AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (miny) bancals

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


avatar



♛ celle qu'est toujours perchée

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 12/11/2017
posts : 1284
faceclaim, @ : poots. @(av.) balaclava, (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, reagan et cami.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Mar 12 Juin - 17:27


icons by little liars



sautes d'humeur inhabituelle. t'es p'tre impulsive mais, généralement, il t'en faut bien plus que ça pour t'emporter. ton impulsivité n'influent généralement que sur des actions et non des paroles. probablement la goutte d'eau qui a fait débordé l'vase. les accumulations, l'poids pesant d'plus en plus lourd sur tes épaules. ses regards, ses remarques, l'ton d'sa voix. un peu d'tout et surtout d'n'importe quoi. ça fatigue de n'pas savoir sur quel pied danser, de n'pas savoir comment agir et réagir. c'est épuisant toute cette tension qui ne cesse d'accroître entre vous, sans qu'tu ne puisse mettre le doigt sur la source exacte de ce malaise. détends toi, t'as bouffé une lionne au déjeuner ou quoi ? tu lèves les yeux au ciel. exaspération bien lisible sur les traits d'ton visage. ouais et alors ? toute cette animosité qu't'as pas l'habitude de dégager. ça t'fait flipper plus qu'autre chose. c'toi qui devrait t'détendre d'ailleurs. toujours à m'rabaisser ou à m'envoyer chier ... murmure d'la gamine blessée, frustrée même. caprice d'une môme en colère contre elle-même plus qu'envers lui. parce que t'arrives pas à comprendre où t'as merdé, comment tout à volé en éclat. t'as besoin d'comprendre et les seules réponses que tu arrives à obtenir ne font que d'accentuer l'problème. alors tu lui montres tes croquis, attendant une réaction autre que celle qu'il te sert. ça n'arrange rien et tu grognes. une fois d'plus. p'tre bien que d'le ramener chez toi n'était pas une si bonne idée finalement. et pourtant, tu t'exécutes quand il te demande une bière au lieu d'le foutre à la porte. foutu espoir à deux balles. celui qu'tu conserves en permanence et qui finira par t'cramer d'l'intérieur. tu n'peux cependant t'empêcher d'appuyer là où ça fait mal en parlant d'venus. tu sais qu'c'était clairement pas l'sujet à aborder et pourtant, tu l'as fait. comme si t'avais soudain plus peur de rien. jusqu'à c'que les traits d'son visage se durcissent et qu'le temps tourne à l'orage. t'as finis ? t'es restée debout, t'as croisé les bras sur ta poitrine, l'air de défi au fond d'tes iris. t'as pas l'impression d'être un poil hypocrite, à me reprocher de prendre part à ta vie personnelle et te voilà en plein dans le mille, à me foutre en pleine gueule un truc que tu saisis probablement même pas. tu n'dis rien, te contentant d'arquer un sourcil. impassible princesse aux allures rebelles. partie d'ton caractère qu'on entrevoit quasiment jamais. p'tre bien même que c'est une première pour lui aujourd'hui. si elle est si malheureuse avec moi, elle peut partir, j'lui ai rien promis moi. le rire amère qui dépasse la barrière de tes lippes. la poupée d'porcelaine se transforme en guerrière. crise d'adolescence qu'est visiblement pas passée. toi aussi, t'as fini ? duel au somment dans ton appartement, sous l'regard attentif de tes chats, partis s'planquer à la porte de ta chambre. probablement qu'eux aussi, ont sentis l'vent tourner. donc si j'comprends bien, t'as l'droit d'te foutre de la gueule d'ma vie privée mais moi j'dois juste fermer ma gueule ? relation bien trop compliqué depuis si longtemps qu't'as l'impression que l'air devient de plus en plus irrespirable. putain mais c'est quoi ton problème en fait ? les mots durs et pourtant l'ton si calme. cette sérénité qui te défini si bien et qu'on lit sur ton visage. seul point changeant de l'ordinaire, tes yeux qui s'foncent à mesure que ton palpitant s'accélère et qu'tu t'sens bouillir de l'intérieur. j'ai rien fait pour qu'tu m'traites comme ça alors crache le morceau maintenant. y en a plein l'cul d'subir, c'est bon là, annonce la couleur. t'essaies tant bien qu'mal d'obtenir des réponses. t'as tenté la manière douce jusque là mais tes nerfs ne tiennent plus la cadence. l'pire, c'est qu'tu hausses même pas l'ton.

_________________
† it's obvious you're meant for me. every piece of you, it just fits perfectly. every second, every thought, i'm in so deep but i'll never show it on my face. but we know this, we got a love that is homeless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



l'instabilité enivrante

pseudo : Nana
in town since : 29/04/2018
posts : 76
faceclaim, @ : Gaspard ulliel, Venus
multiface : jaxounet, jay
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Mer 13 Juin - 14:00

Il tente de garder son calme, la façade de glace qui prime mais qui se brise doucement plus la gamine parle. Le ton qu'elle emploi ne plait pas à Daniel. Trop autoritaire à son goût. Il fronce les sourcils. La rabaisser ? Bordel il le fait réellement ? Trop centré sur son propre nombril, il n'a même pas remarqué qu'il pouvait la blesser, que ces mots pouvaient atteindre, faire mal. Et même si l'objectif est plutôt de la garder à distance, il est vrai qu'il n'a pas toujours été tendre avec elle. Il la laisse s'exprimer, vider son sac. Interloqué de son côté, il se contente dans un premier temps d'encaisser, d'observer. Sauf qu'elle va trop loin. Il ne peut empêcher les mots qui sortent de ses lippes.Et elle rétorque la branleuse, elle ne le laisse pas s'en sortir si facilement. Un peu éberlué par son impulsivité jusque là enfouie sous des tonnes de gentillesse, il reste là, un peu stoïque quelques instants, maintenant un calme de façade alors que ça brûle à l'intérieur. Il a envie de lui hurler dessus mais se retient. woah, j'te taquine sur le fait de finir vieille... toi tu m'attaques sur un truc personnel. Parle pas de Venus. Tu sais rien. se défend il, le plus calme du monde. Visiblement, pour la belle Micah, c'est la même chose. Trop con pour saisir qu'il l'a blessé avec ces conneries, avec ces blocages à la con. Il pousse un soupire, sirote une gorgée de la bière ouverte depuis peu et tire finalement sur le joint dans sa main, laissant des volutes blanchâtres s'échapper de ses lèvres. Il reste là, quelques secondes, silencieux, son dos se colle contre le siège du canapé. Ses yeux se posent sur plafond. j't'ai jamais parlé de ma soeur. sa voix rauque qui déraille un peu sous le coup de l'émotion. Lucy. Il laisse encore un blanc, tirant une nouvelle fois sur le joint avant de se redresser et de le tendre à celle qui lui ressemble trop. Un sourire timide sur les lèvres, si bien qu'il pu la sincérité. elle était chiante comme un poux, douce, des apparences de forte tête mais dans le fond foutrement fragile... Elle doit pas comprendre Micah. Comment pourrait elle saisir où il veut en venir, il divague, il laisse du flou autour d'un récit qu'il aurait pu finalement écourté mais qui a le mérite d'avoir calmé la lionne. Personne ne sait pour Lucy, personne. Et Micah est sans doutes la dernière personne à qui il aurait pensé se confier sur le sujet mais maintenant qu'il est lancé : comme toi. ajoute t-il finalement pour achever cette histoire biscornue. Lui même ne sait pas comment en parler. Il a pas digéré l'affaire. Il a pas laisser le temps à son propre corps de faire le deuil. C'est probablement pour cette raison qu'il est si dur avec celle qui devrait être une simple amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'est toujours perchée

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 12/11/2017
posts : 1284
faceclaim, @ : poots. @(av.) balaclava, (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, reagan et cami.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Mer 13 Juin - 18:13


icons by little liars



t'as lâché les chevaux, tu t'es laissée tenter pas cette agressivité qu'on t'connait peu. voire même pas du tout. trop longtemps qu't'encaisses. quatre ans, c'est long mine de rien. la morsure de tes mots brodés d'un ton si calme. la froideur de tes prunelles azures et l'teint rouge de l'emportement. poupée trop douce, maternelle. la fraîcheur d'une âme que l'on pense encore si pure et qui, pourtant, s'noie dans un océan d'rouille. t'as eu la belle vie pourtant, jamais d'complication notoire. c'est toi qui t'ais créé toutes ces emmerdes. les égratignures ne sont que de ton propre chef, y a qu'toi qu'est responsable de tes plaies. enfin, tu étais la seule à blâmer avant qu'vos chemins se croisent pour de vrai. blessures se voulant de plus en plus profondes. celles que tu faisais semblant de n'pas voir, celles qu'étaient faciles à ignorer. au début. et puis après, ça a commencé à peser bien lourd sur tes frêles épaules. jusqu'aujourd'hui. fatiguée d'te taire, tu t'emballes, tu déchaînes le démon qui sommeillait paisiblement en toi, celui qu'tu t'étais jurée de n'jamais laissé s'échapper. et puis, tu finis par te dire que c'était p'tre son but, depuis l'départ. voir jusqu'où tu pouvais aller, l'entièreté d'ton potentiel. woah, j'te taquine sur le fait de finir vieille ... toi tu m'attaques sur un truc personnel. parle pas de venus. tu sais rien. rire amère, réponse trop facile. c'ma meilleure amie, fais pas comme si tu l'savais pas. serment de s'protéger, quoi qu'il advienne. tu tiens toujours tes promesses, même si la menace vient d'l'intérieur. il devrait se souvenir de ça. se rappeler qu'tu laisses jamais tomber les tiens, encore moins elle. trop importante à tes yeux, trop différente et pourtant si complémentaire. nouveau souffle qu'elle t'a apporté dès qu'vos regards se sont croisés. il sait, qu'il arrête de faire comme s'il n'était au courant de rien. et tu ne lui laisses pas vraiment l'choix quand tu lui demandes des explications. t'espères sincèrement qu'il finira par te donner la nature du malaise qui persiste depuis quatre années maintenant. t'as pas grand espoir de parvenir à tes fins mais tu tentes quand même. des fois que, sur un malentendu, ça puisse passer. tu l'laisses réagir, gestes bien trop lents à ton goût, comme si tout ça, c'était calculé. comme d'habitude. ça t'rend dingue toute cette prise de contrôle permanente. et tu demandes s'il arrive parfois à lâcher prise. j't'ai jamais parlé de ma sœur. lucy. tu fronces les sourcils. t'étais pas au courant qu'il avait une sœur. il parle jamais. il ne te parle jamais. tu récupères le joint qu'il te tend et l'cale entre tes lippes. t'en as besoin. ou bien tu ne vas pas tarder à l'ressentir. elle était chiante comme un poux, douce, des apparences de forte tête mais dans le fond foutrement fragile ... tu t'détends un peu sans pour autant comprendre quoi qu'ce soit à c'qu'il te raconte. tu tires une taf en silence, ne voulant pas l'interrompre, des fois qu'ce serait pas fini. tu notes l'emploidu passé et ta gorge se serre. pincement au cœur que d'faire un rapprochement funeste. tu pries secrètement pour qu'ce soit pas l'cas. y a trop d'choses qui s'bousculent dans ton crâne mais pas vraiment d'réponse à tes questions. enfin, pas avant la bombe qui t'explose à la gueule. comme toi. difficulté à respirer. y a tout qu'est lié. tu n'sais pas comment mais tu viens d'comprendre que tu ressembles trop à cette sœur qu'il cache aux yeux du monde. tu n'sais pas quoi répondre ni même quoi faire. tu t'retrouves plantée là, statut en mousse, au beau milieu d'ton salon. je ... c'est tout c'qui sort. rien d'plus. ton regard se perd dans ta tasse de café, abandonnée sur la table basse. j'suis désolée dany ... ça t'échappe alors qu'tu t'laisses tomber sur l'canapé. t'sais même pas pourquoi tu t'excuses mais tu l'fais quand même. comme si ça pouvait changer quoi qu'ce soit. ce qui est totalement idiot par ailleurs. s'tu veux en parler ... 'fin j'veux dire, t'es pas obligé juste ... j'suis là. t'oses même pas le regarder, t'hausses les épaules et t'plonges dans ton café. point barre. y a d'fortes chances que tu t'fasses rembarrer, encore. au moins, t'as tendu une perche qu'il sera libre de saisir quand bon lui semblera. ou pas.

_________________
† it's obvious you're meant for me. every piece of you, it just fits perfectly. every second, every thought, i'm in so deep but i'll never show it on my face. but we know this, we got a love that is homeless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



l'instabilité enivrante

pseudo : Nana
in town since : 29/04/2018
posts : 76
faceclaim, @ : Gaspard ulliel, Venus
multiface : jaxounet, jay
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Jeu 14 Juin - 21:43

Il ne supporte pas qu'on cause de sa relation avec Venus. C'est trop intime et ça ne devrait les concerner eux, personne d'autre. Sauf qu'avec leurs disputes et leurs conneries quasi quotidienne, ils ont mêlés le groupe à cette entourloupe, ça n'a rien de si étonnant qu'ils donnent un point de vue. ça t'file pas le droit de juger. Puis ce que vous vous dites, j'veux pas le savoir. Il ne remet pas en cause l’honnêteté de ses propos, il sait qu'il lui fait du mal à la jolie Venus. Sauf qu'il sait pas faire autrement, il est brisé Daniel. Y'a ce truc à l'intérieur qui ne fonctionne pas correctement et qui l'empêche de vivre. Il donne l'impression de n'en avoir rien à faire de sa dulcinée parfois, ce n'est pas le cas, au contraire. Seulement admettre qu'il tient à elle plus que sa vie n'arrivera jamais. Faut lire entre les lignes avec Daniel. Ce qu'il a actuellement lui plait à Dany, pourquoi se compliquer la vie avec plus. Puis elle reste Venus, alors elle doit y trouver son compte même si elle vient piailler et se plaindre à sa meilleure amie. Puis voilà, sans crier gare, il décide de parler de Lucy, celle qu'il ne mentionne jamais. Celle qu'il a le plus aimé dans sa vie. Probablement parce qu'avec elle, les barrières n'étaient pas encore installés autour de son myocarde.  Il ne livre pas grand chose, il lâche sa bombe, comme ça, sans trop savoir pourquoi. Un stratagème pour la faire taire peut être, qu'elle ne s'en prenne plus à lui pour ce qu'il considère comme futile. Peut être aussi pour qu'elle comprenne, qu'elle réalise que ce n'est pas l'idée de la torturer qui l'enivre. Le choc est visible, parce qu'elle est trop maladroite pour masquer ses émotions la belle. Elle s'excuse même d'un crime qu'elle n'a pas commis. Comme si ces mots suffisaient à justifier l'abjecte de son comportement de sale con. j'parle pas d'mon passé, tu devrais l'savoir depuis le temps. fait il, presque ironique. Il l'a mit de côté, rayé de son existence sauf qu'il finit toujours par revenir, comme un foutu boomerang. On ne se sépare pas si aisément des éléments qui nous ont forgés. Même Venus ne sait rien de tout ça. En fait, en dehors de son beau père, le seul qui s'en ai sorti vivant, personne ne sait. j'sais même pas pourquoi j'te dis ça. Pour justifier mon comportement sans doutes. et pour la première fois depuis des années, il se sent comme libéré d'un poids sur la poitrine, ça fait un bien fou mais c'est atrocement déroutant. Il a presque envie de prendre ses jambes à son cou, la vulnérabilité qui lui pend au nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'est toujours perchée

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 12/11/2017
posts : 1284
faceclaim, @ : poots. @(av.) balaclava, (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, reagan et cami.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Lun 18 Juin - 16:28


icons by little liars



les esprits s'échauffent, ça sent l'gaz. les mots dépassent probablement la pensée. ou alors c'est simplement une accumulation trop importante qui mène le dialogue à sa perte. ça t'file pas le droit de juger. puis ce que vous vous dites, j'veux pas le savoir. nouveau rire amère qui se fraie un chemin entre tes lippes. c'est pas moi qui passe mon temps à juger le monde daniel. je constate, j'observe. en aucun cas je ne juge. tu es sans aucun doute la plus calme du groupe, la plus réfléchie. la maman de substitution de ces paumés qui sont entrés dans ta vie par un concours de circonstance plus ou moins hasardeux. du genre à trouver des solutions, à t'faire un avis par toi-même, d'essayer d'comprendre sans jamais jeter l'éponge malgré les mises en garde et autres moyens de t'faire baisser les bras. ce n'est pas dans tes habitudes de juger ceux qui t'entourent. s'il savait que tu passes ton temps à le défendre, à essayer d'lui trouver des excuses ou circonstances atténuantes. mais ça, plutôt crever que d'lui dire. de toute façon, il ne veut pas savoir et heureusement d'ailleurs. ce que venus te confie, tu n'es pas prête de le partager, avec qui que ce soit d'ailleurs. les secrets sont en sécurité lorsqu'ils te sont confiés. tout comme les révélations qu'il te fait par la suite. sœur dont tu n'avais pour l'instant eu aucune information sur l’existence. ou du moins ce qu'elle a été. parce que l'emploi du passé suggère une fin bien trop prématurée. douloureuse de surcroît. une partie de sa vie qu'il cache aux yeux d'tous. quelque part, tu t'sens privilégiée d'savoir quelque chose que les autres ignorent. quelque part, tu t'dis que c'est un pas certain vers toi. pour une fois, ça t'change. princesse dans la confidence. par défaut, probablement. p'tre même que t'aurais jamais dû savoir, que c'était l'plan depuis le départ. subir les remontrances et cette espèce de haine mêlée au dégoût. ça devait être plus facile que d'embrasser les réminiscences de cette vie d'avant. tu ne peux que t'excuser, platement, de faire resurgir ce qu'il semblait s'évertuer à enfouir au fond d'lui. c'pas d'ta faute pourtant. enfin pas directement. tu n'es que la marionnette du destin qui s'joue de la situation, aussi délicate soit-elle. j'parle pas d'mon passé, tu devrais l'savoir depuis le temps. tu hausses les épaules. tu ne t'attendais pas à ce qu'il continue à déballer son histoire sous tes yeux impuissants. bien trop lucide pour oser penser qu't'es à même de pouvoir écouter les déboires passés d'sa vie d'gamin d'ailleurs. je sais, et j'te force pas la main ... j'veux juste que tu saches que, si jamais il t'en prend l'envie, j'suis pas bien loin. lippes qui s'étirent en un sourire en coin. être là, malgré la pression constante sur tes épaules si frêles. tu ferais n'importe quoi pour eux. n'importe quoi pour lui. bien qu'les choses soient compliquées et qu'le ciel soit bien plus souvent orageux, y a toujours cette promesse qui tourne en boucle dans ta caboche. j'sais même pas pourquoi j'te dis ça. pour justifier mon comportement sans doutes. ton regard qui s'laisser aller à la tentation d'se poser sur sa silhouette. ça pourrait, effectivement. qu'tu souffles. pommade appliquée avec soin sur les blessures invisibles infligées par le temps et les remarques acerbes essuyées depuis les quelques années passées à ses côtés. disons qu'ça prend du sens et que j'pourrais éventuellement arrêter d'croire que j'ai fait les choses de travers ... même si ... même si ta simple présence suffit à constituer une chose de travers. j'dirais rien d'tout ça tu sais ... ça n'regarde que toi après tout. bien qu'tu sois impliquée dans l'affaire, bien malgré toi. le silence est d'or et la confiance est de mise. tu accordes beaucoup d'importance à toute cette histoire de loyauté. poupée sociable mais qui pourtant range la confiance dans un tiroir qu'elle n'ouvre qu'en de rares occasions. les confidences que l'ont te fait seront bien gardées, faut qu'il en soit sûr.

_________________
† it's obvious you're meant for me. every piece of you, it just fits perfectly. every second, every thought, i'm in so deep but i'll never show it on my face. but we know this, we got a love that is homeless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



l'instabilité enivrante

pseudo : Nana
in town since : 29/04/2018
posts : 76
faceclaim, @ : Gaspard ulliel, Venus
multiface : jaxounet, jay
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Ven 22 Juin - 14:54

Elle n'a pas eu l'impression de jouer les avocates de sa meilleure amie la belle Micah mais elle l'a fait contre son gré. En tout cas, c'est de cette façon qu'il l'a ressenti lui. Il s'est senti jugé, épié presque. Il se doute bien que la blonde ne tait pas ses disputes avec lui et qu'elle les partage avec sa meilleure amie et jusque là, ça ne lui revenait pas à la tronche alors si extérioriser lui permettrait de mieux gérer, très bien. Parce que Micah, c'est pas son genre de s’immiscer dans les relations des autres, de donner son avis, elle est discrète, réfléchie, forte à sa façon mais jamais elle n'irait rabaisser son prochain. Une femme intègre, qui n'a sans doutes pas le moindre point commun avec Daniel, à part peut être cette férocité qu'il découvre peu à peu aujourd'hui. laisse tomber d'accord ? fait il calmement. Il essaie par là de lui faire comprendre qu'elle ne pourra jamais trop saisir ce qui se passe entre eux, malgré des observations parfois justes. Il veut seulement qu'elle arrête de s'en mêler. Puis vient le froid, glacial. Les mots volent comme des couteaux. Alors sans trop savoir pourquoi, il finit par se livrer le grand gamin. Il fini par prononcer des mots qu'il croyait enterré, enfoui trop profondément pour ressortir. Et si les mots sortent, c'est qu'il sait pertinemment qu'ils ne sortiront jamais, même sous la menace, elle n'est pas du genre à cafter Micah, à conter les histoires des autres. je sais. qu'il dit, suite à sa dernière remarque, un sourire sur les lèvres qui respire la sincérité, ce n'est pas toujours le cas avec Daniel. Y'a souvent un truc malsain qui se dessine sur ses lippes. La confidence qui lui a pourtant fait un bien fou, comme si un poids était retiré de ses épaules à lui pour se poser sur celles de la jolie Micah. Il n'ose pas en dire plus, il n'est pas sûre qu'elle soit assez forte pour le supporter la branleuse, elle joue les fortes mais elle est fragile, en proie à ses émotions et son regard compatissant à cet instant le prouve. Il se lève pour venir ouvrir la fenêtre du salon pour évacuer la fumée qui s'engouffre dans la pièce. Il n'est pas chez lui, il le sait mais ça n'a jamais empêcher une initiative avant. T'as des frères ou sœurs toi ? demande t-il finalement, façon aisé de détourner la conversation sur elle. Aussi parce qu'il se rend compte qu'il ne lui a jamais posé la question après toutes ses années. Il change de sujet. Mal à l'aise avec l'idée d'être celui qui parle au lieu de celui qui écoute. Et pourtant, une part de lui voudrait en dire plus, tirer au clair ces histoires du passé pour enfin réussir à aller de l'avant. Y'a bien des psys qui ont essayé quand il était encore qu'un gosse mais rien à faire. Il est meurtri. Et son point faible réside dans ce qu'il ne veut raconter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'est toujours perchée

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 12/11/2017
posts : 1284
faceclaim, @ : poots. @(av.) balaclava, (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, reagan et cami.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Sam 23 Juin - 16:04


icons by little liars



le calme après la tempête. les nuages menaçant se sont dissipés, l'orage s'est éloigné. y a plus que d'la tristesse dans tes prunelles aux teintes bleutées. parce que des milliers de questions te brûlent les lèvres mais tu ne te permettrais cependant pas de les poser. une simple confidence te suffiras pour aujourd'hui. premier pas en avant bien qu'il en reste des centaines d'autres à faire. tu n'es pas pressée, tu t'adaptes à ton auditoire. t'es bien consciente des efforts fournis. à croire qu'il fallait qu'tu pètes un plomb pour obtenir une réponse, juste une. le changement d'tactique a payé, tu n'vas pas t'en plaindre, loin d'là. pourtant, tu tiens à préciser qu'si jamais l'envie lui prenait d'poursuivre cette conversation, tu ne serais pas contre et puis, d'toute façon, votre échange restera secret. parce que tu ne dévoiles jamais rien de tes entrevues, préférant rester dans l'vague, donner une réponse satisfaisant la soif de savoir de ses interlocuteurs, sans pour autant donner la véritable nature de tout ce que tu peux garder pour toi. avec tout c'que tu sais, dans une autre ambiance, tu pourrais probablement être la cible de toutes sortes d'organisations. c'p'tre pour ça aussi qu'on t'apprécie, qu'on t'laisse approcher plus facilement qu'd'autres. je sais. c'est l'principal, pas la peine d'en rajouter. tu retrouves le silence, le temps pour lui d'accepter sa confidence, d'être en harmonie avec les mots qu'il a prononcé. c'est important selon toi. p'tre bien que tu aurais dû suivre tes études, continuer dans l'domaine de la psychologie. t'aurais fait un tabac. esprit d'analyse à toute épreuve. sauf en c'qui t'concerne. mais ça, c'est autre chose. le problème avec vous deux, c'est qu'vous préférez écouter les autres plutôt que d'vous livrer. ça devient bien vite problématique d'ailleurs. tu l'laisses prendre possession d'ton appartement, ne grognant pas lorsqu'il s'échappe d'ton canapé pour aller ouvrir la fenêtre.à vrai dire, tu apprécies que l'air se renouvelle, ça permet d'changer d'sujet de conversation par la même occasion. t'as des frères ou sœurs toi ? il n'est plus question d'lui, mais de toi. légère brise qui change son sujet en même que la fumée se dissipe de ton salon. ni l'un, ni l'autre. réponse sans appel et pourtant si vague. tu n'parles jamais de ta famille. non pas qu't'en sois pas fière, bien loin d'là. c'juste que t'as peur du jugement que pourraient porter les autres sur toi. gosse de riche, gamine sans problèmes. leur regard, leur comportement pourrait changer et tu n'veux pas. peur panique de l'abandon, en quelques sortes. kit et kat m'suffisent. pointe d'humour alors qu'tes boules de poils investissent à nouveau l'salon. maintenant qu'le ton est redescendu, ils sortent d'leur cachette. tes chats comptent beaucoup pour toi. c'con, tu l'sais bien, mais tu n'peux pas t'empêcher d'les adorer. la solitude, pour toujours et à jamais. pointe d'amertume, p'tre même de regret. t'as été une enfant comblée, tu l'es toujours. t'as jamais manqué d'rien, jamais privée d'amour. cuillère en argent entre tes lippes et l'bonheur de s'sentir vivante. mais terriblement seule quand t'y repenses.

_________________
† it's obvious you're meant for me. every piece of you, it just fits perfectly. every second, every thought, i'm in so deep but i'll never show it on my face. but we know this, we got a love that is homeless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



l'instabilité enivrante

pseudo : Nana
in town since : 29/04/2018
posts : 76
faceclaim, @ : Gaspard ulliel, Venus
multiface : jaxounet, jay
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Dim 24 Juin - 21:09

Jamais au grand jamais Daniel n'aurait penser se confier de la sorte à quelqu'un mais finalement, c'est logique que ce soit elle son interlocutrice, cette gamine qui le rapproche aujourd'hui le plus de ce passé sur lequel il jure avoir tiré un trait. Foutaise. Il l'a pas fait. Il ne le fera sans doutes jamais. Il n'est pas prêt à lui dire adieu, simplement parce que cette douleur qu'il entretien est son seul lien réel avec la vie, le truc qui l'empêche de sombrer dans un sens. Une part de lui souhaite même en dire plus, raconter, expliquer ce qui l'a mené là où il en est aujourd'hui. L'autre, plus sombre, l'empêche d'agir. Alors il se tait, il change d'espace et de sujet, plus habilement qu'on ne le croit. Il est malin pour tourner les situations dans le sens où ça l'arrange Daniel. sérieusement ? Kit et Kat ? Jamais il ne s'était attardé sur les noms de ces animaux avant. Jamais il n'avait demandé. Sans doutes parce qu'il s'en fiche pas mal de savoir comment ils s’appellent ceux là. Ca lui arrache un sourire ces conneries. C'est pas un fan de bestioles en tout genre Dany. De toutes façons, dès qu'il s'agit de s'attacher, il préfère prendre les devants et abandonner. C'est assez étonnant d'ailleurs de voir qu'il reste. Qu'il s'attarde. Il y trouve son compte dans un sens, leader adulé par ses sujets, en tout cas, c'est ce qu'il pense, le charismatique Daniel ne sait pas qu'il arrive aux autres de simplement le mépriser pour être si hautain. Après tout, les quatre l'ont suivi dans un braquage à la con sans avoir eu a insisté. Putain, il s'prend pour le patron des chiottes Daniel depuis, comme s'il avait une emprise folle sur chacun des membres. Dans le fond, c'est peut être vrai, il connait leurs faiblesses et sait en user pour se jouer d'eux. Pour abuser. Comme si ça allait régler ces propres soucis, une foutue séance de psychothérapie. Peut être aussi parce que le pouvoir qu'il a sur les autres est le seul truc qui lui donne envie de vibrer. Qui le tire vers le haut plutôt que vers le bas. Il est pas ambition pour autant Dany, non, c'est la pression qu'il impose avec ces mots qui le fait jouir de plaisir. Elle est forte sa beuh dis donc, il se sent pousser des ailes le trentenaire. L'envie d'virer philosophe le temps d'une seconde : dans le fond, c'est l'truc qui nous rapproche non ? Toi, Venus, les gars... La solitude. Il hausse les épaules et se baisse pour récupérer sa bière tandis que son regard fixe un point sur l'extérieur. Il en avale une gorgée, passant sa main libre dans sa tignasse indomptable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'est toujours perchée

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 12/11/2017
posts : 1284
faceclaim, @ : poots. @(av.) balaclava, (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, reagan et cami.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Jeu 28 Juin - 0:43


icons by little liars



la discussion retrouve son calme. légèreté nouvelle dans vos échanges de paroles. p'tre bien que la confidence de daniel y est pour beaucoup. et toi, princesse, tu ne doutes pas une seule seconde de tout ce que ça a dû lui coûter d'te révéler un petit pan d'sa vie d'avant. avant vous, avant c'te bande de bras cassés dont vous faites partis. ça t'détend, t'as l'impression d'plus vraiment n'être qu'un espèce de défouloir ponctuel mais perpétuel. le détournement du sujet est le bienvenue, tu ne lui en tiens pas rigueur. parce que t'as bien senti l'malaise monter en lui, cette sensation qu'il voudrait en dire plus sans pour autant s'le permettre. choix que tu respectes. tu acceptes même de répondre à sa question, sans pour autant t'étaler. poupée secrète, p'tre même tout autant qu'lui. parce que tu n'parles pas d'ta famille. jamais. gosse de riche, t'sais pas trop comment ce s'rait perçu. tu préfères changer à nouveau l'sens de la discussion en parlant d'tes chats. c'est con, ça s'voit comme le nez au milieu d'la figure mais tant pis, c'comme ça, tu passes à autre chose. sérieusement ? kit et kat ? fin sourire sur tes lippes. maintenant que l'homme a quitté ton canapé, les chats ont retrouvé leur place de prédilection. j'ai jamais dit qu'ma créativité était à toute épreuve. qu'tu ironises. parce que, pour le coup, t'as pas vraiment cherché bien loin. j'avais pas d'idée, y avait d'la bouffe devant moi et voilà. et l'pire, c'est que ça s'est vraiment passé comme ça. rapport aux sucreries bien trop intime, c'était l'évidence même. regard qui pétille de malice en repensant à c'moment, aussi fugace et pathétique -voire même puéril- soit-il. l'silence a repris ses droit dans ton appartement alors qu't'écrase l'cul d'joint dans ton cendrier et qu'tu t'saisis de ta tasse pour terminer ton café. bizarrement, c'plus aussi gênant que ça a pu l'être par l'passé. c'pas encore ça mais y a du progrès à noter. dans le fond, c'est l'truc qui nous rapproche non ? toi, venus, les gars ... la solitude. la philosophie du soir. vérité mise à nue. la solitude. point commun indéniable alors que, pourtant, vous semblez tous heureux individuellement. façade montée d'toute pièce pour éviter d'faire croire au monde extérieur qu'vous avez des fêlures. triste vie. bien qu'encore une fois, tu n'sois vraiment pas à plaindre si on r'garde ton tableau vu d'ensemble. y a d'ça ouais ... qu'tu souffles, regard perdu dans l'vide et mains occupées à grattouiller la tête de tes boules de poils. doit y avoir l'envie d'ailleurs ou d'autre chose aussi ... et l'grain d'folie surtout. très important lui aussi. tu pourrais p'tre même en trouver des tonnes et des tonnes d'points communs si tu l'voulais. mais tu n'peux nier que l'principal, c'est cette barrière qui semble vous isoler du reste d'l'humanité. mais la solitude ... on est pas seuls quand on est ensemble, hein ? question qui semble n'avoir aucun sens de prime abord mais qui, pourtant, ressemble à une espèce de questionnement intérieur et bel et bien réel. parce que c'est important pour toi d'savoir. l'angoisse d'être aussi seule avec les autres que tu n'l'es quand tu t'isoles volontairement. la peur d'l'abandon qui s'réveil comme si c'était programmé. question dont l'sens ne sera peut-être pas saisi mais tu t'en fous, t'espères qu'il lise entre les lignes. pas qu'tu l'prennes pour un abruti, t'sais qu'c'est pas l'cas. mais avec la fume, on n'sait jamais. toi, tu t'mets souvent à philosopher. les autres, c'différent. lui, c'différent.

_________________
† it's obvious you're meant for me. every piece of you, it just fits perfectly. every second, every thought, i'm in so deep but i'll never show it on my face. but we know this, we got a love that is homeless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



l'instabilité enivrante

pseudo : Nana
in town since : 29/04/2018
posts : 76
faceclaim, @ : Gaspard ulliel, Venus
multiface : jaxounet, jay
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Lun 2 Juil - 20:48

Fuir, sans arrêt ce passé qui lui colle à la peau et qui pourri tout ce qu'il pourrait envisager pour l'avenir. C'est un adulte paumé. Torturé. L'âme fatiguée, à force de tirer dessus jusqu'à l'impossible. En refusant de se coltiner les règles de base imposés par cette société, il se met en danger sans même en avoir conscience. Lui qui refuse d'être assailli par le doute échoue lamentablement dans toutes ses relations parce qu'il ne laisse assez de place à personne. Il préfère sourire à tout ces cons qui ne comprennent pas et ne comprendront jamais ce qu'il est. La façade qui ne laisse pas entrevoir la part de noirceur. Les secondes s'écoulent sans qu'aucun d'entre eux ne prononce un mot. Un silence qui ne dérange pas Daniel le moins du monde, lui qui a pour habitude de l'instaurer et l'utiliser comme arme lorsque la situation l'impose. Elle vire philosophique, le laissant songeur quelques secondes, il n'aurait pas mis la folie sur un piédestal les concernant, seulement, une part de vérité se cache derrière ces mots, ils sont tous un peu tarés. Puis la question tombe, inattendue. Le mensonge qu'il ne souhaite pas proférer, préférant une franchise un peu rude. On est tous seul. Toujours, peut importe où on s'trouve Micah. Ce nous, c'est l'alibi qu'on a trouvé pour contrer la peur de sombrer. Mais faut pas s'leurrer, comme le disait Orson Wells : On naît seul, on vit seul, on meurt seul. Un homme lucide d'après Daniel, qui avait les pieds sur terre. Loin de tous ces bobos rêveurs qui croient dur comme fer que le combat vaut la peine et qui persiste à s'engager auprès des autres. Elle est sans doutes trop optimiste pour partager son point de vue Micah. Ou juste meilleure actrice que lui. La gamine semble moins fatiguée, moins fataliste aussi, prête à vivre les aventures qui guideront son chemin sans se laisser pourrir par les affres du passé. Mais dans l'fond, il en sait trop rien, lui qui se vante de sonder les personnalités aisément se trouve face à un mystère quand il s'agit de la jeune femme. J'sais pas toi mais peut importe la situation dans laquelle j'me trouve, j'ai pas l'impression d'être entouré, y'a comme un foutu vide. Il hausse les épaules et vient accrocher un sourire sur ses lèvres, comme pour dédramatiser les propos qu'il vient de tenir, la fumette qui lui réussi pas si bien. Enfin, c'est sans doutes pour ça qu'il pousse toutes ses expériences à l’extrême et qu'il ne se sent vivant que lorsqu'il déroge aux règles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



♛ celle qu'est toujours perchée

pseudo : b_bulle (mel).
in town since : 12/11/2017
posts : 1284
faceclaim, @ : poots. @(av.) balaclava, (sign.) anesidora (gifs) tumblr.
multiface : plùm, reagan et cami.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Mer 4 Juil - 12:54


icons by little liars



t'as p'tre bien raté ta vocation. p'tre bien qu't'étais plus faite pour des études d'psycho ou d'philo et qu't'aurais pu aller loin. au lieu d'ça, c'pas compliqué. tu t'gazes le crâne à coup d'marie-jeanne, qu'tu fais même pousser dans un placard, planqué dans une piaule dérobée. enfin, dérobée, tout est relatif finalement. c'est juste une pièce dont tu t'sers pas et t'as pas trouvé meilleur endroit pour caler un placard. bref. l'joint aidant à la perception des choses d'façon différente. rapide aller et retour à la cuisine. si ça part là-dessus, l'café est abandonné pour s'faire lâchement remplacer par d'la bière. place retrouvée au milieu d'ton canapé, entourée d'tes chats. l'temps d'sa réflexion, l'temps qu'tu trouves une ligne de défense si besoin. on est tous seuls. toujours, peu importe où on s'trouve micah. ce nous, c'est l'alibi qu'on a trouvé pour contrer la peur de sombrer. mais faut pas s'leurrer, comme le disait orson wells : on naît seul, on vit seul, on meurt seul. tu fronces les sourcils, l'temps d'encaisser l'information. t'es pas d'accord pourtant. ça non. éternelle optimiste, éternelle rêveuse aux relents, d'naïveté. sa fatalité accablante, incarnation même du pessimisme. trop plein d'sarcasme et d'vérité déformée par l'expérience d'une vie poussiéreuse. ombre grandissante alors qu'toi, ton but, ton rôle, c'est d'apporter autant d'lumière qu'possible. j'sais pas toi mais peu importe la situation dans laquelle j'me trouve, j'ai pas l'impression d'être entouré, y'a comme un foutu vide. tu bois une gorgée d'ta bière, réfléchissant à tout ça. il a p'tre pas tord après tout, ça mérite que tu t'y attardes. et pourtant, la première chose qu'tu trouves à dire ne va probablement pas lui faire plaisir. ça, c'parce que tu t'autorises pas être entouré. tes lippes s'pincent. c't'un secret pour personne qu'daniel, il est inaccessible. y a qu'à regarder la galère d'venus qu'est raide dingue d'lui et l'seul truc qu'il trouve à faire, c'est d'la blesser, encore et encore. génial. j'pense qu'ça dépend d'la vie qu'on a vécu, d'celle qu'on s'autorise à construire, des ch'mins qu'on décide d'prendre. t'hausses les épaules, l'regard perdu dans l'vide. j'pense que si on est seul, c'par choix. parce qu'on a envie, parce qu'on n'fait pas confiance, parce qu'on a été trahi trop souvent, ou pour d'autres raisons encore. tu pars loin, tu dévales des pentes raides qu't'aurais probablement pas dû emprunter. et puis, une grande lampée d'bière plus tard, t'voilà encore en train d'déposer du tabac sur une feuille, la weed dans l'grinder. après, y a être entouré et avoir l'illusion d'l'être ... parce que faut arrêter d'être débile deux minutes. c'pas parce que les potes sont nombreux qu'ils seront toujours là. c'comme la famille, c'pareil. y a les valeurs sûres ... et y a les autres. ceux qui sont là mais qui s'évaporent à la moindre occasion ... ceux-là sont bien trop récurrents. ils s'glissent dans vos vies et s'barrent dès qu'les orages commencent à gronder. qu'des chiffes molles ouais. reste à savoir si toi, t'es près à trouver des valeurs sûres ou si tu préfères ne t'fier qu'à toi-même et sombrer dans ta solitude. qu'tu conclus en relevant tes opales azures sur lui. message codé qui devient très clair. la demande d'rentrer dans son monde. tu t'fais pas trop d'illusion, tu n'penses pas qu'il accepte aussi facilement. ça fait déjà quatre ans qu'c'est l'bordel et voilà seulement maintenant qu'tu découvres un infime détails t'permettant d'comprendre c'qui l'a rendu si distant à ton égard.

_________________
† it's obvious you're meant for me. every piece of you, it just fits perfectly. every second, every thought, i'm in so deep but i'll never show it on my face. but we know this, we got a love that is homeless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



l'instabilité enivrante

pseudo : Nana
in town since : 29/04/2018
posts : 76
faceclaim, @ : Gaspard ulliel, Venus
multiface : jaxounet, jay
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   Lun 16 Juil - 11:53

Elle est intelligente socialement Micah. Elle a l'air perchée quand on la regarde comme ça mais elle connait mieux les gens qu'on ne peut le penser. Elle observe. Elle écoute. Enfin sauf peut être quand ça la concerne elle mais c'est une autre histoire. En attendant, elle est probablement celle qui a le mieux cerné celui qui se vante d'être un inconnu, un mystère. Lui qui n'a pas tant envie qu'on le perce à jour et qui donne seulement ce qui est nécessaire. Le cynisme qui ressort ce soir, rempart face à un sujet avec lequel il fait semblant d'être à l'aise, comme si ça lui coulait dessus tandis que les démons se réveillent. Je m'autorise pas ? fait il en lui jetant un regard taquin, le sourire qui accompagne le geste, pour laisser entendre qu'en effet, ça ne l'atteint plus vraiment tout ça. Elle a raison Micah, il a érigé des murs si imprenables Daniel qu'aujourd'hui, il ne se rend même plus compte des barrières qu'il impose. Il tombe bien bas et s'inflige à lui même un mal qu'il pourrait éviter. Si seulement il se laisser un peu aller, oublier ce contrôle pour aimer et donner. Mais non, il ne sait plus comment faire, lui qu'on a toujours aimé qu'à moitié. Et des valeurs sûres, t'en a rencontré toi ? Parce que moi, des personnes qui passent leurs vies ensemble, j'en connais pas. n'importe quelle forme d'amour est concerné, que ce soit celui que l'on éprouve pour un amant ou un ami. Pour sa famille aussi. T'as des personnes dans ta vie à qui tu voues une confiance aveugle ? Dans tous les domaines ? Des personnes qui jamais ne t'ont déçu jusque là ? Lui sait qu'il n'est pas une valeur sûre, que la confiance qu'on lui attribue s'étiole, elle est mise à mal, à cause des mensonges, d'une jupe qui passe, d'un mot de travers. On ne peut jamais se défaire de ses non dits qui finissent irrémédiablement par détruire. Soyons réaliste, chaque personne que l'on laisse entrer dans sa vie est quelqu'un qui finira par décevoir, pas forcément quelque chose d'impardonnable, juste un peu... Daniel se protège seulement de tout ça. Il répond plus ou moins à son interrogation cachée, laissant entendre qu'il choisit sa solitude à la détresse, la peur de perdre aussi. Il a déjà trop perdu. J'suis heureux comme ça. avoue t-il sans être réellement convaincu lui même mais ça suffira peut être à convaincre la mignonnette. Il n'a pas besoin des autres, pas de cette façon en tout cas. Il préfère se contenter de ce qu'il donne et ce qu'il prend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: (miny) bancals   

Revenir en haut Aller en bas
 
(miny) bancals
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: north mill valley-
Sauter vers: