremblantes tandis que tu as repris de l'aplomb. Tout ton corps même, semble avoir compris qu'il n'était plus en danger. Tes muscles s'apaisent les uns après les autres, ton cœur retrouve un rythme presque normal. Tu prends le temps de l'observer, bordel loulou, tu commences seulement à voir par delà ta rancœur, et ce que tu vois c'est un mec qui semble vraiment regretter ses actions passées. Et peut-être que le pardon, c'est ce qu'il te manque pour pouvoir avancer. Mais tu ne peux pas, tu en es incapable, tu t'en rends compte maintenant, tu as battis ta vie sur cette rancœur, autour de cette douleur. Tu ne vivais que pour la garder caché, au fond de ton joli petit cœur, gamin. Quoi qu'il puisse t'en coûter, tout ce que tu voulais, c'était la dissimuler. Tu restes silencieux, longuement. Puis tu reprends avec cette simple question : " Pourquoi ? " tu te rends compte que tu ne le sais toujours pas. Tu ne peux peut-être pas lui offrir ton pardon, mais ce que tu peux faire en revanche, c'est peut-être, éventuellement, tenter un peu de compréhension. Il dit que si c'était à refaire, il ferait les choses différemment, mais il ferait quoi, précisément ? Et avant de penser à faire différemment, qu'est-ce qui l'a poussé à agir comme il l'a fait ?  " Qu'est-ce que vous aviez à y gagner ? Qu'est-ce que ça a bien pu vous apporter.. ? "

_________________
mais surtout il avait l'air doux, bienveillant et serein comme si il avait pas renoncé à rien, comme si il avait jamais douté de la beauté du monde ni de celles des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 387
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   Dim 13 Mai - 14:37

question qui résonne contre tes tympans, qui te perturbe même. pourtant, question tout à fait légitime. parce qu’il voulait savoir pourquoi. pourquoi vous aviez fait ce que vous avez fait. et il faut bien le dire, tu la redoutais cette question. ou plutôt, tu redoutais qu’il exige des explications plus claires que ce que tu comptais lui donner. parce qu’autrement, tu n’aurais d’autre choix que d’ouvrir cette fenêtre de ton passé. ce que tu peinais à parler d’aller. « je peux pas parler pour les autres, seulement pour moi. » que tu annonces. parce que tu te doutais que les motivations des autres n’étaient pas les même que toi. soupir qui franchit la barrière de tes lippes. avant que ton regard ne se perde tout autour de toi. parce que oui, tu as beaucoup de mal à soutenir son regard. surtout sachant tout le mal que tu lui as fait. « et franchement, la seule réponse que je peux te donner, c’est que ça me donnait un semblant de confiance que je n’avais pas à l’époque. » confiance oui minée, tu t’en étais pris au plus faible pour te remonter. ce qui était complètement stupide, tu ne pouvais que l’affirmer. enfin, tu savais maintenant, que cette colère qui t’habitait, que ce manque de confiance, tu avais réussi à gérer tout ça par le sport, ton sport. mais à l’époque, tu n’en savais rien. alors tu cherchais à te trouver dans tes conneries. et ça, c’était particulièrement con. encore une fois. « écoute, j’t’épargne les détails de ma vie, parce qu’au final, tu t’en fiches bien. » tu déduis. pourtant, ce que tu ne dis pas que tu n’as pas envie d’en parler toi non plus. que c’est d’ailleurs un peu trop difficile de le faire. et à quelque part, tu en viens à espérer qu’il n’insistera pas. parce que tu n’es même pas certain que tu parviendra à lui fournir une réponse qui aie du sens. « parce que peu importe ce qui m’a poussé à le faire, j’avais tort. » parce que tu penses que c’est ça l’essentiel. d’admettre tes torts. et peu importe ce que tu avais vécu, ça ne te donnait pas le droit de lui faire subir ce que tu lui as fait subir. donc tu restes vague tout simplement, intentionnellement. parce que clairement, tu n’as pas envie d’exposer tout ton passé. parce qu’il faut dire que c’est douloureux pour toi aussi. et pour tout dire, tu es très bien placé pour comprendre ce qu’il a vécu, ce qu’il peut ressentir à cet instant précis. car tu as vécu la même chose que lui. et en plus de devoir vivre avec ça, tu dois aussi vivre avec le fait que tu as infligé ta propre douleur à quelqu’un d’autre. à quelque qui ne méritait certainement pas ça. et à vrai dire, toi aussi, tu ne pensais pas être en mesure de pouvoir te le pardonner un jour. parce que tu avais beau tenté d’aller de l’avant, ça, ça ferait toujours parti de toi. peu importe que tu le veuilles ou non.

_________________


you are everything i have ever wanted and more. imagine how much my heart beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: painful past (rafael)   

Revenir en haut Aller en bas
 
painful past (rafael)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ♥ - Forget Your Past
» in this bright future you can't forget your past. ▲ (08/02 - 14:50)
» Rafael Delgado a un accident de voiture [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: west mill valley-
Sauter vers: