AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

VOTRE AVIS NOUS INTÉRESSE, DONC RENDEZ-VOUS ICI
ON A BESOIN DE VOUS



Partagez | 
 

 (bane) would you be my hero again ?

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



♛ celle qu'on appelle papa

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 27/10/2017
posts : 3119
faceclaim, @ : bennet, @(av.) moonic, (sign.) anesidora, (gifs) tumblr et perséides.
multiface : micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: (bane) would you be my hero again ?   Lun 9 Avr - 11:35


icons by solsken



je savais qu'c'était pas une bonne idée. putain mais pourquoi tu veux pas comprendre qu'ça sert à rien ces rendez-vous. j'suis pas sa fille, j'suis rien d'autre qu'une pauvre ratée. alors t'es gentille, mais la prochaine fois, tu m'oublies, c'est clair ?! t'attends même pas la réponse. question plus rhétorique qu'autre chose pour être honnête. poupée qui claque la portière de la voiture et n'adresse même pas un regard à la femme qui a tenté d'te retenir. ta mère. clé dans l'contact, tu la tournes et ton carrosse démarre. ceinture bouclée, tu desserres le frein à main et appuies sur l'accélérateur. t'auras même pas tourné la tête en sa direction. ta génitrice. tu sais pas pourquoi t'as voulu lui accorder un peu d'crédit aujourd'hui. p'tre bien parce que ça fait longtemps qu'elle a cessé d'exister à tes yeux d'gamine intransigeante. ou alors t'as voulu voir si les choses pouvaient encore changer. si les mentalités pouvaient avoir évoluées. échec cuisant auquel tu viens d'assister, de participer même. déjà que ça t'faisait chier d'manger avec ta mère ce midi, il a en plus fallut que tu te tapes la visite dans les bureaux d'ton père. étape que ta génitrice a jugé primordiale. que des conneries tout ça. tu sais même pas pourquoi t'as courbé l'échine, pourquoi tu t'es laissée embarquer dans cette galère sans même y voir le danger. un élan d'bonté, un élan d'espoir. allez donc savoir. t'en avais parlé avec declan pourtant. il t'avait dit qu'tu devrais pas, qu'ça allait t'briser un peu plus. t'avais juste haussé les épaules. tu t'étais dit qu'tu pourrais supporter. le supporter. de toute évidence, c'est raté. la violence de son indifférence. les remarques sur tes ongles trop courts et portant encore quelques traces de cambouis. ton boulot qu'est pas respectable. et qu't'es pas capable de t'trouver un mari. t'es pas digne du nom d'famille que tu portes. t'as pas non plus l'air d'être digne ne serait-ce que d'un regard, un vrai. t'es restée muette tout du long. il valait mieux. jusqu'à ce qu'il te parle du plus jeune de tes frères. l'fait qu'il aime les hommes, ça dérange fortement l'paternel. il t'a demandé d'faire quelque chose, de lui faire changer d'avis. t'as vu rouge. rage trop longtemps contenue, t'as explosé. mutinerie en plein cabinet d'avocats. décor parfait, auditoire attentif. t'as fini par partir en claquant les portes, ta mère qui essayait d'te rattraper. il aura probablement dû dire que t'étais complètement cinglée, maladie mentale ou bipolarité. t'façon, t'as jamais été rien d'autre que l'mouton noir, celle qu'est pas à sa place. jamais aucune considération. t'façon, à partir du moment où t'as un vagin, y a pas vraiment d'respect à attendre d'la part de monsieur bane. y a tout qui t'revient en pleine tronche alors que tu files à toute allure en sortant de san francisco. trop d'pensées négatives s'bousculent dans ta caboche, princesse. alors t'as mis la musique à fond les ballons. tu t'es mise à chanter à tue-tête. pas très juste mais on peut au moins reconnaître que tu t'en sors pas trop mal par moment. besoin d'te vider la tête, jolie poupée. t'as pas pris l'chemin le plus direct pour rentrer. des tours et des détours. tu t'es dit qu'ce serait une bonne idée avant d'retrouver ton aîné. d'avoir les nerfs moins à vif, moins en pelote. comme l'impression que t'as pas pris assez le temps, qu't'aurais dû te barrer sur la côte et ne revenir que quand tu serais calmée. ou alors quand tu serais certaine qu'il dort à point fermé. quoi qu'ça, c'est pas vraiment envisageable parce que tu sais qu'il a du mal à dormir quand t'es pas là, quand il ne sait pas où t'es et qu'tu donnes pas de nouvelles. tu t'gares finalement devant ton bâtiment. ton téléphone t'annonce des tonnes d'appels manqués de ta génitrice, des messages de tes potes. sourire en coin lorsque le prénom de nicki s'fait une place sur ton écran. trois appels manqués de ton aîné. et merde. la nuit est tombée, t'as pas donné signe de vie depuis ce midi. il serait capable d'appeler les flics ce con. soupir d'encouragement, tu descends de ta voiture et t'apprêtes à gravir les marches qui te séparent de ta bulle de confort. tu passes l'étage de tes cadets avec l'envie de t'arrêter qui t'frappe derrière la nuque. tu l'feras demain, sans faute. un étage de plus, ta clé qui tourne dans la serrure, porte ouverte. tu t'engouffres dans l'appartement, referme la porte et t'y adosses comme si tu venais d'y déposer le poids du monde. y a pas mort d'hommes, j'suis là. que tu lances à l'attention de ton frère, avant qu'il ne prenne la décision de t'casser la tête avec ses phrases à la con de grand-frère. et oui t'avais raison, j'aurais pas dû y aller. que tu poursuis, retirant tes chaussures et ton manteau avant de te diriger vers la cuisine. t'as clairement besoin d'un café. et non, j'ai pas envie d'en parler. absurdité de plus parce que tu finiras par te confier. juste, pas maintenant. et tu redoutes le moment où ce grand con va jubiler, se foutre de ta gueule, te taquiner parce que t'aurais dû l'écouter, parce qu'il te l'avait dit. et toi, tu voudras pas l'entendre, parce que c'est clairement pas le moment de t'enfoncer. pas maintenant, pas après tout ce que t'as pris dans la gueule dans le courant de l'après-midi. café en main, t'as plus qu'à aller t'échouer sur le canapé, attendant ta sentence avec autant d'appréhension que de détachement.

_________________
† even if i had a heart of a stone, you could make it bleed all on your own, you could break it but i hope you won't. i’d rather crash, i’d rather crawl than never have your love at all. with only bricks to break my fall, for you i’d risk it all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



le toubib pour caniches

pseudo : EXORDIUM.
in town since : 03/04/2018
posts : 108
faceclaim, @ : Robbie Amell, @(vava)EXORDIUM. @(signa)SIAL., @(gifs)Tumblr
multiface : L'amnésique solitaire, Alec.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Jeu 12 Avr - 15:12

T’aurais dû sortir ce soir. T’avais prévu d’aller boire un coup et d’aller draguer un peu, histoire de nourri cet égo qui avait faim. Et puis ta soeur t’avait dit qu’elle avait rendez-vous avec sa mère - elle t’avait soutenu que tout irait bien et, malgré tes protestations, elle avait décidé d’y aller quand même. Du coup, t’avais annulé tes plans pour ce soir, parce que tu savais pertinemment qu’elle allait rentrer plus tôt et qu’elle allait être déçue, une fois de plus. Toi, yavait longtemps que t’avais jeté l’éponge pour tout ce qui concernait tes géniteurs. Yavait longtemps que t’avais compris que ton père serait toujours ce macho qui te faisait rouler des yeux jusqu’à l’arrière de ton crâne à chacune de ses paroles. Yavait longtemps que t’avais compris que ta mère n’arrêterait pas de s’effacer, de laisser faire. Ca t’avait rendu dingue pendant ton enfance, mais à force, on finissait toujours par vivre avec les choses. Une chose seulement parvenait encore à te faire sortir de tes gonds - la non reconnaissance de tes géniteurs envers tes frères et soeurs. Et cette non reconnaissance était encore pire lorsqu’elle touchait ta soeur. Parce que t’en étais fier, de ta soeur. C’était une putain de mécano, ta soeur. Le fait qu’ils ne le voient pas ou qu’ils s’en foutent te rendais tout bonnement hors de toi.

T’aimais pas quand elle sortait aussi tard, Plùm. En grand frère protecteur, t’avais toujours l’impression qu’un truc allait lui arriver. Ca te rendait malade parfois, de te monter la tête comme ça mais ton cerveau partait souvent dans des scénarios tout bonnement impossibles. Alors t’as allumé la musique et t’as commencé à te faire à bouffer. Stresser, ça te donne faim, à toi - alors t’as commencé à cuire des pâtes et faire de la sauce carbonara, parce que c’est sans doute les deux seules choses que t’es capable de faire sans cramer l’immeuble entier et t’as attendu patiemment que ta soeur rentre. T’avais presque fini ton assiette quand la porte s’ouvrit sur elle tandis qu’elle déblatèrait plusieurs phrases dans ta direction. Tu peux pas t’empêcher de sourire doucement, parce qu’elle a raison, parce qu’elle a faillit se prendre des remarques saignantes. Mais d’un autre côté, ce n’est pas ce dont elle a besoin là. Elle a besoin que quelqu’un soit là, au cas où elle veuille parler, au cas où elle ne veuille juste pas être seule.

Tu te lèves et tu vas mettre la vaisselle sale dans l’évier avant de te servir un café à ton tour et de la suivre dans le salon. Vous vous échouez dans le canapé et tu la regardes en souriant doucement. « Ca va ? » Parce que c’est le plus important - c’est comment elle se sent. Les reproches, ce sera pour plus tard. Tu la connais par coeur, elle doit déjà s’en faire intérieurement. Elle a pas besoin de toi pour ça.

_________________
Beauty has so many forms, and I think the most beautiful thing is confidence and loving yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'on appelle papa

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 27/10/2017
posts : 3119
faceclaim, @ : bennet, @(av.) moonic, (sign.) anesidora, (gifs) tumblr et perséides.
multiface : micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Dim 15 Avr - 17:17


icons by solsken



t'as voulu y croire princesse. c'est con pourtant, parce que tu savais, qu'une fois d'plus, t'allais tomber de haut. et t'essaies encore, toujours. comme si ça t'suffisait pas, comme si t'avais toujours pas compris ou alors comme si c'était pour être bien sûre que tes craintes étaient fondées. c'est pourtant toi qui a initié le mouvement, à la maison. c'est parce que tu passais ton temps à tout envoyer valser qu'les autres ont suivi. si t'avais pas ouvert ta gueule, p'tre bien que les garçons seraient tous les trois sous la coupe de ton paternel. l'idée même te rebute et tu préfères cent fois l'écarter d'ta mémoire. parce qu'au fond, t'es pas vraiment à plaindre. t'es frangins, ils sont toujours près d'toi, quoi qu'il arrive. tu regrettes souvent de leur avoir montré l'chemin à suivre. parce que tu t'dis que tes cadets auraient pu faire tellement plus. t'es fière d'eux, à ne pas s'y méprendre. c'est juste qu'ils auraient pu devenir si grands qu'tu t'en veux d'les avoir tiré vers le bas. et ça, ton père le sait très bien et il n'a pas hésité une seule seconde à te le balancer dans la gueule. comme si tu ne culpabilisais pas déjà assez comme ça. café en main, tu te laisses tomber sur le canapé, en prenant soin de ne pas renverser la moitié de ta tasse. tu restes silencieuse le temps que ton frère te rejoigne. ça va ? tu ne réponds pas. pas tout de suite. ton regard se perd dans le néant. tu pousses un soupir et tu avales une gorgée de café brûlant. tu t'crames d'ailleurs la langue mais t'es comme anesthésiée. tu patientes de longues secondes avant que l'on puisse entendre un semblant de grognement s'échapper de ta gorge. ça ira. que tu souffles.  c'est pas une réponse valable et pourtant, t'essaies tout de même de prendre sur toi. parce qu'il va t'en mettre plein la gueule, ton aîné. et il aura raison d'ailleurs. mais t'as pas envie d'entendre ses reproches, t'as pas envie d'entendre tout ce qu'il a à te dire parce que tu pourrais déjà lui chanter la chanson avant même que le premier accord ne soit joué. juste ... j'ai besoin ... et tu ne dis rien de plus avant de te blottir dans ses bras. pas besoin de demander la permission, tu l'as jamais fait, c'est pas maintenant que tu vas t'y mettre. ta tasse toujours dans tes mains cependant, tu laisses tes prunelles noisettes se noyer dans le liquide noir. retour au stade de la gamine déçue, une fois de plus, par des géniteurs qui ne la considèrent pas et qui ne le feront vraisemblablement jamais.

_________________
† even if i had a heart of a stone, you could make it bleed all on your own, you could break it but i hope you won't. i’d rather crash, i’d rather crawl than never have your love at all. with only bricks to break my fall, for you i’d risk it all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



le toubib pour caniches

pseudo : EXORDIUM.
in town since : 03/04/2018
posts : 108
faceclaim, @ : Robbie Amell, @(vava)EXORDIUM. @(signa)SIAL., @(gifs)Tumblr
multiface : L'amnésique solitaire, Alec.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Mer 18 Avr - 18:07

Tu retiens ton envie de lui dire qu’elle aurait jamais dû y aller - que tu lui avais dit qu’elle allait être déçue. Elle a pas besoin d’entendre ça là, tout de suite. Alors tu te mords la langue pour la fermer, pour éviter de dire ce qui menace de sortir de ta bouche. Pis tu la vois assise, répondre du bout des lèvres et t’oublie les fameux reproches, t’oublies que tu l’avais mise en garde. Ya qu’elle qu’est importante. Ya que le fait qu’elle soit là, devant toi, et qu’elle ne soit pas bien qui est important. Tu prends une gorgée de ton café et t’allais lui demandé si elle avait besoin de quelque chose quand elle vient se blottir contre toi. Tu ne dis rien, tu souris juste doucement et tu viens l’entourer de ton bras libre afin de la serrer contre toi. Et tu dis rien, tu restes silencieux et tu te contentes de lui montrer que tu es là, que tu le seras toujours. Parce que ta mère a tord, ton père aussi d’ailleurs. Ils ne savent pas ce qu’ils loupent. Parce que ta soeur, t’en est fier. Ta soeur, elle gère la fougère. D’ailleurs, ça te fout en rogne qu’ils ne le voient pas. « Ils savent pas ce qu’ils loupent. » Tu dis doucement tout en baissant les yeux vers elle avec un sourire. « Ils connaîtront jamais les câlins tout doux de Plùm. » T’es un peu maladroit pour la réconforter - tu l’as toujours été - mais tu essaies. Parce que t’aimes pas la voir comme ça et parce que tu comprends pas tes géniteurs, que tu ne les as jamais compris. Et puis, les câlins de Plùm, tu en profites un maximum. Ils sont tout doux, comme tu le dis. Ils font du bien.

Mais tu ne peux t’empêcher de te dire silencieusement que si elle t’avait écouté, elle ne serait pas cet état. Elle aurait passé une bonne soirée. Pourtant, tu ne peux pas non plus lui en vouloir d’avoir de l’espoir, d’espérer que les mentalités de vos géniteurs changent. Toi, t’as perdu la foi depuis le temps - pas elle. Et tu peux pas lui dire qu’elle a tort d’espérer, parce que c’est beau l’espoir, même si ça lui fait mal.

_________________
Beauty has so many forms, and I think the most beautiful thing is confidence and loving yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'on appelle papa

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 27/10/2017
posts : 3119
faceclaim, @ : bennet, @(av.) moonic, (sign.) anesidora, (gifs) tumblr et perséides.
multiface : micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Sam 21 Avr - 12:27


icons by solsken



tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même, faut bien être réaliste. il t'avait pourtant dit de ne pas y aller. et toi, comme d'habitude, t'en as fait qu'à ta tête. comme une envie de lui prouver que, pour une fois, c'était lui qui pouvait s'planter. cela dit, on ne refait pas les gens façonnés à être aussi cons depuis tant d'années. poupée blottie dans les bras d'son frère. parce que t'es pas du genre câline mais que ça fait un bien fou de temps en temps. et puis, les bras de declan sont les premiers dans lesquels tu t'es réfugiée quand t'étais gamine et qu'tu faisais des cauchemars, quand tu t'cassais la gueule, quand t'étais contrariée. toujours fourrée dans ses pattes l'enfant terrible. tu pouvais pas aller te cacher dans les jupons de ta mère, elle n'aurait pas compris. tu pouvais encore moins aller t'planquer dans le bureau de ton père, t'aurais pris une raclée. t'es pas tombée dans la bonne famille, c'est p'tre bien ça ton problème. tu ne t'es jamais vraiment sentie à ta place. sauf avec tes frères. y avait pas d'amour parental. entre une mère légume, pas capable de penser par elle-même et effacée, et un père autoritaire, voire même violent. t'as pas eu l'affection qu'tu désirais à l'époque. c'est p'tre bien pour ça que t'es si inaccessible aujourd'hui. tes pensées se mêlent et s'entremêlent, ça devient n'importe quoi dans ta boite crânienne, faut qu'tu penses à autre chose. ils savent pas ce qu’ils loupent. ils ne s'y sont jamais intéressé non plus en même temps. ils connaîtront jamais les câlins tout doux de plùm. fin sourire qui étire tes lippes avant que tu ne prennes la décision de te redresser. en même temps, y a qu'toi qui les connait alors comme ça ... que tu souffles, retenant un léger rire, marque de moquerie évidente. poupée un brin menteuse sur les bords cela dit parce qu'il n'est pas le seul à profiter de tes étreintes. t'avales une gorgée de café et tu t'laisses aller contre le dossier du canapé. c'que j'arrive pas à comprendre, c'est pourquoi elle insiste à chaque fois pour que j'lui parle. parce que ta mère a beau être une plante verte sans grand intérêt, elle est quand même pas idiote au point de croire que ton géniteur t'a un jour aimé, si ? à moins qu'elle prenne son pied quand il passe ses nerfs sur ma gueule ... et dans c'cas là, maman est bien plus bizarre que tout c'que j'ai pu imaginer jusque là. tu grimaces rien qu'à l'idée que cette possibilité soit la bonne. si ça s'trouve, c'est pour ça qu'elle n'a jamais rien dit quand on était p'tits. vision d'horreur, tous aux abris. merde alors ... j'crois que j'ai trouvé pourquoi mes parents sont si glauques. et t'en aurais même presque la nausée. panique à bord. t'as p'tre pas trouvé le pot-aux-roses, faut pas déconner non plus mais alors ça, tu ne l'avais encore jamais envisagé sous cet angle-là.

_________________
† even if i had a heart of a stone, you could make it bleed all on your own, you could break it but i hope you won't. i’d rather crash, i’d rather crawl than never have your love at all. with only bricks to break my fall, for you i’d risk it all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



le toubib pour caniches

pseudo : EXORDIUM.
in town since : 03/04/2018
posts : 108
faceclaim, @ : Robbie Amell, @(vava)EXORDIUM. @(signa)SIAL., @(gifs)Tumblr
multiface : L'amnésique solitaire, Alec.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Mer 25 Avr - 13:25

Tu sais bien que t’es pas le seul à les connaître, les câlins de Plùm. T’aime bien le penser, pourtant. Parce que t’as du mal à imaginer qu’un mec la serre contre lui comme ça. C’est ton côté un peu possessif, parce que tu flippes pour elle, parce que t’as envie de la protéger à tout prix. T’as conscience que c’est parfois trop, que tu pourrais l’étouffer - mais tu apprends, peu à peu, à ne pas paniquer. Tu veux qu’elle soit heureuse même quand t’es pas là et pour ça tu dois la laisser respirer. « Je me sens privilégié, c’est chouette. » Tu souris du coin de tes lèvres et tu bombes le torse dans une position emplie de fausse fierté exagéré. T’es fier, d’un côté, d’être parmi les seuls dans l’estime de ta soeur. Parce que d’après ce que tu sais, elle juge plutôt bien les personnalités. Ca doit vouloir dire que t’es pas trop mal, comme mec. Et d’un autre, t’es fier d’avoir ce genre de relation avec ta famille - parce que bordel ce que c’était pas gagné avec vos parents. Vous étiez fait pour ne pas savoir aimer, ne pas savoir aider ou comprendre - mais vous avez dévié de ça. Vous aviez appris à en avoir quelque chose à foutre, à tenir à sa famille. Bordel ce que t’en es fier. « J’pense qu’elle sait pas comment passer du temps avec toi, seule. Elle doit se dire que si tu lui parles, tu reviens chez eux et elle pourra passer du temps avec toi. » T’es pas tellement convaincu, mais ça pourrait marcher comme explication. T’es pas psychologue non plus alors, tu ne peux pas en être sûr. Ca expliquerait plusieurs choses, pourtant. « Arrête, si elle aimait ça, elle ne s’effacerait pas, elle regarderait et se rapprocherait du spectacle. » T’imagines la scène et là, tu te donnes toi aussi l’envie de vomir. T’oses même pas imaginer ce qu’aurait été votre vie si votre mère avait été aussi sadique. Vous ne seriez peut-être pas là aujourd’hui. Le fait de le réaliser était d’ailleurs vachement flippant. « Elle était juste… là. » Un peu comme un meuble, en fait

_________________
Beauty has so many forms, and I think the most beautiful thing is confidence and loving yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'on appelle papa

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 27/10/2017
posts : 3119
faceclaim, @ : bennet, @(av.) moonic, (sign.) anesidora, (gifs) tumblr et perséides.
multiface : micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Jeu 26 Avr - 1:03


icons by solsken



ça t'fait du bien de te poser juste quelques instants, de te réfugier dans ses bras, comme t'as pu le faire si souvent quand t'étais gamine. je me sens privilégié, c’est chouette. un léger rire t'échappe. tu seras toujours privilégié. que tu souffles, tes joues rougissent sous le poids de tes mots. poupée pas souvent capable de dire ce qu'elle pense vraiment, du moins pour le déballage de sentiments. p'tre bien que ta journée t'a tellement épuisée que t'es plus facile d'accès. et puis, declan aura toujours cette place si particulière dans ton cœur. trop d'hommes dans ta vie et pourtant tous trouvent un point d'ancrage particulier autour de ton palpitant bien gardé. une fois que tu t'es replacée confortablement dans le canapé et bu une précieuse gorgée de ton café, tu déblatères sur le comportement de ta génitrice. ce besoin constant de vouloir que tu passes du temps avec ton paternel. ça n'a aucun sens et la seule explication que tu trouves est tirée par les cheveux. cela dit, ça expliquerait bien des choses. j’pense qu’elle sait pas comment passer du temps avec toi, seule. elle doit se dire que si tu lui parles, tu reviens chez eux et elle pourra passer du temps avec toi. tu ne peux pas te retenir d'éclater d'rire. pour toi, cette option n'est pas envisageable, mais genre, vraiment pas. attends, tu crois pas qu'elle a eu tout l'temps de le faire quand on était p'tits ? parce qu'à l'époque, papa était souvent enfermé dans son bureau quand il ne passait pas son temps à vous dire comment bien se comporter en société. pardon mais ça, c'est pas cohérent. à moins qu'elle se soit rendue compte qu'elle a été merdique comme mère mais j'en doute. princesse de mauvaise fois. t'es persuadée que les gens ne peuvent pas changer et ta mère ne fait pas exception à la règle. si ça se trouve, t'as donné la bonne réponse et tu l'vois même pas. tu ne veux pas envisager que cette solution soit possible pour la simple et bonne raison que ça pourrait remettre en cause toute la rancœur que tu engranges depuis toutes ces années. arrête, si elle aimait ça, elle ne s’effacerait pas, elle regarderait et se rapprocherait du spectacle. un frisson parcourt ton corps tout entier. elle était juste … là. il marque un point. tu hausses d'ailleurs les épaules, moue déformant ton visage un instant. p'tre bien ouais ... que tu soupires avant d'avaler une nouvelle gorgée de café. putain, c'est con, ça avait bien commencé pourtant ... parce que c'est toujours comme ça. un restaurant, une discussion surfaite mais agréable. et puis après, ça part en vrille. toujours. ce connard m'a demandé de l'faire changer d'avis putain ! comme si l'fait d'aimer les mecs était une tare ! c'est ça qui t'as le plus mise hors de toi. parce que le p'tit dernier d'la fratrie n'a jamais touché une fille et qu'il ne le fera probablement jamais. parce que pour monsieur bane, ça fait tâche dans l'décor et qu'il faut que ça change. qu'il aille se pendre avec ses cravates hors de prix ouais. qu'tu craches avant de t'lever brusquement, tasse déposée sur la table basse, pour aller chercher ton paquet de clopes, lâchement abandonné sur la table de la cuisine. sérieux d, comment on peut être aussi con franchement ? qu'tu grognes en te laissant de nouveau tomber dans le canapé.

_________________
† even if i had a heart of a stone, you could make it bleed all on your own, you could break it but i hope you won't. i’d rather crash, i’d rather crawl than never have your love at all. with only bricks to break my fall, for you i’d risk it all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



le toubib pour caniches

pseudo : EXORDIUM.
in town since : 03/04/2018
posts : 108
faceclaim, @ : Robbie Amell, @(vava)EXORDIUM. @(signa)SIAL., @(gifs)Tumblr
multiface : L'amnésique solitaire, Alec.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Dim 6 Mai - 18:25

« Tu seras toujours privilégié » Tu peux pas t’empêcher de laisser échapper un petit bruit - l’un de ces petits bruits qui trahit que tu trouves ces paroles bien trop mignonnes. Alors tu souris doucement, touché par ses mots. Tu te sens shamallow un peu, quand elle te dit des choses comme ça. T’as l’impression d’être le mec qui mange un kinder maxi dans la pub et qui s’enfonce dans un nuage tout doux. Alors ouais, tu souris. Tu souris et tu déposes un gros baiser sonore sur la tempe de ta petite soeur. « Bawww t’es trop mimi quand tu dis des trucs comme ça. » T’as pas l’habitude qu’elle parle de ses sentiments aussi ouvertement, surtout quand il s’agit de dire qu’elle aime quelqu’un - qu’elle tient à lui. T’as déjà eu le droit à des je t’aime, bien sûr, et tu lui en as donné en retour - mais tu crois bien que tu ne t’y habitueras jamais et que ça continuera toujours à te toucher autant. Elle aussi, elle est privilégiée d’ailleurs. Parce que tu tiens pas souvent les gens comme ça, dans tes bras. Les seules personnes qui peuvent avoir un rapprochement physique avec toi sont celles que tu mets dans ton lit. L’intimité, tu ne la connais qu’avec tes frères et soeurs, avec ces petits privilégiés que tu aimes de tout ton coeur. « Toi aussi tu le seras toujours, d’ailleurs. »

« attends, tu crois pas qu'elle a eu tout l'temps de le faire quand on était p'tits ? » Elle a pas tord, ta petite soeur. En fait, elle a même carrément raison là dessus. C’était un peu tard pour que ta mère se réveille, pour qu’elle tente quelque chose. Mais d’un autre côté, c’est impossible que le départ de ses enfants, que leur éloignement ne lui ait pas fait ressentir quelque chose. Tu sais juste qu’elle ne le montrera pas, ou qu’elle saura jamais comment le faire. Elle ne peut plus changer sa personnalité à ce stade - le mal est fait. « Ouais t’as raison. J’essaie juste… de trouver une explication rationnelle. J’trouve ça rassurant de trouver des justifications - même si elles collent pas forcément. » Parce que tu joues les forts, tu joues les grands frères protecteurs mais ça te bouffe aussi, toi. Parce que t’aurais aimé être proche de ta mère, et t’aurais aimé que ton père t’aime pour autre chose que tes capacités mentales et physiques. Et pis t’aurais aimé qu’il en demande pas tant à tes frères et encore plus à ta soeur. Toi aussi, t’étais déçu.

« Ce connard m'a demandé de l'faire changer d'avis putain ! Comme si l'fait d'aimer les mecs était une tare ! » Ta mâchoire se crispe. Parce que toi aussi, t’aime les garçons. Parce que t’as jamais compris pourquoi l’homophobie existait. T’as même jamais compris comment on pouvait aimer un sexe plutôt qu’un autre, parce que toi, t’es pansexuel. Tu l’as jamais dit à ton père, d’ailleurs, même si le reste de tes proches le sait. Tu t’en es jamais caché, sauf devant lui. Tu voulais pas empirer la situation. Et le petit dernier, t’avais voulu l’aider à assumer - à assumer en dehors de la famille, mais aussi devant votre paternel. Ce genre de propos te donnait envie de vomir, voire de flanquer un coup de poing dans la tronche de celui qui vous servait de père. « Sérieux d, comment on peut être aussi con franchement ? » Tu connais pas la réponse. Tu te poses la même question. « J’en reviens pas qu’il ait dit une chose pareille. » Que tu souffles, serrant inconsciemment les poings. « Mais je l’emmerde. On va s’aimer plus fort, comme on l’a toujours fait. Plus fort, pour compenser sa connerie et ses croyances dégueulasses. »

_________________
Beauty has so many forms, and I think the most beautiful thing is confidence and loving yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'on appelle papa

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 27/10/2017
posts : 3119
faceclaim, @ : bennet, @(av.) moonic, (sign.) anesidora, (gifs) tumblr et perséides.
multiface : micah et reagan.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   Mar 8 Mai - 22:58


icons by solsken



tu détestes quand il fait ça. ce genre de bisou affreux que seules les grands-mères s'appliquent à faire. ceux qui font du bruit et qui te crispent. bawww t’es trop mimi quand tu dis des trucs comme ça. tu grimaces en t'essuyant la tempe du revers de la main. ouais bah t'y habitues pas trop hein. que tu commentes, poupée redevenue soudainement fermée. chassez le naturel, il revient au galop. le monde entier sait qu't'es pas férue des démonstrations affectives. t'as seulement été affaiblie par ta journée éprouvante, tu ne vois pas d'autre explication plausible à ton soudain élan de tendresse envers ton frère. d'accord, vous êtes proches, parfois trop même. mais jamais vraiment à ce point-là. c'est rare, trop rare probablement même. toi aussi tu le seras toujours, d’ailleurs. tes joues se teintent de rose alors que tu le bouscules légèrement de l'épaule. tu consommes ton café tout en soumettant quelques hypothèses sur ta mère. y rien qui tient vraiment la route dans toute cette histoire. t'arrives pas à te dire que ta mère peut éprouver des regrets par rapport à son attitude passée. tu ne veux pas entendre cette explication pour ne pas avoir de remord à cracher ton venin dès qu'elle a le dos tourné. c'est facile pour toi de haïr. aimer reste bien trop compliqué et tu ne sais d'ailleurs pas si tu en seras un jour capable. et p'tre bien que ça t'effraie plus que tu ne voudrais bien le montrer ou même l'avouer. ouais t’as raison. j’essaie juste … de trouver une explication rationnelle. j’trouve ça rassurant de trouver des justifications - même si elles collent pas forcément. tu soupires. tu ne comprends pas l'entêtement de ton aîné à essayer de trouver des millions d'excuses à ces gens qui vous ont simplement donné la vie. j'vois pas pourquoi tu cherches à te rassurer sérieux ... ça a toujours été la merde et ça le sera toujours. y a rien à expliquer, point. t'es catégorique. tu ne veux rien entendre, comme d'habitude. tu cherches des solutions pourtant mais quand elles ne te plaisent pas, tu te renfrognes, poupée boudeuse. t'avales une nouvelle gorgée de café avant de continuer sur le sujet qui vous met tous en rogne. ton père et son homophobie. pas de chance pour le paternel, y a le p'tit-frère mais il ne sait pas que son aîné est aussi attiré par les garçons. mais pas que. alors quelque part, ça peut rassurer l'vieux. que de la connerie ouais. ton père est un connard et tu ne changeras pas d'avis là-dessus. j’en reviens pas qu’il ait dit une chose pareille. si seulement c'était la première fois. mais non. ça fait déjà un moment que ce petit manège dure. et bizarrement, y a qu'à toi qu'il demande de faire quelque chose. ta proximité maternelle avec le p'tit dernier de la fratrie doit probablement aider. ou alors, c'est encore une fois tout le vice qu'il porte en lui qui montre sa sale gueule. mais je l’emmerde. on va s’aimer plus fort, comme on l’a toujours fait. plus fort, pour compenser sa connerie et ses croyances dégueulasses. tu voudrais bien rire, tu voudrais bien être aussi enthousiaste que ça mais tu ne peux pas. la réalité de la connerie de ton père te glace le sang et tu vois les poings de ton frère si serré qu'ça lui en blanchirait les phalanges. écoute, c'est pas la première fois que j'ai le droit à ce speech ... que tu souffles avant de déposer ta tasse quasiment vide sur la table basse et de glisser l'une de tes mains dans la sienne, celle qu'est plus proche de toi. mais ça va, je gère, j't'assure. tes lippes qui s'étirent en un mince sourire, pas grand chose, juste un petit peu pour effacer tes traits fatigués. j'trouverai un moyen, j'le traînerai dans la boue. j'sais pas comment, mais j'le ferai. parce que c'est pas faute d'essayer, c'est pas faute de faire de la merde pour que son nom de famille soit sali même de tes actions mineures. une accumulation, ça peut toujours faire des dégâts. toi, t'as juste à l'protéger, lui. et te protéger toi, par la même occasion. le reste, j'm'en occupe. peut-être un peu trop optimiste pour que ce soir crédible. pourtant, t'as envie d'y croire, ce serait beau même. pour une fois, ça changerait. malheureusement, tes chances de réussite sont minces parce qu'il est puissant le paternel et c'est p'tre bien ça qui te fait le plus chier dans toute cette affaire.

_________________
† even if i had a heart of a stone, you could make it bleed all on your own, you could break it but i hope you won't. i’d rather crash, i’d rather crawl than never have your love at all. with only bricks to break my fall, for you i’d risk it all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne




❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (bane) would you be my hero again ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
(bane) would you be my hero again ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hero system
» "HERO IK" Le repaire de la Liche (1 à 2 joueurs)
» - [ Be my Hero ] - - PV -
» a hero is a man who's too afraid to run away.
» BLAKE & FAME ▷ Do you wanna be my hero ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: east mill valley-
Sauter vers: