AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — i always make the same mistakes (w/aria)

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 396
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: — i always make the same mistakes (w/aria)    Dim 10 Juin - 1:22

tu savais que tu ne pouvais plus retarder cette conversation encore longtemps. tu savais bien que tôt ou tard, il te faudrait lui dire ce que tu penses de tout ça. lui dire que tu n’avais toujours pas changé d’idée. ou te résoudre à cette idée que t’allais être père. mais clairement toi, tu n’étais pas prêt. pas encore. et ouais, certainement que tu ne le serais jamais. alors t’avais décidé de fuir le problème, le temps d’une soirée de plus. tu n’étais même pas passé à l’appartement ce soir-là. t’avais fini de travailler que t’étais déjà accoudé au bar avec la ferme intention de boire à en oublier même qui tu étais. les verres s’enchainent, jusqu’à ce que tu peines à tenir debout. jusqu’à ce que tu tombes sur un type, qu’il t’en colle une même. et clairement, t’as bien trop bu pour pouvoir éviter ses coups, pour pouvoir riposter aussi. t’as juste l’air pathétique toi. puis on vous demande de sortir. et le pire, c’est que toi tu ris. tu sors quelques billets de ta poche, pour payer tes verres, puis tu quittes. il doit bien être deux ou trois heures du matin quand tu arrives devant la porte. en fait, tu n’as plus aucune notion du temps à cet instant. pourtant, t’essaies de pas trop faire de bruit alors que tu gravis les escaliers. y’a malgré tout quelques jurons qui se perdent, alors que tu galères à monter jusqu’à chez toi. mais t’y parviens, finalement. la portes qui tangues un peu, t’as pas l’impression qu’elle faisait ça avant, faudrait peut-être la réparer d’ailleurs. mais pas ce soir, parce que pour le coup, ta tête manque d’exploser. tu palpes donc tes poches, fini par en sortir tes clés. puis tu dois bien les avoir échapper trois fois avant de finalement parvenir à déverrouiller cette satané porte. tu l’ouvres, tu la franchis, tu refermes. avec le soucis de faire le moins de bruit possible. parce que tu te doutes bien toi qu’à cette heure, aria doit dormir. tu l’espère même, qu’elle ne t’a surtout pas attendu. parce que ce serait son genre de l’avoir fait. pourtant, premier tour d’horizon et elle ne semble pas être debout encore. où t’es seulement aveugles. tu fais donc quelque pas en avant, en direction du canapé, parce qu’il n’y a aucun doute, c’est bel et ben là que tu vas dormir ce soir. et pourtant, t’arrives à t’enfarger dans un meuble. bouquant monstre que tu fais, suivit d’un juron. et si elle n’était toujours pas réveiller, maintenant il n’y avait plus aucun doute qu’elle l’était.

_________________


you are everything i have ever wanted and more. imagine how much my heart beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : risibles amours
in town since : 17/04/2018
posts : 77
faceclaim, @ : cutie de armas. @perseides (signa) @lolitaes (avatar) @pinterest (gif)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Mar 12 Juin - 10:36

peu importe le temps qui est passé, tu n'avais pas changé d'avis sur ton désir de maternité. il t'étais impossible d'envisager les choses autrement que de garder ce bébé non-désiré autant par toi dans un premier temps, que par lui. et depuis ce matin que raf avait quitté la maison, tu n'avais pas eu de nouvelles de lui et ce soir, aucune réponse ni à tes sms, ni à tes appels. il faisait le mort, le bougre. tu avais passer ta soirée à t'inquiète, à jurer contre lui et à te promettre de le tuer quand il franchirais la porte de votre appartement. t'étais hors de toi, tu te demandais ce qu'il pouvait bien faire comme nouvelle connerie. tu étais stressée quand il était dehors et qu'il ne donnait pas de nouvelles, tu t'imaginais toujours le pire.

et à mesure que les heures passées, ton état de stress et de colère s'empiraient. tu caressais d'une main ton ventre, le regard perdu dans le vide. tu t'étais résignée à attendre dans le salon, position inconfortable, tu étais partit dans la chambre. tu t'étais déshabillée et mit dans le lit pour  lire un bouquin, pas grand intérêt, tu n'avais pas vraiment la tête à ça. mais tu étais nettement mieux installée et c'était déjà ça. les heures continuaient de défiler et il n'étais toujours pas là. alors que tu somnolais, le vacarme provoqué par l'arrivée de rafael, t'avais sortit immédiatement de ta léthargie. tu inspires, prête à en découdre et à le tuer ce soir. tu te lèves, tout le mal qu'il se donne a essayer de ne pas faire de bruit t'arraches un sourire, sourire jaune car tu es bien trop énervée pour rire.

tu entres dans le salon, le regard noir de colère et de beaucoup de déception. il est dans un sale état, bourré et drôlement amoché mais tu t'es conditionné toute la soirée à ne rien lui laisser passer. "t'étais où ?" ton glacial traduisant ta colère. tu secoues la tête, presque désespéré : "tu m'énerves...".

_________________


(ariel) un "je t'aime" coupé
à l'ammoniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 396
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Mer 13 Juin - 4:11

la pièce plongée dans le noir, toi qui a mal. et ta première idée, c’est de sortir ton téléphone dans ta poche arrière. et c’est seulement à cet instant là que tu remarques tous ces appels manqués, tout ces textos que tu as donc ignoré. et là, tu réalises de plus en plus que t’es dans la merde. que sur ce coup-là, elle t’en voudra à coup sûr. parce que tu te doutes bien toi qu’elle a dû s’inquiéter aria. et ça, c’était seulement parce que tu étais con toi. le chemin que tu prends malgré tout vers le salon, avant de t’échouer contre le canapé. tu risques de ne plus bouger de là d’ailleurs, tellement la pièce tourne, tout autour de toi. de toute façon c’est mieux comme ça. « t'étais où ? » cette voix, si familière, qui te pousse à fermer les yeux pour prendre une grande inspiration. ton de reproche qu’elle utilise, que tu mérites aussi d’ailleurs. parce que t’as déconné ce soir, presque sans raison. « tu m'énerves... » oui, ça tu t’en doutes toi. mais tu soupires malgré tout. quelques secondes qui passent, sans que tu ne dises rien. comme si tu attendais de voir si elle allait ajouter autre chose, comme si tu t’y attendais d’ailleurs. et pourtant, il n’y a rien qui vient. alors, tu sais bien que maintenant c’est à ton tour de parler, c’est à ton tour de fournir des explications. « je, j’étais, je… hm. » ou la phrase qui ne veut rien dire. comme un gamin qui se fait prendre sur le fait. c’est peut-être un peu ça aussi, d’ailleurs. et d’ailleurs, t’assumes plus ou moins de revenir dans cet état, au beau milieu de la nuit. « t’es pas couchée ? » t’essaie de te sortir de cette merde dans laquelle tu t’es mis, et t’as pas trouvé mieux. elle devait l’être couchée, mais avec tout le bruit que tu as pu faire, pour sûr qu’elle ne l’était plus. d’ailleurs, tu te dis que tu l’as probablement réveillé toi. bien qu’à quelque part, il y a toujours la possibilité qu’elle n’ait pas trouvé le sommeil, comme elle n’avait absolument aucune idée où tu pouvais bien être. « j’étais au bar, j’suis tombé sur quelqu’un, ça s’est pas trop bien terminé. » et là, tu te mets à rire toi. ouais, tu ris. alors qu’il n’y a clairement rien de drôle dans toute cette situation. t’as joué les cons, une fois de plus, et elle t’en voudrait très probablement pour ça. et à vrai dire, tu mériterais probablement qu’elle ne te pardonne pas cette fois.  

_________________


you are everything i have ever wanted and more. imagine how much my heart beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : risibles amours
in town since : 17/04/2018
posts : 77
faceclaim, @ : cutie de armas. @perseides (signa) @lolitaes (avatar) @pinterest (gif)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Mar 19 Juin - 12:58

durant cette soirée à l'attendre tu as réellement réfléchis à ce qu'il pourrait se passer si tu le tuais de tes propres mains et combien tu écoperais pour meurtre avec préméditation. franchement, il dépassait les bornes. certes tu savais que tu étais responsable de tout ça et que si tu avais pas insister pour qu'il se réinstalle ici les choses seraient sûrement différentes. habituée aux frasques de rafaël, ces derniers temps tu avais bien du mal à les supporter. plus énervée que jamais ce soir. il bégayes, ça t'agace et ça ne fait que s'amplifier quand te demande si t'es pas couchée, tu soupires longuement et lourdement. "j't'attendais" réponds-tu simplement parce que si tu somnolais dans le lit, il est vrai que tu l'attends depuis le début de la soirée avec la ferme intention de le pourrir et de faire de sa vie un enfer.

t'applaudis ironiquement ses explications, pas besoin de ça pour comprendre ce qu'il s'était déroulé. tu l'entends rire et peut-être qu'il mériterait bien volontiers une paire de gifle à cet instant. "c'est vachement drôle raf ouais, j'applaudis parce que t'es vraiment le roi de cons". tu ne te souviens pas d'avoir déjà été si dure avec lui et tu mets secrètement ça sur le compte des hormones qui travaillent dans ton petit corps. tu tourne les talons jusqu'à la chambre pour y dénicher un plaid et tu ne tardes pas à revenir dans le salon, lumière allumée. couverture que tu lui balances. "tu devrais bien t'installer parce que le canapé risque d'être ta chambre pour un long moment, crois-moi" tu croises les bras sur la poitrine. tes pupilles noires. tu espérais que la discussion se passe autrement mais vous n'aviez plus vraiment le temps de laisser courir les jours parce que bientôt ils seraient trop tard pour parlementer sur une éventuelle décision. il fallait qu'il se débrouille autrement si il voulait que ça se passe différemment. mais vous en étiez là, toi énervée et lui bourré et fracassé. "j'vais garder ce bébé raf" dis-tu sans l'ombre d'une émotion sur le visage, hors de question de trahir la fragilité qui sommeille en toi sur ce sujet. "j'aurais voulu pouvoir en discuter différemment mais t'as choisi pour nous deux d'encore faire n'importe quoi" tu te racles la gorge. imposer ta décision comme ça est sûrement une des pires idées que tu ai eue mais en même temps il ne te laissait pas tellement choix, vous n'étiez qu'à une poignée d'heures de ne plus pouvoir débattre sur quoi que ce soit pour un délai dépassé.

_________________


(ariel) un "je t'aime" coupé
à l'ammoniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 396
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Mer 20 Juin - 21:37

t'es dans un sale état, y'a pas à dire. le mal de crâne qui menace bientôt de s'installer, la pièce qui a déjà tendance à tanguer. et la voix d'aria qui s'élève, qui clairement n'aide en rien. y'a la lumière aussi, maintenant allumée, qui t'agresse la rétine. ouais, en soit c'est pas ta soirée. mais dans tous les cas, c’est de ta faute. parce que tu sais pertinemment que tu as cherché tout ce qui t’arrive ce soir. donc tu n’as que toi à blâmer. pourtant, tu te lances dans les explications. y’a même un rire cristallin qui vient s’y joindre. peut-être bien parce que t’as pas tout ta tête. ou peut-être que tu ne tiens juste pas à la vie. puis y’a ces applaudissements, ceux qui te laissent perplexes. parce que clairement, tu ne comprends pas en quel honneur elle t’applaudit. peut-être parce que t’es un peu paumé, que t’as pas toute ta tête non plus. « c'est vachement drôle raf ouais, j'applaudis parce que t'es vraiment le roi de cons. » elle a clairement pas tort sur ce point. c’est vrai que tu l’es. tu n’y peux rien d’ailleurs, t’es comme ça, un point, c’est tout. et maintenant, tu comprends mieux. tu comprends qu’elle se fout un peu de ta gueule. mais ça tu peux gérer. « tu devrais bien t'installer parce que le canapé risque d'être ta chambre pour un long moment, crois-moi. » ses paroles qui ne te surprennent toujours pas. comme si c’était à s’y attendre à vrai dire. et toi, tu ne réponds que par un soupir. force de ne pas avoir grand-chose d’intelligent à lui dire, là, tout de suite. c’est probablement mieux que tu te taises de toute façon. d’un coup que l’idée de dire une connerie te passe par la tête. « j'vais garder ce bébé raf. » et dans tout ce qu’elle a pu te dire, c’est bel et bien ça qui te dérange le plus. qu’elle te trouve con, okay. que tu passes tes nuits sur le canapé, ça va tu peux gérer. mais être père ? non ça il n’en est pas question. « j'aurais voulu pouvoir en discuter différemment mais t'as choisi pour nous deux d'encore faire n'importe quoi. » pff. ouais comme si de toute manière, elle aurait écouté ce que tu avais à dire sur le sujet. parce que oui, t’as bien compris que vous alliez le garder cet enfant. mais ça te fait chier toi. « ouais ouais. je sais. » que tu commences. pas par rapport au fait que t’as merdé. enfin, si, ça aussi tu le sais. mais là, c’est du bébé que tu parles, c’est à ça que tu fais référence. « j'savais bien que t'allais le garder... que ce temps de réflexion, c'était pour que je me fasse à l'idée, hein » tu réfléchis, tu parles. peut-être bien que t’aurais dû t’arrêter là d’ailleurs, et pourtant tu finis tout de même par ajouter : « et après, c'est moi qui décide pour nous deux. ouais, bullshit. »

_________________


you are everything i have ever wanted and more. imagine how much my heart beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : risibles amours
in town since : 17/04/2018
posts : 77
faceclaim, @ : cutie de armas. @perseides (signa) @lolitaes (avatar) @pinterest (gif)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Ven 22 Juin - 12:37

pas ou peu de réaction à part des soupirs qui ont le don de t'exaspérer encore plus que tu ne l'es déjà. tu n'aimes pas quand il est dans cet état, quand il rentre tard bourré et surtout pour couronner le tout plutôt amoché. tu te sens responsable et coupable quelque part parce qu'après tout c'est toi qui les a mit dans cette situation. même sans mot, c'est toi qui culpabilise. mais le pire c'est que quand il ouvre la bouche rien que ce que tu espérais n'en sort à part des petits pics blessantes. alcool ou non, tu sais très bien qu'il le pense. alors ça fait mal c'est vrai mais t'as encaisser assez de choses pour pouvoir le faire encore une fois. brave petit soldat.

alors tu ris, t'en a pas très envie mais c'est nerveux parce que t'as pas envie d'pleurer pourtant la boule dans ta gorge prend plus de place chaque seconde qui s'écoule. ouais, sans exagérer. tu regardes ailleurs, tu soupires. qu'est-ce que répondre à ça ? si ce n'est encore une fois lui dire que c'est le roi des imbéciles. "t'es dégueulasse de dire ça..." ta voix se casse et t'en viens à parler plus bas comme si tu n'étais pas capable d'un volume plus fort. "après toutes ces années, t'es dégueulasse". tu répètes comme pour que ces mots prennent de l'importance. "j'ai réfléchi, j'ai passé des heures et des nuits à réfléchir à l'éventualité de mettre un terme à cette grossesse..." tu soupires, tes yeux se remplissant de perles salées. "mais quel monstre je serais ? c'est moi qui supporterais toute ma vie d'avoir tué le truc qui grandit dans MON corps." tu pointes ton doigt sur ton ventre : "t'en veux pas d'accord. mais c'est toi qui passera sur une table d'opération pour qu'on t'retire un machin vivant d'ton corps ? qui devra vivre tous les jours avec le poids de cette décision ? je crois pas raf. et ça c'est au-dessus de mes forces". tu peux pas te résoudre à ça, à te débarrasser d'un petit être vivant qui n'a rien demandé.

t'essuie tes joues où les larmes ont commencé à couler d'un revers de la main. tu sais très bien que rien de tout ça ne sera facile et que vous allez sûrement galérer, peut-être que tu galèreras seule même. mais au moins tu pourras te regarder dans un miroir et quelque part tu te dis que c'est déjà pas mal. "j'ai fait énormément de concession par amour et putain, dieu sait ce que je pourrais encore faire pour toi. mais pas ça, c'est au-dessus de mes forces". ton ton est étrangement bien plus calme, cassé mais calme. tu n'attends même pas qu'il comprennes ta position, tu veux seulement qu'il entende ce que t'as à lui dire et qu'il le garde dans un coin de sa tête.

_________________


(ariel) un "je t'aime" coupé
à l'ammoniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 396
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Lun 25 Juin - 21:04

les paroles, qui ont probablement dépassées ta pensée. paroles déversées, sans même réfléchir. mais il faut bien le dire, tu ne l’as pas la force de réfléchir ce soir. t’es complètement déchiré, et ce mal de tête que tu tentais de repousser vient tout juste de s’installer. « t'es dégueulasse de dire ça... » oui ça, tu le sais. tu en es même parfaitement conscient. mais c’est pas pour autant que tu en penses moins. non, toi, tout ce que tu as dit, tu le penses. et c’est probablement ça le pire dans toute cette histoire. tu lui dis des horreurs, et toi, tu les penses vraiment. alors que t’es supposé l’aimer cette meuf. ouais non, tu l’aimes. mais tu l’aimes probablement de la pire des manières qui soient. parce que t’es qu’un putain de gamin capricieux. « après toutes ces années, t'es dégueulasse. » et là, tu soupires à nouveau. parce que clairement, elle n’a pas besoin d’en ajouter, t’as bien compris la première fois. et disons le franchement, tout te fait chier ce soir. donc elle, qui t’engueule, ça n’aide pas. « j'ai réfléchi, j'ai passé des heures et des nuits à réfléchir à l'éventualité de mettre un terme à cette grossesse... » t’écoutes, mais tu dis rien. c’est probablement mieux comme ça à vrai dire. ouais, mieux si tu te la fermes. parce que tu le sais bien, qu’elle y a réfléchi. tu sais aussi qu’elle n’a jamais considéré la possibilité. t’as donc même pas besoin d’entendre la suite que tu sais déjà ce qui s’en vient. « mais quel monstre je serais ? c'est moi qui supporterais toute ma vie d'avoir tué le truc qui grandit dans MON corps. » ouais, voilà. l’excuse tout à fait facile. elle n’y arriverait pas. comment c’était prévisible tout ça. pourtant tu continues à rien dire. tu continues à la laisser parler. t’as pas la force de l’interrompre. et visiblement, elle en a encore long à te dire. « t'en veux pas d'accord. mais c'est toi qui passera sur une table d'opération pour qu'on t'retire un machin vivant d'ton corps ? qui devra vivre tous les jours avec le poids de cette décision ? je crois pas raf. et ça c'est au-dessus de mes forces » elle croit mal alors. pourtant, y’a ton regard qui se pose finalement vers elle. et tu vois qu’elle pleure. merde. petit pincement au cœur que ça te fait d’ailleurs. parce que clairement, tu n’aimes pas la voir pleurer toi. pourtant, ce n’est pas le temps de broncher. merde, tu peux pas te laisser amadouer par son petit numéro. parce que si tu bronches, si tu lui dis oui, t’aurais plus le choix de l’accepter ce gamin. « j'ai fait énormément de concession par amour et putain, dieu sait ce que je pourrais encore faire pour toi. mais pas ça, c'est au-dessus de mes forces. » et là, elle se tait. là, c’est ton tour de prendre la parole. et dieu sait que t’aurais dû seulement te taire et hocher la tête. te taire et lui dire que vous en reparleriez demain. quand ta tête ne menacerait pas d’exploser. « tu cherches à m’faire culpabiliser ? » que tu demandes, un sourcil arqué. et tu t’en rends pas compte, mais merde, tu n’as pas de cœur hopkins. « parce que ça marche pas. » enfin si, ça fonctionne, si au fond de toi tu culpabilises un peu d’être la source de son état. « okay, ouais, d’accord. ça fait bobo à la conscience. mais tu vois, moi j’l’aurais fait. et j’aurais appris à vivre avec. » triste vérité, mais tout de même la vérité. puis de toute façon, tu te disais qu’avec toutes les merdes que t’avais déjà vécu, une de plus, une de moins, t’étais pas à ça près. « mais c’est au-dessus de tes forces ? très bien. l’fais pas. j’peux pas t’y amener de force de toute façon. mais soit au moins consciente que t’as choisi pour nous deux. et clairement, j’peux pas t’promettre de t’appuyer dans ta décision. pour la simple et bonne raison que j’suis pas d’accord, voilà tout. » ça tu vas le regretter. pas ce soir, parce que tu ne penses pas correctement. mais demain, pour sur que les regrets vont te ronger. c’est le contraire qui serait surprenant. « et j’suis désolé, d’être qu’une déception pour toi. » désolé, bof dit comme ça, tu n’as pas l’air de l’être.

_________________


you are everything i have ever wanted and more. imagine how much my heart beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : risibles amours
in town since : 17/04/2018
posts : 77
faceclaim, @ : cutie de armas. @perseides (signa) @lolitaes (avatar) @pinterest (gif)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Lun 9 Juil - 10:44

c'est de pire en pire, les mots font mal parce qu'il est dur avec toi. peut-être que c'est mérité après tout parce que tu lui imposes clairement ton choix mais en même temps il t'es impossible de faire différemment. il reste de marbre rafael, il n'en a rien à faire de ce que tu peux lui dire même pire encore c'est que c'est toi la méchante de l'histoire qui est en train presque de gâcher sa vie. c'est comme ça que tu l'interprètes même si il ne te le dit pas clairement. "j'veux pas te faire culpabiliser, je t'explique seulement ce que je ressens moi mais visiblement ça t'en a rien à foutre" t'es en colère, ce qui arrive rarement et pourtant tu sais que tes mots dépasseront ta pensée. "mais visiblement du moment que ça va pas dans ton sens, t'en a strictement rien à foutre de ce que je peux penser" pestes-tu.

tu le regarde tes yeux toujours aussi humide si ce n'est pire lorsque ça coule sur tes joues. "toi tu l'aurais fait ?" tu rigoles amèrement. parce qu'avec tout les trucs égoïste qu'il a fait auparavant, t'avais bien du mal à croire qu'il l'ait fait lui. "j'te demande même plus un quelconque soutien de toute façon, t'as qu'à faire comme si on existe pas", ta voix est étrangement calme bien que tremblante. tu sais que ça ne sert à rien de crier de toute façon vu dans quel état il est, il doit comprendre un mot sur deux. tu retourne d'où tu viens dans la chambre mais certainement pas pour aller te recoucher, non. tu te rhabille et sort un sac pour y mettre des affaires parce que là c'est toi qui a besoin d'air. tu fourre mets des affaires un peu au hasard dans le sac avant de revenir au salon. et vu comment il est, ça ne lui fera ni chaud, ni froid de toute façon mais toi ça te fera sûrement du bien. "j'ai appris à vivre avec un tas de trucs mais là j'arrive pas à me résigner. j'ai passé des heures à réfléchir. du coup le bébé et moi on va te foutre un peu la paix." annonce-t-elle, prête à quitter les lieux.

_________________


(ariel) un "je t'aime" coupé
à l'ammoniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar



♛ le connard aguerri

pseudo : perséides, mary.
in town since : 17/12/2017
posts : 396
faceclaim, @ : diego barrueco, @hoodwink.
multiface : lukas, nicki et olivia.
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Mer 11 Juil - 2:17

les mots que tu as craché, que tu as laissé défiler, sans pour autant vraiment les penser. parce que t’as bu, parce que t’as eu une sale soirée, une sale semaine même. comme si ça pouvait excuser ton comportement. clairement pas. d’ailleurs, tu risques très fort probablement de le regretter demain. après avoir dormir, après que ce mal de tête ce soit légèrement estompé. mais pour l’instant, tu as simplement l’air de te croire dure comme fer. parce que tu ne prends aucunement en considération ce qu’elle te dit. et t’as beau avoir dit que t’étais désolé, ça n’aurait probablement pas pu sonner plus faux. « toi tu l'aurais fait ? » c’est ce que tu lui avais dit. c’est clairement ce que tu tentais de te convaincre d’ailleurs. qu’à être à sa place, c’est ce que toi, tu aurais fait. mais justement, tu ne le seras jamais, à sa place. et tu ne sauras jamais c’est quoi cette sensation que ça laisse. alors que peut-être bien que t’en as un avant-goût, toi qui est incapable de te pardonner pour la souffrance que tu as causé par le passé. en quoi est-ce différent, hein ? pourtant tu n’arrives pas à penser de cette manière. parce que clairement, ce soir, tu ne penses pas clairement du tout. « j'te demande même plus un quelconque soutien de toute façon, t'as qu'à faire comme si on existe pas. » et les mots qui te frappent. les mots qui te blessent même. parce que vraiment, vous en êtes rendu là ? au point où elle de demander de faire comme si elle n’existait pas ? parce que clairement toi, tu en serais incapable. parce que clairement, elle est beaucoup trop important pour toi, pour que tu y parviennes. pour que même, tu envisages chercher à l’oublier. pourtant, la jeune femme qui semble sérieuse. parce que tu la vois s’éloigner, tu la vois prendre quelques-unes de ses choses. et là, déchiré ou pas, y’a pas à dire, tu sais très bien que t’as merdé toi. et pas qu’un peu à vrai dire. les erreurs que tu continues à accumuler, malgré les années. l’impression que tu ne seras jamais assez bon pour elle. et peut-être bien que tu aurais dû la laisser partir. aujourd’hui, à défaut de ne pas l’avoir fait plutôt. alors pourquoi ? pourquoi tu n’arrivais juste pas à te faire à cette idée qu’elle allait franchir la porte. qu’elle n’allait peut-être pas revenir d’ailleurs ? « j'ai appris à vivre avec un tas de trucs mais là j'arrive pas à me résigner. j'ai passé des heures à réfléchir. du coup le bébé et moi on va te foutre un peu la paix. » ta gorge qui se noue à cet instant. le bébé qui semble si lointain. parce que clairement, ce n’est plus ça qui te préoccupe à cet instant. non c’est elle, c’est vous. Et comment que tu pourrais tout gâcher avec tes conneries. pourtant, t’arrives pas à rien dire. tu restes muet, de longues secondes. comme si tu cherchais à voir qui elle y arrivait, si elle partirait. et c’est ce qu’elle fait. probablement en voyant que tu ne dis rien, que tu ne fais rien. la porte qui claque derrière elle. et il ne t’en faut pas plus, pour que t’oublies ce mal de tête, que t’oublies tes étourdissements. et tu fonces vers la porte à ton tour. « aria ! » son prénom que tu fais retentir, du deuxième étage, la jeune femme qui n’a pas pu quitter l’établissement, qui t’entends forcément. comme les voisins que tu viens probablement déranger par la même occasion. puis, tu t’engages dans l’escalier, une nouvelle fois, peut-être un peu trop rapidement vu l’état dans lequel tu es. d’ailleurs, la descente qui se fait un peu trop rapidement, pas sur tes pieds d’ailleurs. et la douleur qui se fait de plus en plus vive alors que t’arrives au bas. et clairement, tu n’as plus la force de tenter de bouger. pas pour l’instant tout de moins. « aria, steplait, pars pas… » que tu souffles, sans même savoir si elle peut encore t’entendre, ou si elle est déjà loin.

_________________


you are everything i have ever wanted and more. imagine how much my heart beats for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



purple haze was in my brain

pseudo : risibles amours
in town since : 17/04/2018
posts : 77
faceclaim, @ : cutie de armas. @perseides (signa) @lolitaes (avatar) @pinterest (gif)
❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    Lun 16 Juil - 12:59

c'est dur. horriblement dur autant tes mots que les siens parce que tu es bien trop en colère et que tu ne sais plus comment lui faire comprendre les choses, comment le faire réagir. et lui n'est qu'un sombre con alcoolisé et si tu n'es pas sûr qu'il pense réellement tout ce qu'il te balance à la figure, tu as bien du mal à encaisser. tu as bien du mal à passer outre cette fois. tu as fait tes affaires, juste pour une nuit. et t'aurais probablement laisser tomber ce sac à tes pieds, tu serais probablement resté si il avait daigner ouvrir la bouche pour dire quelque chose mais non, le silence. peut-être bien plus brisant que quelconques mots qu'il aurait pu dire. les yeux qui brillent, c'est des larmes qui coulent très vite sur des joues et sans attendre tu quittes l'appartement claquant la porte derrière toi. tu pleures chérie, tout ce que t'avais retenu, tout ce que tu ressens qui se bouscule. tu descends les escaliers quatre à quatre, tu l'entends crier ton nom dans le couloir alors que tu es déjà un étage en-dessous. pas de demi-tour possible, pas ce soir, t'essayes du moins de t'en convaincre parce que tu ne veux pas craquer, parce que ce serait trop facile.

un étage de plus et tu l'entends dévaler les escaliers, immobile tu restes un instant et tu l'entends te demander de pas partir. chaudes larmes que tu essuies. fallait y penser avant. incroyable détermination, bien plus blessée qu'auparavant étrangement alors que tu as vu d'autres mais cette fois tu le laisses et tu t'en vas. tu sors de votre immeuble ton sac à la main, tu sais très bien au fond de toi qu'en réalité tu n'iras pas bien loin et que tu rentreras chez toi. le sac, les affaires, tout ça c'était que du spectacle, peut-être que tu voulais lui faire un peu peur. qu'il ait l'impression que pour une fois t'es prête à partir. toutes les fois où tu es restée malgré ce coeur qu'il a brisé a maintes reprises.

et c'est le cas, quelques heures ont passées quand tu reviens à la maison, le coeur toujours aussi lourd, les yeux rouges qui témoignent de ces dernières heures qui se sont écoulées. tu ne sais pas vraiment dans quel état tu vas la retrouver et si lui-même a fait le choix de rester à la maison. à première vue, personne dans le salon quand tu franchis la porte lâchant ton sac à l'entrée.

_________________


(ariel) un "je t'aime" coupé
à l'ammoniaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne




❀ chained to the rhythm



MessageSujet: Re: — i always make the same mistakes (w/aria)    

Revenir en haut Aller en bas
 
— i always make the same mistakes (w/aria)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚡︎ purple haze. :: CHAPTER THREE :: north mill valley-
Sauter vers: